Appel à une mobilisation internationale pour la biologie synthétique

, Partager

17 éminents scientifiques issus des domaines des nanosciences, de la physique, de la biologie et de l’ingénierie, réunis au symposium Kavli Futures du 11 ou 15 juin 2007, se sont accordés de façon unanime sur l’importance critique que va prendre la biologie synthétique dans les 50 prochaines années et sur la nécessité de mieux contrôler l’évolution de cette nouvelle discipline émergente.

En effet, la biologie synthétique pourrait, selon les chercheurs, révolutionner l’approche des grands problèmes auxquels la société doit faire face au 21ème siècle : le changement climatique, l’énergie, la santé, les ressources en eau…

Ce domaine, aussi prometteur que controversé, étudie la construction ou la re-ingénierie de composants de systèmes biologiques qui n’existent pas à l’état naturel, en utilisant, tout en les combinant, des outils de biologie moléculaire et des nanosciences. Il permet par exemple le développement de micro-organismes capables de produire du carburant à partir de plantes, de synthétiser des médicaments ou encore de cibler et de détruire des cellules indésirables dans l’organisme. Conceptuellement la discipline peut être divisée en deux grandes approches :

1- Le hardware ou le matériel - la machinerie moléculaire de la biologie synthétique qui permet de séquencer et produire l’ADN - est un domaine d’étude qui progresse rapidement et dont les coûts de production sont divisés par deux tous les deux ans.

2- Le software ou le logiciel, qui définit les règles de fonctionnement de cette technologie, est beaucoup moins maîtrisé. Nous comprenons les mots (les gènes) mais trouver le sens des phrases définies par des réseaux complexes d’interconnections est nettement plus complexe.

La déclaration, rédigée comme conclusion au symposium, appelle à une mobilisation internationale pour le soutien à la recherche en biologie synthétique ainsi qu’au développement de mesures de protections contre les accidents et les abus qu’elle peut engendrer :

Pour la recherche :
- Soutenir le développement de plateformes technologiques
- Soutenir la recherche fondamentale explorant le ’software’ du vivant et ses interactions avec l’environnement
- Soutenir les recherches en nanotechnologies associées à la production de vie synthétique

Concernant l’impact sociétal et les applications
- Soutenir les applications les plus urgentes dont l’énergie et la santé
- Etablir une organisation professionnelle pour maximiser les bénéfices, minimiser les risques et prendre en compte les questions de bioéthique
- Développer une approche flexible et sensée sur les questions de propriété intellectuelle, de partage du savoir et de régulation

Le groupe de signataires comprend un scientifique français, le Dr. David Bensimon, Directeur de Recherche au sein du Laboratoire de Physique Statistique de l’Ecole Normale Supérieure.

Source :

http://www.kavlifoundation.org/news/pr_062507.html

Pour en savoir plus, contacts :


- The Ilulissat statement : Synthesizing the future
http://www.kavlifoundation.org/news/ilulissat_statement.pdf
- Sur la biologie synthétique :
http://en.wikipedia.org/wiki/Synthetic_biology
Code brève
ADIT : 43415

Rédacteur :

Mireille Guyader, attache-sdv.mst@consulfrance-losangeles.org - Peggy Rematier, deputy-sdv.mst@consulfrance-sanfrancisco.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….