Bolt : un investisseur dynamique et bricoleur

, Partager

Nous avons décrit récemment les succès d’incubateurs comme LabCentral, spécialisé dans le domaine des biotechnologies [1], ou Greentown Labs [2], l’incubateur au service de la communauté "cleantech", qui perpétuent la tradition d’innovation du Massachusetts. Bolt [3], accélérateur/incubateur d’un nouveau genre, s’est récemment lancé avec un autre challenge : il se focalise sur les start-ups du domaine "hardware", les objets matériels très concrets et souvent connectés, domaine jusqu’alors peu soutenu par d’autres organisations comparables.

Des startups hardwares en manque d’accompagnement

A l’échelle des Etats Unis et au-delà de la région de Boston, de célèbres programmes d’accélération comme TechStars [4], Acceleprise [5], ou encore Headhunter Labs [6] se sont développés avec pour objectif commun d’accompagner les jeunes entreprises dans leur développement. L’idée principale est de mettre au service des entrepreneurs toutes les ressources de l’écosystème telles que des espaces de travail, des mentors, des investisseurs, le réseau d’autres entrepreneurs, etc. Appelés incubateurs ou accélérateurs selon la durée des services proposés, beaucoup de ces structures se concentrent sur les entreprises centrées sur des produits logiciels, ou "software", à l’image des applications mobiles, web service, qui ont le mérite de pouvoir aller rapidement jusqu’au marché.

Il y a cependant un fort intérêt pour les sociétés se focalisant sur des objets physiques de la vieille économie : pour preuve les dernières acquisitions d’entreprises de "hardware" telles que Nest (qui conçoit et produit des thermostats innovants) [7], DropCam (entreprise de domotique) [8], SkyBox (jeune entreprise qui a lancé avec succès SkySat, un satellite de photographie haute définition) [9] par Google, ou Makerbot (impression 3D) [10] par Stratasys. Et quelques grandes tendances renforcent l’attractivité de ce domaine, parmi lesquelles on peut noter des cycles de R&D plus rapides et abordables : prototypage devenu plus accessible avec la généralisation de l’utilisation des techniques d’impression 3D et grâce aux initiatives d’open database d’ingénierie telles que Arduino [11], programmes de soutien au secteur manufacturier fédéral ou local (citons par exemple FIRST Robotics [12]) qui rendent attrayante la conception et fabrication de produits physiques. L’incubateur Bolt s’inscrit dans cette tendance et facilite le développement d’entreprises qui produisent ces objets.

Bolt ou la mise en commun de ressources inaccessibles aux jeunes entreprises hardware


En Mai 2013, Scott Miller (CEO de Dragon Innovation), Axel Bichara (fondateur de Premise, Atlas Venture) et Ben Einstein (Brainsteam Design) lancent officiellement Bolt au 110 Chauncy Street, en plein coeur de Boston [13].
Crédits : MS&T


Les locaux de près de 1000 m2 sur deux étages abritent au premier niveau des "open-spaces" pour les start-ups et offrent au sous-sol un large atelier permettant d’usiner tous types de matériaux avec du matériel professionnel et très couteux (Computer Aided Design/Manufacturing, Computer Numerical Control) ou de faire du prototypage rapide (imprimantes 3D, découpage laser, SolidWorks). Cet accès à ce matériel fait la différence pour les entreprises.

Bolt a en effet investi plusieurs millions de dollars dans cet équipement de premier plan. Les start-ups du programme bénéficient ainsi d’un large panel d’outils pour leurs prototypages et développement du produit, ainsi que de l’expertise et de l’aide de l’équipe de Bolt. Outre les fondateurs qui sont eux même d’anciens entrepreneurs, l’équipe de Bolt comprend des ingénieurs spécialisés en électronique, mécanique et production travaillant à plein temps pour les entrepreneurs. Notons d’ailleurs qu’un grand nombre des membres de l’équipe sont issus d’Olin College, que nous avons décrit en mars dernier [14].

Financement et fonctionnement de la structure

A l’origine du projet, Ben Einstein a évalué plusieurs villes pour l’implantation de Bolt avant de choisir Boston. Le choix a été guidé par les ressources locales en termes d’universités, l’expérience industrielle et la communauté des investisseurs présente à Boston, qui facilitent le déploiement de l’innovation. Ses associés et lui-même ont rapidement su trouver de solides sponsors et partenaires tels que Logitech, Autodesk, GE, Microsoft, ou encore Amazon. Bolt s’est également approché de business angels comme Semyon Dukach, Mick Mountz ou Bruce Sachs, qui ont investi dans les premières start-ups du programme Bolt et leur ont apporté bénévolement leurs expertises personnelles et leur réseau. C’est encore le réseau des membres fondateurs avec des fabricants tels Dragon Innovation, qui permet d’accélérer l’industrialisation des start-ups en cours de programme.

Le programme Bolt est un développement de six mois pour les start-ups sélectionnées par l’équipe. Les lauréats bénéficient de l’aide du personnel de Bolt (ingénieurs en électronique, mécaniques, anciens entrepreneurs…) et de la totalité des équipements qu’ils n’auraient pas pu s’offrir en tant que jeune startup en quête de financement, et d’un grand réseau d’expertise en ingénierie, manufacture, design industriel, ou encore angel investors/venture capitalists. En échange de 5 à 15% du capital de leurs start-ups, les entrepreneurs peuvent également prétendre à un crédit d’une moyenne de $50.000 [16], la somme variant d’une entreprise à l’autre, d’une négociation à l’autre. Les financements offerts, prises de capitaux et autres engagements se font selon la taille, le stade d’évolution, le type, la valeur de la start-up entrante. En effet Bolt reste un fond d’investissements avec ses propres objectifs économiques, qui s’est lui-même financé par une première levée de fonds de $3.5 millions [18].

Quelles sont les sociétés qui peuvent être accélérées par Bolt ?

Les objectifs de Bolt sont des start-ups travaillant sur des projets concrets à l’intersection hardware-software, typiquement le monde des objets connectés. Sont privilégiées des entreprises relativement avancées, et qui visent la production effective et la commercialisation de leur objet dans les 6 à 12 prochains mois.


Des exemples d’entreprises accélérées se retrouvent dans le domaine de l’environnement (Loci Controls et Subsidence), dans la robotique sociale (Blabdroid), ou encore dans la conservation du vin avec Kuvée. Typiquement donc, des sociétés qui visent à commercialiser des objets qui n’auront pas un long cycle de développement - pression financière oblige
Crédits : MS&T


Autre point : malgré les nombreux équipements de hautes technologies dont bénéficie Bolt, l’accélérateur n’accueillera pas de start-ups travaillant dans les domaines des nanotechnologies, des thermoplastiques, domaines qui requièrent d’autres outils dédiés que ne possède pas Bolt. Malgré ces quelques règles, Bolt attire : plus de 850 candidats au programme, pour l’instant seulement 12 élus, et seulement une entreprise sortie de cette pépinière : PetNet qui propose des objets connectés pour les animaux de compagnie - et leurs propriétaires branchés !

PetNet a bénéficié de l’accueil et d’un des premiers investissements de Bolt [16]. Cette startup produit et vend des appareils connectés permettant de nourrir à distance son animal de compagnie. Elle a été accueillie par Bolt à un stade avancé : une partie seulement du travail de design restait à accomplir, et elle avait accumulé près de 8.000 précommandes. Bolt lui a permis de passer au stade de fabrication industrielle avec, au passage et sur les conseils des mentors, un changement dans la stratégie de vente du produit ainsi qu’une refonte de son emballage jugé trop encombrant.

PetNet vient de lever $1.1 million dans une seconde levée de fond, et commence la distribution de ses produits cet automne, alors que les précommandes ne cessent de s’accumuler. Soutenue par des acteurs connus tels Grishin Robotics (première compagnie d’investissement dans la robotique), Kima Venture (l’un des investisseurs "ange" parmi les plus actif au monde), SparkLabs Global Ventures ou encore Launch Capital, cette jeune entreprise est à suivre.

Bolt rejoint ainsi d’autres investisseurs favorisant le hardware tels que Lemnos Labs, TechShop ou HAXLR8R, mais il s’en distingue par sa manière de fonctionner. L’accompagnement se fait dans la durée, il est personnalisé pour chaque start-up. Cette flexibilité, cet accompagnement fort permettent d’accélérer le développement des lauréats de Bolt. Une histoire à suivre !

Sources :


- [1] BE 10/01/2014 : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/74818.htm
- [2] BE 21/03/2014 : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/75481.htm
- [3] Site officiel de Bolt https://www.bolt.io
- [4] Site officiel de TechStars http://www.techstars.com
- [5] Site officiel de Acceleprise http://www.acceleprise.vc
- [6] Site officiel de HeadHunter Labshttp://headhunterlabs.com
- [7] Acquisition de Nest par Google : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2014/01/14/google-fait-la-troisieme-acquisition-de-son-histoire_4347592_651865.html
- [8] Acquisition de DropCam par Nest (Google) : http://www.journaldunet.com/web-tech/start-up/nest-google-rachat-dropcam-0614.shtml
- [9] Acquisition de Skybox par Google http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/06/11/google-achete-les-satellites-skybox-pour-500-millions_4435804_3234.html
- [10] Acquisition de MakerBot par Stratasys : http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-fiscalite/le-prophete-de-l-impression-3d-makerbot-rachete-pour-400-millions-de-dollars_1523921.html
- [11] Site officiel de Arduino http://www.arduino.cc
- [12] Présentation officielle de FIRST http://www.usfirst.org
- [13] Interview de Ben Einstein : http://www.connecttheory.com/ben-einstein-co-founder-of-bolt-io-is-on-the-forefront-of-a-new-wave-of-boston-based-hardware-startups/
- [14] http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/75375.htm
- [15] https://www.bolt.io/faq + interview de l’équipe Bolt par la MS&T du Consulat de Boston
- [16] Article de l’équipe de Bolt : https://medium.com/@bolt/why-bolt-isnt-an-accelerator-bff277588ab9
- [17] Présentation de l’évolution de Bolt : http://www.xconomy.com/boston/2014/01/21/bolt-looks-for-later-stage-startups-as-hardware-heats-up/
- [18] Levée de fonds de Bolt : http://www.xconomy.com/boston/2013/02/20/bolt-emerges-with-3-5m-fund-to-support-hardware-startups-in-boston/

Rédacteurs :


- Paul Javal - paul.javal.2012@polytechnique.org ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….