2ème édition du « One Planet Summit » à New York - Le SCO (Space Climate Observatory) au centre de la lutte contre le changement climatique

, Read this page in English , Partager

A l’initiative du Président de la République, la 2ème édition du « One Planet Summit » a eu lieu mercredi 26 novembre à New York. A cette occasion, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, a présenté les avancées permises par le SCO (Space Climate Observatory). Créé en décembre 2017, lors de la 1ère édition de cet événement, alors que le CNES avait réuni les agences spatiales du monde entier pour renforcer leur coopération dans la lutte contre le changement climatique, le SCO a pris son envol en juin dernier en permettant de visualiser l’apport fondamental des satellites. A New York, une borne interactive développée par le CNES a permis de présenter aux participants du Sommet, différentes applications pour lesquelles les satellites sont incontournables.

Le SCO est un observatoire international qui utilise les données des satellites pour comprendre et mesurer les impacts du changement climatique. Son objectif est d’une part, de standardiser les données observées par les différents satellites et d’autre part, d’offrir un libre accès à ces données à la communauté scientifique internationale. Le SCO s’avère donc être un outil particulièrement puissant pour lutter contre le changement climatique et son utilisation permettra d’aider les populations menacées par la montée du niveau de la mer, par l’érosion des côtes et leurs submersions ou encore par les sécheresses.

Par ailleurs, les récents développements en matière de recherche permettent désormais de fournir des informations pertinentes et précises afin d’aider à la mise en place de solutions d’atténuation et d’adaptation. Une charte internationale est en cours d’élaboration avec les agences spatiales et les organismes souhaitant contribuer à cet observatoire. Il s’agit de mettre en commun moyens et expertises pour créer un véritable « hub » d’accès aux données afin de fournir une information de qualité et vérifiée à destination de tous.

A l’issue de ce sommet et de la présentation du SCO, Jean-Yves Le Gall a déclaré : « Le CNES se positionne comme l’agence spatiale du climat. Notre engagement dans la lutte contre le changement climatique a commencé il y a plus de 25 ans avec le programme franco-américain d’altimétrie. Aujourd’hui, pour décrire le climat, 50 variables climatiques essentielles ont été identifiées, dont 26 ne peuvent être observées que depuis l’espace. Ce sont les satellites qui mettent en évidence le réchauffement de notre planète, ce sont les satellites qui mesurent l’augmentation du niveau des océans de 3,2 millimètres par an, ce sont les satellites qui vont contrôler les émissions de gaz à effet de serre. Avec le SCO, notre ambition est de standardiser ces données et de les rendre accessibles au plus grand nombre afin la lutte contre le changement climatique devienne une réalité ! »