Acidification des océans : une menace pour les Etats-Unis

, Partager

L’acidification des océans est un problème majeur, lié au réchauffement climatique, qui menace la biodiversité des océans. Depuis la révolution industrielle, les océans ont absorbé un quart des émissions de CO2 liées à la combustion d’énergie fossile [1] (2.000 milliards de tonnes). Cet effet de "puits de carbone" limite l’impact du réchauffement climatique, du moins à court terme, mais augmente considérablement l’acidité des océans, qui atteint aujourd’hui des niveaux record. Plusieurs rapports, auxquels ont contribué de nombreux scientifiques américains, publiés au cours des dernières semaines, font état des mêmes résultats inquiétants sur les conséquences de l’acidification des océans. La côte Nord-Ouest des Etats-Unis, dont une partie de l’économie dépend fortement des ressources marines, est d’ores et déjà affectée par les conséquences de l’acidification des océans et la côte Est commence également à s’en inquiéter.

Un phénomène inquiétant

Le premier volume du cinquième Rapport d’évaluation du GIEC [2] (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), publié fin septembre, décrit précisément ce phénomène et les changements observés dans la chimie des océans. L’Ocean Health Index [3], publié il y a quelques semaines, témoigne également des changements en cours dans les océans, de la nécessité d’une meilleure gestion pour les protéger et de mesures plus précises sur l’acidification. Cet index rend compte chaque année de l’état des services éco-systémiques liés aux océans. Il est dirigé par Ben Halpern, directeur du Center for Marine Assessment and Planning à l’Université de Californie à Santa Babara. Le rapport se base sur 10 services écosystémiques rendus par les océans pour établir leur "état de santé" comme par exemple le stockage du carbone, la propreté des eaux, la biodiversité, la protection des côtes, les économies de bords de mer ou encore le tourisme. Cette année, les chercheurs estiment que le facteur présentant le plus grand danger est la capacité des océans à répondre à nos besoins alimentaires. Enfin, la semaine dernière, State of the Ocean, une étude réalisée tous les deux ans dans le cadre du programme international sur l’état des océans [4], soulignait également les dangers de l’acidification croissante des océans.

Des impacts directs sur l’économie américaine

L’acidification des océans augmente aujourd’hui à un taux plus rapide qu’au cours des dernières 300 millions d’années [5], ce qui présente un danger majeur pour un grand nombre d’espèces. En effet, l’acidification rend plus difficile la construction des coquilles et des squelettes, à partir du carbonate de calcium (CaCO3). Aux Etats-Unis, les conséquences de l’acidification se font déjà sentir, comme le montre le reportage ci-dessous (anglais) réalisé par PBS, une chaîne nationale publique américaine, qui présente les conséquences de l’acidification des océans dans le Nord-Ouest américain, dont l’économie dépend fortement des fruits de mer, et les inquiétudes croissantes de la côte Est :



L’impact de l’acidification des océans sur les côtes du Nord-Ouest des Etats-Unis
Crédits : Reportage de la chaîne PBS http://redirectix.bulletins-electroniques.com/15Bd0


Des recherches sont nécessaires pour mieux comprendre le phénomène et évaluer son ampleur

L’acidification, la diminution de la concentration en oxygène et le réchauffement des eaux présentent un risque direct pour les coraux mais également pour les espèces qui construisent une coquille qui risque de devenir de plus en plus mince et de plus en plus fragile (comme les moules, les huîtres, les homards ou encore les crabes). Les scientifiques du laboratoire sur l’environnement marin du Pacifique de la NOAA [6] (National Oceanic and Atmospheric Administration) ont d’ailleurs récemment observé la dissolution des coquilles de ptéropodes, présents dans le Nord-Ouest du Pacifique et dans les eaux arctiques. La NOAA travaille également sur des projections de l’acidification des océans pour étudier leur impact sur l’industrie de la pêche au crabe, particulièrement développée en Alaska [7]. De nombreux organismes et écosystèmes dépendent également de ces espèces (oiseaux, baleines, poissons). Le cas du saumon rose est exemplaire : les ptéropodes représentent 60% de son alimentation.

La NOAA a lancé une nouvelle expédition au cours de l’été, rassemblant des chimistes et des biologistes, pour mieux comprendre les conséquences de l’acidification sur les différents organismes marins dans les eaux du Nord-Ouest des Etats-Unis [8].

Un prix lancé pour encourager le développement de capteurs plus performants et moins chers

S’il est clair que les océans s’acidifient de plus en plus à un niveau global, il reste de nombreuses incertitudes sur le niveau des changements selon les différentes régions et les niveaux de profondeurs. Obtenir des données plus précises permettrait de faire avancer les connaissances scientifiques et de mieux préparer les politiques de protection des océans. De nombreux tests ont été réalisés mais ils sont encore assez coûteux et difficiles.

Pour résoudre ce problème, un nouveau prix a été lancé en septembre dernier qui propose d’offrir une récompense d’un million de dollars à une équipe capable de développer un moyen de tester facilement et à moindres coûts l’acidité des océans (sans réétalonnage fréquent) et un autre million de dollars à l’équipe qui développera le détecteur le plus précis (pouvant fonctionner à plus de 3000 mètres de profondeur et capable de détecter une variation de pH de 0.002). L’objectif de ce prix est d’avoir des données sur l’acidité des océans similaires à celles que nous avons pour la température [9].

Le prix, qui porte le nom de son initiatrice, "Wendy Schmidt Ocean Health X PRIZE", a déjà connu un certain succès dans le secteur des océans ; par exemple en 2010, ce concours a permis le lancement d’une technologie capable d’accélérer le nettoyage des eaux de surface des océans suite à des déversements de pétrole [10]. Créé en 1995, l’ONG XPrize organise régulièrement des prix dans 5 catégories (énergie et environnement, exploration, développement sciences de la vie et apprentissage). Espérons que de nouveaux succès dans le domaine de la mesure du pH contribueront à la compréhension de l’évolution des océans, et à leur sauvegarde.

Sources :


- [1] "NOAA Scientists Embark on Voyage to Assess Ocean Acidification" - OGBURN, S.- Climate Wire and Scientific American - 07/26/2013 - http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=noaa-scientists-embark-voyage-asses-ocean-acidification
- [5] "The Geological Record of Ocean Acidification"- HONISCH, B. et al. - - Science - 2/03/2012 - http://www.sciencemag.org/content/335/6072/1058.abstract
- [6] Voir le site de la chaîne : http://www.pbs.org/newshour/rundown/2013/09/little-creatures-big-impact.html
- [7] "Effects of Ocean Acidification on Juvenile Red King Crab (Paralithodes camtschaticus) and Tanner Crab (Chionoecetes bairdi) Growth, Condition, Calcification, and Survival" - LONG, C. et al. - PLoS ONE - 14/09/2012 - http://www.plosone.org/article/authors/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0060959 ;jsessionid=834CA63749A7C1699CD952AED7A2DF79
- [8] "NOAA Scientists Embark on Voyage to Assess Ocean Acidification" - OGBURN, S.- Climate Wire and Scientific American - 07/26/2013 - http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=noaa-scientists-embark-voyage-asses-ocean-acidification

Pour en savoir plus, contacts :


- [2] Pour en savoir plus et lire le rapport : http://www.ipcc.ch
- [3] Pour en savoir plus : http://www.oceanhealthindex.org/
- [4] Pour en savoir plus : http://www.stateoftheocean.org/index.cfm
- [9] Le site du programme ARGO sur la mesure des températures des océans : http://www.argo.net/
- [10] Pour en savoir plus sur ce prix : http://www.xprize.org/
- Le projet Sea Change, réalisé par le photographe Steve Ringman et le reporteur Craig Welch, présente les changements observés dans la chimie des océans du Nord au Sud du Pacifique. Ce projet a été rendu possible grâce à l’examen de centaines de publications scientifiques sur le sujet et à la participation de scientifiques aux Etats-Unis et dans une demi-douzaine d’autres pays.
- Le site du programme sur l’acidification des océans de la NOAA : http://oceanacidification.noaa.gov/
Code brève
ADIT : 74177

Rédacteurs :


- Céline Ramstein, deputy-envt.mst@ambafrance-us.org ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….