10ème atelier du laboratoire franco-américain sur le calcul haute performance

, Partager

Le 10ème atelier du laboratoire sur le calcul haute performance [1] commun à l’Inria [2], à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign [3] et au Laboratoire National Argonne [4] s’est tenu du 25 au 27 novembre 2013 au Centre National pour les Applications des Super-calculateurs [5] à qui l’on doit de nombreux outils dont mosaic, un des tous premiers navigateurs Internet.

Cet atelier semestriel qui rythme le travail du laboratoire franco-américain depuis 2009, se tient en alternance en France et aux Etats-Unis. Cette 10ème édition marquait des évolutions importantes dans l’envergure du projet avec le soutien du Service pour la Science et la Technologie [6] de l’Ambassade de France à Washington et en présence de Michel Cosnard, PDG de l’Inria, et d’Hélène Kirchner, directrice des relations internationales.

MD : Michel Cosnard, pouvez vous retracer avec nous la mise en oeuvre du laboratoire commun, les objectifs de l’Inria et les ressources que l’Inria y a consacré ?

MC :
Une collaboration depuis 2005 entre Marc Snir, alors professeur à l’Université de l’Illinois à Urbana Champaign, et Franck Cappello, chercheur Inria, a conduit à la création en novembre 2009 du JLPC (Joint Laboratory on Petascale Computing). L’objectif commun était de contribuer à la construction du système Blue Waters et de son installation au NCSA en 2012, en alliant les forces et les compétences des deux partenaires. Côté français, il s’agissait de contribuer au développement d’algorithmes et de bibliothèques, à la construction d’environnements de programmation, à l’évaluation des performances.

Le partenariat apportait le contact direct avec les constructeurs (d’abord IBM puis Cray) et les ingénieurs, ainsi que les applications à grande échelle. Inria a mis à disposition un directeur de recherche, Franck Cappello, pendant 4 ans, et dédie une subvention annuelle pour le fonctionnement. De nombreux échanges de chercheurs et d’étudiants ont lieu chaque année, ainsi que deux ateliers par an qui permettent de faire le point sur les activités menées et de prévoir les actions des 6 mois suivants. En 2012, suite au départ de Marc Snir au Laboratoire National Argonne, la collaboration s’est enrichie d’un nouveau partenaire qui a apporté des applications et des problématiques nouvelles, en particulier celle des masses de données (big data) scientifiques issues de grosses applications en climatologie, biologie ou santé.

Le bilan est très positif sur les 4 années d’existence : plus de 50 publications conjointes, 3 "student awards" lors de conférences scientifiques, 3 logiciels diffusés en Europe et aux USA, deux projets sélectionnés dans des appels très compétitifs : l’appel G8 en "exascale computing" en 2011 et un PUF, Fonds de Partenariat entre Universités en 2013 [7].

MD : Pouvez vous nous parler des évolutions qui vont être possibles grace au soutien du PUF que vous venez d’évoquer ?

MC :
Le PUF va nous permettre de consolider et d’élargir la collaboration USA-France dans le domaine de la simulation numérique et du calcul scientifique haute performance, en regroupant les efforts du Laboratoire National Argonne, de l’Université de l’Illinois à Urbana Champaign, du CNRS et d’Inria, sur le défi des applications nécessitant des plateformes de simulation et de calcul toujours plus puissantes, efficaces et économes en énergie. Les activités programmées vont permettre d’approfondir les collaborations de recherche et contribuer à la formation de jeunes chercheurs : au delà de l’organisation d’ateliers et des accueils de chercheurs, qui ont fait leurs preuves, une école d’été sera organisée tous les ans, et celle de 2013 portera sur les problèmes de modélisation et simulation. L’un des objectifs est d’étudier le montage de formations communes entre l’Université de l’Illinois et les universités françaises partenaires.

MD : Hélène Kirchner, l’Inria est aussi présent sur la côte ouest des Etats-Unis. Pouvez-vous dire quelques mots de votre politique d’ensemble aux Etats-Unis et des évolutions que vous envisagez ?

HK :
Les Etats-Unis sont depuis longtemps le pays avec lequel nous avons le plus de collaborations, en particulier au travers de nos Equipes Associées grâce auxquelles des chercheurs français et américains travaillent autour de projets communs co-financés pendant 3 ans. En 2013, il y a 38 équipes associées avec les Etats-Unis sur 67 au total en activité dans le monde. Aujourd’hui, nous structurons nos collaborations dans deux "Inria International Labs", le JLPC et Inria@SiliconValley avec les universités Californiennes. Nous y envoyons des chercheurs confirmés pour un ou deux ans, des post-doctorants en séjours de longue durée et organisons des rencontres scientifiques annuelles pour faire le point sur les actions menées en commun. L’aide du Service Scientifique de l’Ambassade de France aux Etats-Unis est précieuse pour organiser ces évènements ou pour attirer des étudiants américains en France, via le programme Chateaubriand [9] par exemple. Un autre foyer important de collaborations est la côte Est autour de Boston avec le MIT et Harvard où nous envoyons aussi régulièrement des chercheurs en séjours sabbatiques. Nous y étudions l’opportunité d’y monter un 3ème "Inria International Lab".

Sources :

Michel Cosnard, PDG de l’Inria et Hélène Kirchner, directrice des relations internationales

Pour en savoir plus, contacts :


- [1] JLPC http://jointlab.ncsa.illinois.edu
- [2] Inria http://www.inria.fr/
- [3] UIUC http://illinois.edu
- [4] Argonne MCS http://www.mcs.anl.gov/
- [5] NCSA http://www.ncsa.illinois.edu
- [6] SST http://www.france-science.org/
- [7] PUF http://www.facecouncil.org/puf/
- [8] Inria@SiliconValley https://project.inria.fr/inria-siliconvalley/
- [9] Programme Chateaubriand http://www.chateaubriand-fellowship.org/
Code brève
ADIT : 74681

Rédacteurs :


- Marc Daumas, attache-it@ambascience-usa.org
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org. Suivre le secteur Nouvelles Technologie de l’Information, Communication, Sécurité
- sur twitter @MST_USA_NTICS

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….