A la recherche de Big Brother, pour protéger l’Amérique des terroristes…

, Partager

Un ensemble de sociétés américaines travaille actuellement sur l’amélioration des systèmes de fouille de données pour détecter les terroristes. Une forme de Big Brother électronique en somme. Le financement public serait d’environ 49 millions de dollars ; des contrats ont été attribués à Booz Allen Hamilton et 21st Century Technologies (qui avaient aussi reçu des contrats pour TIA, confer infra) et à SRI International (qui avait reçu des contrats pour le programme Genoa, prédécesseur de TIA).

Ces travaux font suite à l’appel d’offre de l’ARDA ou DTO (Advanced Research and Development Activity, une agence de recherche en renseignement devenue récemment le Disruptive Technology Office ou DTO, hébergée par la National Security Agency) pour un projet nommé Tangram correspond à une volonté de développement d’un système analysant de très vastes quantités de données d’intelligence, enregistrements de communications, transactions financières et autres activités pour déterminer si un individu a un comportement suspect correspondant à une activité terroriste. Ce programme fait suite à d’autres programmes de l’ARDA/DTO tels que NIMD (Novel Intelligence from Massive Data, qui a financé bien des travaux en fouille de données aux Etats-Unis). L’ARDA/DTO finance des recherches amont, qui touchent à la cryptographie, la fouille de données, l’exploitation de l’information etc.

Le document d’accompagnement de l’appel d’offre de fin 2005 donne un état des lieux pour motiver les travaux visés : jusqu’à présent les systèmes intéressants auraient permis d’évaluer des scores pour des personnes en association avec des personnes suspectées. Le système à créer devra s’affranchir de cette limite. Il devra permettre une approche systématique de la détection d’activités suspectes, centraliser toutes les données et permettre un fonctionnement continu et autonome, à la différence des systèmes actuels qui opèrent de façon séparée et sont difficiles à utiliser par des utilisateurs non expérimentés. Par ailleurs, le système orientera les opérateurs à la recherche d’informations supplémentaires pouvant préciser le cas.
Les commentaires au sujet de ce document sont principalement de deux ordres : d’une part les moyens actuellement disponible pour détecter des activités suspectes sont inefficaces ou non fiables (dans domaine proche, l’analyse des données passagers - Personal Name Records ou PNR - a plus d’une fois donné lieu à des erreurs découlant d’homonymies et autres) ; d’autre part il y a une certaine crainte que les informations privées concernant des Américains soient analysées, en infraction à la constitution.
Se voulant rassurant, Tim Edgar, adjoint au National Intelligence Director assure que le programme est un programme de R&D, que l’outil n’est pas utilisé de façon opérationnelle et que les données concernant les citoyens américains sont rendues anonymes.
Le programme se rapproche de celui intitulé " Total Information Awareness " (TIA) lancé par la DARPA en 2002 et dont le financement sur fonds publics avait été arrêté en 2003 sur demande du Congrès. Certains n’excluent pas qu’il soit repris sur fonds secrets comme affirmé par certaines sources.
Le document de l’appel d’offre a été rédigé fin 2005.

Source :


- http://nationaljournal.com/about/njweekly/stories/2006/1020nj3.htm
- http://www.govexec.com/story_page.cfm?articleid=35310&sid=28

Pour en savoir plus, contacts :


- http://www.fbo.gov/spg/USAF/AFMC/AFRLRRS/Reference%2DNumber%2DBAA%2D06%2D04%2DIFKA/listing.html
- http://www.ic-arda.org/
- http://www.fas.org/irp/news/2004/09/arda-call.pdf
- http://en.wikipedia.org/wiki/Disruptive_Technology_Office
Code brève
ADIT : 39770

Rédacteur :

Sébastien Morbieu, deputy-stic.mst@ambafrance-us.org - Jean-Philippe Lagrange, attache-stic.mst @ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….