OS&T 2014 Activity Report

, Lire cette page en français , Share

Le Service pour la Science et la Technologie (SST) est un service de l’Ambassade de France aux États-Unis, qui regroupe 8 attachés scientifiques, ayant tous une solide expérience de la recherche et de l’innovation et ayant exercé des responsabilités à différents niveaux dans les universités ou dans les organismes de recherche en France, secondés par une dizaine de jeunes scientifiques recrutés comme « volontaires internationaux », et par des personnels administratifs, soit un total de 24 personnes, placées sous la responsabilité du Conseiller pour la Science et la Technologie, qui rend compte directement à l’Ambassadeur. Des représentants du CNRS, de l’Inserm et du CNES sont associés à ce réseau avec lequel ils travaillent en étroite collaboration.

Par ses différentes implantations géographiques (Washington, Atlanta, Boston, Chicago, Houston, Los Angeles et San Francisco), le large spectre des thématiques abordées, et les différents programmes qu’elle met en œuvre, cette équipe est au service des acteurs français de la science et la technologie : organismes de recherche, universités et grandes écoles, centres de transfert de technologie, entreprises, communauté scientifique expatriée…

Le Service pour la Science et la Technologie est au cœur de la stratégie de l’Ambassade, son action se situe au carrefour des trois grandes priorités du ministère :

Diplomatie d’influence

La science, la technologie et l’innovation sont des domaines considérés comme hautement stratégiques par les États-Unis. Les priorités de notre action sont liées aux défis globaux : santé, bien-être, vieillissement, changements environnementaux, sécurité, éducation… Les champs liés à la défense et à la politique spatiale sont en partie couverts par le représentant du CNES.

Parmi les grands enjeux globaux, la lutte contre le changement climatique comporte une dimension scientifique et technologique essentielle, et le rôle des États-Unis est majeur dans les engagements qui devront être pris. L’opération FACTS (French Ameri-Can Climate TalkS) a été mise en place conjointement par les Services scientifiques aux États-Unis et au Canada afin de mobiliser les opinions publiques américaine et canadienne sur les enjeux climatiques, dans la perspective de la conférence internationale des Nations Unies sur le changement climatique qui sera hébergée par la France en 2015 (COP21).

Diplomatie scientifique

La France ne jouit pas d’une image conforme à son potentiel scientifique et technologique (5ème rang mondial). Les États-Unis sont notre premier partenaire et nous devons faire en sorte de valoriser notre rôle de partenaire de premier plan. Nous pouvons aussi jouer un rôle pour faciliter les coopérations franco-américaines dans le cadre du programme-cadre de la Commission européenne Horizon 2020.

Les priorités sectorielles découlent des grands enjeux sociétaux : sciences de la vie, sciences de l’environnement et du climat, énergie, société de l’information, big data, cybersécurité, nanosciences. Si notre action s’appuie sur des fondements scientifique et technologique, elle doit être envisagée à l’aune de la valeur ajoutée que nous pouvons apporter : les chercheurs collaborent naturellement et directement avec des partenaires internationaux ; notre intervention doit permettre de catalyser des initiatives qui sans cela resteraient fragmentées ou n’atteindraient pas la masse critique. Dans l’idéal, notre intervention doit permettre de structurer les partenariats en jouant sur différents registres : aide à la coopération scientifique et à la mobilité, création de diplômes conjoints, collaboration avec l’industrie… Le modèle de la collaboration avec Georgia Tech, qui allie une formation conjointe au niveau Master, une Unité Mixte Internationale avec le CNRS, la mise en place d’un incubateur en Lorraine, et qui a bénéficié de deux bourses Chateaubriand et d’un financement du programme Partner University Fund, est un exemple de structuration des coopérations à suivre.

Diplomatie économique

L’Ambassade est au service des entreprises françaises et doit avoir une politique coordonnée entre ses différents services. Le Service pour la Science et la Technologie a un positionnement à l’interface entre le monde de la recherche, de la formation supérieure et de l’innovation. Il a développé des outils originaux tels que NETVA (New Technology Venture Accelerator), YEi (Young Entrepreneurs initiative), FAID (French American Innovation Day)… Ceux-ci sont appréciés par les entreprises bénéficiaires et les laboratoires, nous devons réfléchir à leur évaluation et à la manière de les pérenniser en fonction des ressources - humaines et financières - dont nous disposons.

Synergies entre le SST et les autres Services de l’Ambassade

Les membres du réseau scientifique sont des scientifiques et ingénieurs qui exercent avant tout un métier de diplomate. Cette mission s’articule pleinement avec celle des autres services de l’Ambassade afin de démultiplier les sources d’information, de financement et de partenariats. Les liens se sont particulièrement renforcés avec le service culturel, le service économique et le service de presse.

- Synergies avec le Service Culturel et universitaire

Nous partageons un terrain d’action et des réseaux d’acteurs qui se recouvrent dans de nombreux cas, et il est difficile d’isoler les missions de recherche et d’enseignement supérieur des universités aux États-Unis. Nous faisons jouer les complémentarités, notamment pour monter des opérations en partenariat qui couvrent des domaines communs à nos deux services : développement des activités des universités françaises aux États-Unis, veille sur les innovations pédagogiques dans l’enseignement supérieur (MOOCs par exemple), mobilité des étudiants et jeunes chercheurs (notamment grâce au programme de bourses Chateaubriand), levée de fonds. Les 18 centres d’excellence universitaires américains dotés par le Service Culturel sont des partenaires avec lesquels le SST pourrait accompagner des projets en Science. Le Partner University Fund (PUF) est également un programme ou les Services Culturel et Scientifique collaborent pour la sélection et le suivi des projets. Enfin, le SST est partenaire du Service Culturel dans le programme Transatlantic Friendship and Mobility Initiative qui a vocation à doubler les échanges d’étudiants et jeunes chercheurs dans les années qui viennent.

- Synergies avec le Service Économique

Les actions pilotées par le SST en matière d’innovation, de transferts de technologie, d’accompagnement des jeunes entreprises innovantes, s’intègrent au plan d’action global de l’Ambassade en faveur des entreprises. Le SST s’implique plus spécifiquement dans les actions liées à l’innovation à travers le programme NETVA (New Technology Venture Accelerator, programme d’accélération de l’implantation sur le territoire américain de jeunes entreprises innovantes françaises) et le programme en miroir YEi (Young Entrepreneurs initiative). Plusieurs acteurs ont vocation à accompagner les entreprises françaises sur le territoire américain, et une réflexion est en cours pour optimiser les articulations avec le French Tech Hub mis en place à San Francisco et Boston, Ubifrance, l’AFII (regroupés dans Business France).

Par nos actions, nous souhaitons contribuer activement à la mise en place de partenariats structurants en matière de coopération scientifique, venir en appui à l’innovation notamment en direction de jeunes entreprises innovantes, renforcer les liens avec l’Europe et les actions multilatérales, et accroître la visibilité de nos actions afin de faire reconnaître la France comme une grande puissance scientifique et technologique. Dans cette perspective, la création de synergies avec les autres services de l’Ambassade est essentielle, et le SST s’est d’ores et déjà engagé dans la mobilisation de toutes les ressources internes afin d’atteindre l’objectif commun en matière de Diplomatie scientifique et économique, et plus généralement de Diplomatie d’influence.

Dr Minh-Hà Pham
Conseillère pour la Science et la Technologie

Au sommaire de ce document:

- Préambule
- Le Réseau scientifique aux États-Unis
- Organigramme du Service pour la Science et la Technologie
- Organismes de recherche
- Washington : Bureau de la Conseillère
- Atlanta : Cooperation Scientifique et Universitaire
- Boston : Innovation, Valorisation de la Recherche et Entrepreneuriat
- Chicago : Recherche Agronomique et Biotechnologies
- Houston : Physique et nanosciences
- Los Angeles : Sciences de la vie
- San Francisco : Technologies Propres et Technologies de l’Information
- Washington : Environnement et developpement durable
- Washington : NTICS – Nouvelles Technologies de l’Information, de la Communication et de la Sécurité
- Washington : Bureau Inserm-USA
- Washington : Bureau du CNES
- Washington - Bureau CNRS Amérique du Nord