Année internationale des légumineuses : quel engagement des Etats-Unis en faveur des légumineuses ?

, Partager

L’année 2016 a été déclarée par la 68ème Assemblée générale des Nations Unies comme Année internationale des légumineuses, car les avantages de ces cultures, tant agronomiques, environnementaux que nutritionnels, sont largement reconnus. Les Etats-Unis sont un producteur important de légumineuses dans le monde, même s’ils restent loin derrière l’Inde ou la Chine. Le gouvernement américain et les associations de producteurs de légumineuses, désireux de développer davantage à la fois la production et la consommation, ont mis en place des initiatives avant même la déclaration de l’année internationale.

2016, déclarée année internationale des légumineuses par les Nations Unies

Les Nations Unies ont déclaré 2016 comme l’année internationale des légumineuses. L’Organisation des Nations Unis pour l’Agriculture et l’Alimentation (Food and Agriculture Organization – FAO) a été désignée pour mettre en œuvre cet évènement en collaboration avec les différentes parties prenantes (gouvernements, organisations non gouvernementales, etc.). La mise en place d’une telle année vise à sensibiliser le grand public mais aussi les différents acteurs des avantages que peuvent procurer les légumineuses tant sur les plans nutritionnels, agronomiques et environnementaux. L’objectif est de faire en sorte que la recherche autour des légumineuses soit accrue, que la production soit encouragée et que leur utilisation au sein de la chaîne alimentaire soit améliorée [1].

Pour ce faire un plan d’action et un comité de suivi ont été mis en place. Les Etats-Unis font partie de ce comité de suivi. Outre l’organisation de campagnes et d’évènements de sensibilisation, ce plan d’action prévoit, entre autres, de constituer une base de données sur la composition alimentaire des légumineuses et de produire un rapport sur les problématiques économiques liées à ces cultures [2] .

Pourquoi promouvoir les légumineuses ?

Selon la FAO, les légumineuses regroupent l’ensemble des fèves et haricots secs, des lentilles et des poids secs récoltés pour l’obtention de grain sec, excluant les plantes récoltées pour l’extraction d’huile ou en vert [3]. Les Nations Unies ont choisi de mettre en avant ces cultures pour faire valoir leurs nombreux avantages.
En effet, les légumineuses sont des aliments riches en protéines, en fibres, en nutriments et en vitamines. Pour cette raison, ils sont recommandés dans les régimes alimentaires pour réduire les risques de maladies chroniques et de maladies cardiovasculaires [4] [5] [6].

Sur le plan agronomique, les légumineuses possèdent la particularité de pouvoir fixer l’azote de l’air dans le sol, grâce à un complexe formé au niveau des racines de la plante avec des bactéries du genre Rhizobium. Cette faculté implique que la légumineuse n’a pas besoin d’apport en engrais azoté mais de surcroît laisse de l’azote dans le sol pour les plantes qui seront cultivées ensuite. Associée à une amélioration de la qualité des sols permise par ces cultures, cela va ainsi favoriser les rendements des cultures ultérieures dans la rotation [7] [8].

D’autre part, sur le plan environnemental, la faculté de fixer l’azote permet de réduire les quantités d’engrais synthétiques à appliquer sur les cultures, diminuant de même les émissions de gaz à effet de serre liées à la production de ces engrais synthétiques (protoxyde d’azote) [9]. Les légumineuses sont également plébiscitées sur le plan environnemental pour leur moindre demande en eau et leur empreinte carbone plus faible que d’autres sources protéiques, comme la viande [10].

La place des légumineuses aux Etats-Unis

Selon les dernières estimations de l’USDA, les Etats-Unis ont produit, en 2014, 2,5 millions de tonnes de légumineuses. Cela représente une surface récoltée de plus de 11 millions d’hectares, soit un peu moins de 3% de la surface agricole utile des Etats-Unis (914 millions d’acres – environ 370 millions d’hectares, selon le dernier recensement agricole en 2012). La production est plutôt concentrée dans les Etats du nord-ouest (Dakota du Nord, Idaho, Montana, etc.). Aujourd’hui, plus de la moitié de la production américaine est exportée. La consommation, estimée par la disponibilité par habitant, ne dépassait pas les 3,5 kg par habitant en 2014, mais tend à s’accroître [11].

Si cette production apparaît assez développée et en croissance, les légumineuses occupent, encore aujourd’hui, une place relativement mineure dans le régime alimentaire des américains. Ceci peut s’expliquer entre autres par une méconnaissance de ce type d’aliments [12]. Les différentes initiatives entreprises par le gouvernement américain et d’autres acteurs non institutionnels ont ainsi vocation à développer cette consommation.

Engagement des Etats-Unis en faveur des légumineuses

Avant que l’ONU ne déclare l’année internationale des légumineuses, les Etats-Unis, et plus particulièrement le ministère américain de l’Agriculture (US Department of Agriculture – USDA), avaient déjà pris conscience des potentiels offerts par les légumineuses. Cela s’est traduit par plusieurs actions gouvernementales.

Sur le plan nutritionnel, la consommation de légumineuses est recommandée dans le cadre des Recommandations nutritionnelles pour les américains (Dietary Guidelines for Americans – DGA). Ces recommandations sont établies et révisées tous les cinq ans conjointement par les ministères américains de l’Agriculture et de la Santé, sur la base d’un rapport scientifique [13]. Outre le rappel des avantages à intégrer des légumineuses dans son régime alimentaire, les DGA recommandent également de diversifier les sources de protéines consommées [14]. De la même façon, les légumineuses sont pleinement intégrées dans un programme comme MyPlate, outil nutritionnel développé par l’USDA en 2011 pour éclairer les citoyens, et plus particulièrement les enfants, dans leurs choix alimentaires [15].

Par ailleurs, sous l’impulsion des associations de producteurs de légumineuses, le dernier Farm Bill, adopté en 2014, intègre deux initiatives spécifiques sur les légumineuses. La plus emblématique est la Pulse Health Initiaitve, qui permet de mobiliser 25 millions de dollars par an pour conduire des recherches tant sur les aspects nutritionnels (caractérisation des bienfaits sur la santé, etc.) qu’agronomiques (sélection variétale) des légumineuses. L’autre initiative, dotée d’un budget de 10 millions de dollars pour 5 ans, porte sur l’intégration des légumineuses dans les repas scolaires dans le cadre du National School Lunch Program et du School Breakfast Program [16].

Enfin, l’ARS (Agricultural Research Service), agence de recherche de l’USDA, n’est pas en reste sur les questions des légumineuses et a lancé plusieurs programmes de recherches liées aux différentes problématiques ayant trait aux légumineuses, et ce dès la fin des années 1950. Les légumineuses sont également au cœur des travaux menés par l’agence dans le cadre du programme Feed the future, en collaboration avec l’Agence américaine pour le développement internationale (US. Agency for International Development – USAID), sur les questions de sécurité alimentaire. Les travaux menés par l’ARS portent essentiellement sur les questions d’amélioration variétale. Par exemple, un des projets de recherche a consisté à utiliser une technique de sélection innovante (pyramid stacking) pour développer des variétés de haricots capables de s’adapter à différents types d’environnements (chaleur extrême, irrigation limitée, sols pauvres en nutriments, etc.) [17].

D’autres initiatives sont également menées par les différents acteurs du secteur. On citera par exemple, l’initiative « Pulse Pledge » développée conjointement par l’Association américaine pour les légumineuses (American Pulse Association), le Conseil américain pour les pois secs et les lentilles (US Dry pea and lentil council) et l’Association canadienne pour les légumineuses (Pulse Canada). Cette initiative, qui s’adresse au grand public, a pour ambition de mieux faire connaître ce type d’aliments, notamment en partageant des recettes [18].

Conclusion

De nombreuses initiatives ont déjà été mises en place aux Etats-Unis, tant par les acteurs institutionnels que par les acteurs privés, et couvrant l’ensemble des problématiques qui a trait aux légumineuses, de la recherche variétale à la sensibilisation du grand public. Néanmoins, jusqu’à présent, le ministère américain de l’Agriculture a encore peu communiqué dans le cadre de l’année internationale des légumineuses prononcée par l’ONU.


Rédacteur :
- Chloé Bordet, attachée adjointe pour la science et la technologie, Chicago : deputy-agro@ambascience-usa.org


Autres articles traitant des légumineuses

France-Science - Avec les pesticides, les rhizomes rient jaunes http://www.france-science.org/Avec-les-pesticides-les-rhizomes.html
France-Science - Lutte contre l’obésité dès l’enfance : les études et les actions se multiplient http://www.france-science.org/Lutte-contre-l-obesite-des-l.html
France-Science - L’augmentation du CO2 atmosphérique : impact sur l’alimentation humaine http://www.france-science.org/L-augmentation-du-CO2.html