Big Data : quelles applications pour la diplomatie et le développement ?

, Partager

Le bureau de la eDiplomatie (Office of eDiplomacy) du Département d’Etat (Ministère des affaires étrangères américain) a organisé le 7 juin 2013 la conférence "Tech@State - MoneyBall diplomacy" [1] sur l’usage de grands ensembles de données (Big Data) dans le domaine de la diplomatie et du développement.

Cette conférence est la 11ème édition d’une série de conférences "Tech@State" organisées chaque trimestre depuis 2010. Les conférences Tech@State visent à explorer les nouveaux usages des technologies de l’information dans les métiers de la diplomatie et du développement. Les précédentes éditions ont porté sur des thématiques diverses comme l’open source, les réseaux sociaux [2], les jeux éducatifs (serious games), ou encore les techniques de visualisation de données. Ces évènements sont organisés par le Département d’Etat au sein de l’université de George Washington dans un format très ouvert.

Durant cette édition centrée sur l’usage des données pour la diplomatie et le développement [3], plus de 30 experts issus du gouvernement américain, d’organisations non gouvernementales internationales, de cercles de pensée, d’entreprises du secteur des technologies de l’information, et d’institutions académiques sont intervenus devant 300 participants et quelques centaines d’internautes via la retransmission en direct sur Internet.

Kenneth Cukier, journaliste et "Data Editor" à "The Economist" et co-auteur de l’ouvrage "Big Data : A Revolution That Will Transform How We Live, Work, and Think" [4] a souligné durant son discours d’introduction l’importance grandissante des données numériques en citant de nombreux exemples pour lesquels l’utilisation de ces données ont provoqué des changements révolutionnaires. Kenneth Cukier a qualifié la Big Data de "moment Galilée" de notre génération, en référence aux bouleversements provoqués par l’astronome dans son domaine.

Emmanuel Letouzé, spécialiste du "data for development" [5], distingue trois fonctions principales de la Big Data :
=> Une fonction descriptive : la Big Data peut documenter et mettre en évidence ce qui est en train de se produire ;
=> Une fonction prédictive : la Big Data peut donner une notion de ce qui va probablement se produire, indépendamment des causes possibles ;
=> Une fonction de diagnostic : la Big Data peut nous éclairer sur la cause de ce qui pourrait arriver, les raisons et la nature d’un conflit violent.

Amir Bagherpour, conseiller senior au bureau des conflits et des opérations de stabilisation au Département d’Etat a illustré cette fonctionnalité de diagnostic en prenant comme exemple l’analyse des données sur le conflit de 2008 au Niger. Cette analyse a permis de mettre en évidence l’impact réel de la mise en place de l’amnistie pour tenter d’enrayer les violences. Celle-ci a effectivement eu un effet à court terme, mais à plus long terme, la diminution des violences a eu tendance à ralentir par rapport à la période précédant l’amnistie.


Impact de la mise en place de l’amnestie
Crédits : MS&T


Autre exemple, David Kim, directeur de la jeune entreprise "ForeTuit" [6] a présenté une application ayant pour objectif de diagnostiquer mais aussi de prédire les chances de réussite d’un accord ou d’une transaction à partir de la collecte de tous les messages électroniques échangés par les personnes impliquées dans ce projet au sein de l’organisation.

Ces usages innovants des données soulèvent toutefois quelques inquiétudes. Certains intervenants ont même évoqué un risque de "dictature des données". Kenneth Cukier souligne que si Henry Ford avait eu accès à des algorithmes Big Data pour connaitre les désirs de sa clientèle, il aurait probablement obtenu comme réponse "un cheval plus rapide" [7].

D’autres craignent une confusion entre corrélation et causalité, ou encore des utilisations abusives des données. Dans ce dernier cas, les intervenants ont précisé que le meilleur moyen de prévenir ces mauvaises utilisations sera de rendre publique la source des données.


Exemple de correlation
Crédits : xkcd



Panel d’intervenants durant la conférence "Tech@State : moneyball diplomacy"
Crédits : MS&T

Sources :


- [5] Presentation "diving into data" d’Emmanuel Letouzé (https://twitter.com/Data4Dev ) : http://prezi.com/uqr29m0rbo7h/techstate-moneyball-diplomacy-diving-into-data
- "Tech@State hosts Moneyball Diplomacy Event" - Blog Officiel du Department d’Etat : http://blogs.state.gov/stories/2013/06/11/techstate-hosts-moneyball-diplomacy-event

Pour en savoir plus, contacts :


- [1] le titre de la conference "Moneyball diplomacy" fait reference à l’usage des statistiques dans le domaine du Baseball et à l’ouvrage sur ce sujet "Moneyball : the art of Winning an Unfair Game" publié en 2003 par Michael Lewis
- [2] "La diplomatie américaine s’intéresse de près au web social" - BE Etats-Unis 280 - février 2012 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/69281.htm
- [3] Agenda de la conférence Tech@State : Moneyball Diplomacy : http://tech.state.gov/profiles/blogs/tech-state-moneyball-diplomacy-agenda
- [4] Big Data : A Revolution That Will Transform How We Live, Work, and Think - Viktor Mayer-Schonberger et Kenneth Cukier - http://www.npr.org/books/titles/173620343/big-data-a-revolution-that-will-transform-how-we-live-work-and-think
- [6] Site de la startup ForeTuit : http://www.foretuit.com/
- [7] If Henry Ford had queried big-data algorithms for what his customers wanted, they would have replied "a faster horse"
- Liste des précédents Tech@State : http://tech.state.gov/page/past-tech-states
Code brève
ADIT : 73271

Rédacteurs :


- Frédéric Lohier (deputy-stic.dc@ambascience-usa.org) ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org ;
- Suivre le secteur Nouvelles Technologies de l’Information, Communication, Sécurité sur twitter @MST_USA_NTICS.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….