BIO 2015 : De nouvelles applications thérapeutiques en nanomédecine.

, Partager

Le congrès international BIO 2015, grand rassemblement annuel organisé par la Biotechnology Industry Organization (prochainement Biotechnology Innovation Organization [1]), s’est tenue cette année du 15 au 18 juin 2015 à Philadelphie. Plus de 15 000 représentants internationaux de l’industrie des biotechnologies s’y sont retrouvés pour établir des partenariats d’affaires et s’informer sur les dernières tendances des biotechnologies [2]. L’une des nombreuses conférences données à cette occasion, “Nanomedicine… The Next Big Thing” [3], laissait entrevoir les dernières applications thérapeutiques de la nanomédecine qui pourraient révolutionner la médecine actuelle, l’occasion de revenir sur cette discipline en plein essor.

JPEG - 127.4 ko
La nanomédecine, une discipline en plein essor dans le traitement des cancers
Crédits : Khuloud T. Al-Jamal & Izzat Suffian, Wellcome Images Short Desc.

Qu’est-ce que la nanomédecine ?

Application des nanotechnologies à la médecine, la nanomédecine exploite l’interaction physique de nanomatériaux de taille moléculaire avec les structures biologiques du corps humain. Purification du sang [4], conception de tissus biologiques [5], visualisation de tumeurs [6]… Les applications sont innombrables.

L’industrie pharmaceutique a déjà mis au point des traitements innovants contre le cancer utilisant les propriétés des nanotechnologies. Le principe est de lier les agents thérapeutiques des traitements habituels à des nanoparticules, dont la composition et la forme leur permettent de se lier spécifiquement aux cellules cancéreuses. Ceci permet d’augmenter drastiquement la distribution de la molécule active, de limiter sa toxicité, mais aussi d’accroître sa durée de vie dans l’organisme. De nombreux médicaments reposant sur ce principe sont déjà commercialisés [7]. Par exemple, Doxil, premier nano-médicament approuvé par la FDA (Food and Drug Administration) en 1995, utilise des liposomes pour encapsuler son principe actif, la Doxorubicine [8]. Ou encore l’Abraxane, approuvé par la FDA pour les traitements des cancers du sein, du poumon, et du pancréas, qui est constitué de Paclitaxel lié à des nanoparticules d’albumine [9]. Le Dr. Desai, intervenant à la conférence “Nanomedicine… The Next Big Thing” est l’inventeur de cette méthode d’administration du Paclitaxel.

Un secteur en plein essor

Mais plus que de simples porteurs d’agents thérapeutiques, une nouvelle génération de nanomédicaments voit le jour avec des effets thérapeutiques propres. Des chercheurs de l’Université de Leeds (Grande-Bretagne) travaillent par exemple sur l’utilisation de nanotubes d’or pour traiter le cancer. Ils ont réussi à adapter la taille de ces nanoparticules afin qu’elles captent la lumière presque infra-rouge, lumière pouvant traverser les tissus humains. Ces nanotubes sont introduits dans le sang, se lient aux tumeurs, et sont éclairés par un rayonnement presque infra-rouge pour accumuler suffisamment d’énergie pour brûler les cellules cancéreuses voisines [10]. Cette technique peut être reproduite avec une lumière de moindre intensité pour faire rayonner les nanotubes, et repérer les tumeurs en vue de les retirer.

Le secteur connait actuellement une forte croissance impulsée par ces innovations technologiques. Le marché de la nanomédecine, actuellement évalué à 78 milliards de dollars, devrait atteindre une valeur de 177 milliards de dollars d’ici 2019 [11], avec notamment le succès des mAbs (Monoclonal Antibody Drugs). Les ingénieurs de GoogleX, centre de recherche technologique de pointe du géant Google, ont bien senti le potentiel du secteur. Ils développent actuellement un bracelet qui, couplé à des nanoparticules magnétiques diffusées dans le sang, pourrait diagnostiquer, voire éliminer, les cellules cancéreuses dans le corps. Selon la firme, il faudra néanmoins attendre au moins 5 ans avant que le produit soit finalisé et approuvé par la FDA [12].


Pour en savoir plus :
2015 BIO International Convention

Rédacteur :
- Rémi Le Scaon, Los Angeles, remi.le-scaon@ambascience-usa.org ;
- Retrouvez toutes les activités du Service Science et Technologie / Los Angeles sur le site du Consulat général de France à Los Angeles : http://www.consulfrance-losangeles.... ;
- Retrouvez toutes les activités de la Mission pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France aux Etats-Unis sur : http://france-science.org