Journée franco-américaine de l’innovation (FAID 2012) : une édition au service de l’offre technologique française dans le domaine de l’eau

, Partager

La dixième édition de la journée franco-américaine de l’innovation (FAID) s’est déroulée sur une journée et demie, les 29 et 30 novembre au matin au "MIT-Bartos theater, Cambridge, Massachusetts". Intitulé ’Membrane Technologies as Tools for Sustainability in Water Management, A Transatlantic Perspective’, cette edition 2012, co-organisé avec "Veolia Water Solutions and Technologies" (VWS) était consacrée aux nouvelles technologies membranaires pour le traitement de l’eau. Le FAID est le résultat de 9 mois de travaux entre Veolia, les directeurs scientifiques des deux pays et la Mission Scientifique (section de Boston).

Le FAID 2012 a réuni environ 100 participants des deux pays. Le MIT et l’Université de Harvard étaient les établissements les plus représentés côté américain, mais des chercheurs de l’Université du Colorado, de Stanford, du Michigan, de la Duke University (Caroline du Nord) ou de l’Université de Californie avaient fait le déplacement, témoignant de l’intérêt suscité par l’événement au-delà du Massachusetts. Côté français, l’université de Montpellier, l’INSA (Lyon et Toulouse) ou encore l’unité mixte CNRS/Saint-Gobain étaient représentées. L’autre moitié de l’audience était pour l’essentiel constituée par des industriels et consultants, français comme américains.

La gestion durable de l’eau, un enjeu majeur du 21ème siècle

Le thème du FAID 2012 portait sur le traitement de l’eau et l’environnement en général, avec comme angle d’approche les procédés membranaires. C’est à la suite d’un appel à partenaires lancé en janvier 2012 par la MS&T que "Veolia Water Solutions and Technologies", une filiale de Veolia-Eau, a été retenue pour co-organiser à Boston la dixième édition du FAID avec la Mission pour la Science et la Technologie (MS&T). La manifestation a reçu le soutien financier de grands groupes comme Saint-Gobain, EMD-Millipore ou encore Corning, Inc.

Pour Veolia, le FAID est un événement qui contribue à la mise sur pied d’un nouveau modèle de R&D dans le domaine de l’eau. En effet le Groupe Veolia entend désormais développer un système d’innovation collaborative. Le but est de davantage innover grâce à une meilleure synergie avec l’ensemble des acteurs extérieurs au système d’innovation du groupe : universités, PME-PMI, instituts, entrepreneurs, etc.. Dans ce contexte, le FAID a mobilisé une grande partie des acteurs français de l’écosystème d’innovation sur l’eau.

C’est la raison pour laquelle, le FAID n’a pas été une conférence ordinaire avec les seuls objectifs de "communiquer", "de faire valoir le savoir-faire français" ou "d’échanger". L’idée directrice de l’événement était de faire émerger des projets conjoints.


Hervé Suty, Directeur de la recherche et de l’innovation de Veolia Environnement.
Crédits : MS&T


Déroulement de la journée

Le succès du FAID 2012 doit beaucoup à la forte implication des deux directeurs scientifiques qui ont travaillé de conserve avec le poste pour faire émerger des présentations de haut niveau capables de susciter des rapprochements et des collaborations :
- le Professeur Gilbert Rios, directeur exécutif l’Institut européen des membranes ("European Membrane House"), directeur adjoint de la Chaire SIMEV (Science des membranes appliquées à l’environnement, Montpellier)
- le Professeur Mark Wiesner, professeur de génie civil et environnement à l’Université "Duke" et directeur du Centre de recherche sur l’impact environnemental des nanotechnologies (CEINT).

Trois sessions se sont succédé, qui ont permis de dresser un tableau des principaux enjeux de la recherche sur les technologies membranaires et de présenter les découvertes les plus récentes en la matière. La recherche sur les membranes apparaît à la confluence de nombreux domaines comme la science des matériaux, la mécanique des fluides, la micro-fluidique, la chimie ou même la biologie.

Les présentations ont permis aux chercheurs académiques ainsi qu’aux acteurs du monde industriel de s’exprimer. Christian Guizard, directeur de recherche au sein de l’unité mixte CNRS/Saint-Gobain, a ainsi discuté de l’apport d’un nouveau matériau (le carbure de silicium) pour améliorer les performances des membranes, s’attardant notamment sur un intéressant problème de mécanique des fluides qui n’aura pas manqué d’intéresser l’assistance. Le Professeur Jongyoon Han du département d’informatique du MIT a également présenté une nouvelle membrane originale, dont la conception est directement inspirée des microprocesseurs utilisés dans l’informatique. Hervé Buisson, vice-président d’ingénierie des procédés au sein de VWS, s’est de son côté attaché à relater la difficulté de gérer et optimiser de grandes unités de production ou de traitement de l’eau : le seul savoir autour des membranes ne suffit pas, il faut des opérateurs chevronnés et des décennies de retour d’expériences.


Networking pendant la pause déjeuner au MIT-Bartos Theater
Crédits : MS&T


La seconde journée était articulée autour de trois ateliers menés en parallèle, qui abordaient chacun l’un des trois thèmes des sessions de la veille. L’objectif était de faire émerger des projets de collaboration transatlantiques : une dizaine a été identifiée. Mentionnons celui entre Olivier Cébério (Resolute Marine), vainqueur du concours MassChallenge 2011 et Veolia sur un procédé de désalinisation alimenté par les vagues. Citons également le rapprochement entre Veolia et IBM sur les capteurs ou encore les projets entre l’université du Michigan et l’Institut européen des membranes (traitement du Bore).

Conclusion :

De l’avis des participants, des organisateurs et des partenaires des deux pays cette édition 2012 a parfaitement rempli sa mission : des collaborations et des rapprochements bilatéraux sont en phase de montage.

Une telle manifestation confirme également que l’innovation ainsi que l’internationalisation des PME-PMI passent désormais par des opérations qui n’ont plus rien à voir avec la traditionnelle rencontre d’affaires ou la mise en relation classique. La présence simultanée de grands groupes, de PME-PMI et de leurs partenaires universitaires apporte, comme le soulignait le Ministre Fabius dans son message d’introduction au FAID, une forte valeur ajoutée dans l’offre française et aboutit plus rapidement à des résultats concrets. Cette formule offre par ailleurs l’avantage d’être très bien perçue par nos partenaires américains car elle est immédiatement opérationnelle.


Cérémonie de clotûre au MIT-Faculty Club
Crédits : MS&T

Pour en savoir plus, contacts :

faid2012.france-science.org
Code brève
ADIT : 71676

Rédacteurs :


- Lisa Treglia, deputy-inno@ambascience-usa.org ;
- Antoine Mynard, attache-inno@ambascience-usa.org ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….