Au Nord-Est des Etats-Unis, la preuve de concept pour les startups des technologies propres devient de plus en plus accessible

, Partager

Le Nord-Est connaît actuellement un renforcement de ses ressources destinées à la preuve de concept et à la construction de prototypes pour les startups des technologies propres. Cela permet de donner un coup de pouce conséquent à cette industrie déjà très compétitive.


Crédits : Wavebreakmedia


Les startups cleantech du Nord-Est participent fortement à l’économie de cette région : on y trouve environ 600 entreprises dont près de 300 startups, particulièrement concentrées dans le Massachusetts et l’état de New York. Elles ont attiré près de 3,5 milliards de dollars en capital-risque entre 2007 et 2012 [1].

L’importance de ce cluster de l’innovation cleantech dans l’économie régionale est dûe à une attention particulière aux pistes de développement possibles, afin de rester compétitif et attirer les talents les plus prometteurs. Certaines de ces pistes ont été proposées dans un rapport sur le paysage de l’innovation dans les cleantechs commandé par le NECEC Institute, une organisation de professionnels s’étant donné pour mission d’accélérer l’économie des technologies propres de la région de Nouvelle Angleterre. En particulier, l’accès aux ressources de développement de technologies est mis en avant comme un point critique pour les jeunes entreprises [2].

Pour pallier ce problème, trois approches sont prises par les pouvoirs publics mais aussi les acteurs privés.

1. Des financements directs aux chercheurs afin de faciliter l’utilisation des ressources

Depuis 2004, le Massachusetts Technology Transfer Center a attribué 3,5 millions de dollars à des chercheurs sous la forme de bourses allant jusqu’à 40.000 dollars pour la preuve de concept, permettant ainsi à ces derniers de valider le potentiel commercial d’inventions nouvelles.

Plus récemment, une proposition de loi a été déposée, dans le but d’accélérer ces efforts. La "House Bill 1082", actuellement en discussion, débloquerait 8 millions de dollars destinés aux universités pour faciliter leurs efforts de commercialisation. Cela traduit l’intérêt des décideurs politiques du Massachusetts de réaliser des investissements à ce niveau [3].

2. Aider les startups à y voir plus clair, en cartographiant les laboratoires et équipements déjà existants

Dans l’un de nos précédents bulletins électroniques [4], nous avons présenté comment le gouvernement du Commonwealth cherchait à connecter les startups technologiques à l’industrie de fabrication utilisant des techniques avancées, à travers l’initiative Advanced Manufacturing Collaborative [5]. Au niveau régional, ce sont les initiatives privées qui prennent le relai : le NECEC Institute, proposant lui-même une réponse au problème qu’il a mis en avant, a ainsi mis au point une cartographie des laboratoires et installations du Nord-Est permettant aux startups des technologies propres de réaliser des tests [6]. Notons que sur les 85 instituts ainsi répertoriés, les trois-quarts sont au Massachusetts.


Répartition des installations permettant la preuve de concept pour les jeunes entreprises des technologies propres, dans les états du Nord-Est. Certaines installations ont plusieurs fonctions, ce qui explique que le "total" ne soit pas la simple somme des nombres de sites de démonstration, de laboratoires et de bancs d’essai
Crédits : MS&T d’après les données de Cleantech Navigate Northeast - Lab and Testing Facilities Directory


Cette cartographie est un premier pas et n’est pas encore exhaustive ; le déséquilibre apparent entre le Massachusetts et New York provient en partie du fait que le NECEC Institute avait pour vocation initiale de se concentrer principalement sur la Nouvelle-Angleterre. L’extension à l’ensemble du Nord-Est se réalise via l’initiative Cleantech Navigate Northeast déjà mentionnée dans nos précédents bulletins [4] et [7].

3. Investir pour créer de nouveaux centres de test "grandeur nature"

Une grande partie des technologies propres ont une application à grande échelle, qui peut souvent excéder la taille du laboratoire "classique". Par exemple, en ce qui concerne les technologies liées à l’efficacité énergétique résidentielle, rien ne vaut le test sur un bâtiment entier : c’est ce qui est proposé par le "Laboratoire vivant" de Fraunhofer CSE, dont l’inauguration a eu lieu le 11 juin. Cet espace est issu de la restauration d’un bâtiment vieux d’un siècle en utilisant des technologies de pointe. Il est conçu pour développer et valider les travaux de startups dans le photovoltaïque, l’efficacité énergétique et la distribution d’électricité [7]. Les travaux de Fraunhofer sont financés à hauteur de 30% par des bourses du Department of Energy des Etats-Unis [8].

Dans l’état de New York, les zones de test sont moins nombreuses qu’au Massachusetts : ainsi, là où le Commonwealth propose des bourses pour faciliter l’utilisation des ressources existantes, l’état de NY, à travers la NYSERDA (autorité de recherche et développement dans le domaine de l’énergie), investit préférablement dans le développement de nouveaux centres. Ainsi en 2013, la NYSERDA a annoncé un investissement d’un total de quinze millions de dollars dans trois centres de preuve de concept au sein d’universités (Columbia University, High Tech Rochester et Polytechnic Institute of New York University), sur un période de cinq ans [9] - ce qui dépasse en volume ce que l’on constate au Massachusetts ; notons cependant que ces efforts de validation de technologie sont souvent réalisés "en interne" par les universités de Boston et des alentours, sans nécessiter de financements extérieurs.

De tels efforts ont aussi lieu hors des universités : fin avril dernier, le Gouverneur de l’état de New York, Andrew Cuomo, a annoncé l’inauguration du Centre de test et de commercialisation pour les technologies de batteries et stockage de l’énergie (le NY-BEST). Il s’agit d’un partenariat public privé de 23 millions de dollars entre la NYSERDA (ayant contribué à hauteur de 6 millions de dollars), Empire State Development (un million de dollars) et DNV GL, une entreprise internationale de conseil technique en énergie (16 millions de dollars) [10]. Cette installation permettra de tester des systèmes d’une taille d’un mégawatt - ce qui est peu commun en laboratoire - et propose un microréseau de 125 MW [11]. Ce type de ressources n’était habituellement disponible qu’à travers des partenariats avec les distributeurs d’électricité, ce qui requérait déjà un niveau de validation avancé.

Ces différents efforts de soutien aux startups des technologies propres ne sont qu’une facette des politiques publiques de soutien à cette industrie dans les états du Nord-Est des Etats-Unis. Parmi les onze états de cette région, neuf sont dans la moitié haute du classement des politiques de soutien aux cleantechs établi par Clean Edge en 2013 [13]. Ce classement rappelle aussi le rôle moteur du Massachusetts et de l’état de New York (respectivement premier et troisième) ; il n’aura pas échappé au lecteur que les exemples de notre article proviennent essentiellement de ces deux états… Il est probable que les efforts de développement au niveau régional contribuent à renforcer ces disparités : au niveau des financements de l’initiative Cleantech Navigate Northeast, il est intéressant de noter que les contributeurs principaux (et fondateurs !) sont le MassCEC et la NYSERDA [14], les agences publiques de soutien au développement de l’énergie propre du Massachusetts et de New York ; les autres états semblent fortement éclipsés et bénéficieront sans doute moins de cette initiative.

Sources :


- [1] NYSERDA, "New York State Clean Energy Technologies Innovation Metrics," 2012.
- [2] NECEC Institute, "New England Cleantech Innovation Landscape," 2014.
- [3] President’s office, university of Massachusetts, "Proposed $8M "Proof-of-concept" Center Legislation," [En ligne]. Available : http://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&ved=0CDcQFjAC&url=http%3A%2F%2Fmedia.umassp.edu%2Fmattcenter%2Fnews%2FUMass%2520White%2520paper%2520on%2520proposed%2520Proof%2520of%2520Concept%2520Funding%25209-2013.doc&ei=Wa2YU_i1G8qOyASwk
- [4] Ambassade de France aux Etats-Unis, "Innovation et entrepreneuriat : la politique pragmatique du Massachusetts," 11 avril 2014. [En ligne]. Available : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/75658.htm
- [5] Commonwealth of Massachusetts, "Advanced Manufacturing Collaborative," 2014. [En ligne]. Available : http://www.mass.gov/hed/economic/initiatives/manufacturing/advanced-manufacturing-collaborative.html
- [6] NECEC Institute, "Cleantech Navigate Northeast - Labs and Testing Facilities," 2014. [En ligne]. Available :http://cleantechnavigatene.org/resources/. [Accès le 10 avril 2014].
- [7] Ambassade de France aux Etats-Unis, "Le Cleantech Open, révélateur du dynamisme de la communauté cleantech aux Etats-Unis," 6 juin 2014. [En ligne]. Available : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/76075.htm
- [8] Fraunhofer CSE, "Fraunhofer CSE Living Laboratory," 2014. [En ligne]. Available : http://cse.fraunhofer.org/5cc/
- [9] Tech Flash, "Fraunhofer snags $11.7M funding from DOE for ’plug and play’ solar project," 18 décembre 2012. [En ligne]. Available : http://www.bizjournals.com/boston/blog/techflash/2012/12/fraunhofer-snags-117m-funding-from.html?page=all
- [10] High Tech Rochester, "NYSERDA Announces New Proof-of-Concept Centers," 3 janvier 2013. [En ligne]. Available : http://htr.org/nyserda-announces-new-proof-concept-centers
- [11] NYSERDA, "Governor Cuomo Announces Opening of Battery and Energy Storage Testing Center," 30 avril 2014. [En ligne]. Available : http://www.greentechmedia.com/articles/read/Testing-Ground-For-New-Energy-Storage-in-New-York
- [12] Greentech Media, "Testing Ground for New Energy Storage in New York," 12 mai 2014. [En ligne]. Available : http://www.greentechmedia.com/articles/read/Testing-Ground-For-New-Energy-Storage-in-New-York
- [13] Clean Edge, "U.S. Clean Tech Leadership Index," Juin 2013. [En ligne].
- [14] NECEC Institute, "NECEC Institute - Accelerating the Northeast’s Clean Energy Economy," 2014. [En ligne]. Available : http://nececinstitute.org/

Rédacteurs :


- Guillaume Decorzent, Mission pour la Science et la Technologie - Consulat Général de France à Boston - guillaume.decorzent@ambascience-usa.org ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….