Budget de l’année fiscale 2017 : Baisse de plus de 8 % du budget de la NOAA dévolu aux activités satellitaires

, Partager

Positionnement de la NOAA en matière d’activités satellitaires

La NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), rattachée au Département du Commerce, mène un éventail de missions aussi diverses que la gestion de la pêche en mer, la recherche atmosphérique et océanographique ou la météorologie. Elle mène en outre des activités satellitaires comprenant les activités civiles de météorologie spatiale et de météorologie de l’espace, ainsi que certaines activités satellitaires spécifiques (Altimétrie avec Jason-3, Argos, Sarsat).

Le programme satellitaire de la NASA est partie intégrante du NESDIS (NOAA’s National Environmental Satellite, Data and Information Service) dont le budget comprend deux postes :
- Opérations, recherche et installations (ORF)
- Approvisionnement, acquisition et construction (PAC)
Selon l’usage en vigueur, cette note se réfère aux seules activités relevant de la ligne PAC.

Plusieurs entités gouvernementales conduisent des activités en lien avec l’utilisation du satellite pour la météorologie, l’imagerie terrestre et les sciences de la Terre. La NOAA est en charge de la météorologie spatiale civile ainsi que, pour des raisons essentiellement historiques, de certaines activités en lien avec l’environnement (cf. supra). La NASA construit et lance des satellites dans le domaine des sciences de la Terre à des fins de développement scientifique et technologique. Le U.S Geological Survey gère les satellites d’observation de la Terre Landsat. Le Département de la Défense gère ses propres programmes de météorologie ainsi que des programmes de renseignement classifiés.

Le budget des activités satellitaires de la NOAA pour l’année fiscale 2017

Le 5 mai 2017 le président Donald Trump a promulgué le Consolidated Appropriations Act (H.R. 244), un texte (omnibus appropriations) qui finalise le budget fédéral pour l’année fiscale 2017 [1], après deux continuing resolutions qui étaient respectivement arrivées à échéance le 28 avril et le 5 mai 2017.

Un budget global de 1978,761 M$ est attribué à la NOAA pour ses activités satellitaires pour l’année fiscale 2017, contre un budget de 2159,344 M$ pour l’année fiscale 2016 [2], soit une baisse de 180,583 M$ (baisse de 8,39 %). Ce budget est inférieur de 84,013 M$ par rapport à la requête présidentielle (4,07 %). L’essentiel de la baisse par rapport à la requête présidentielle provient du budget alloué au programme de météorologie spatiale en orbite basse PFO (cf. infra).

Les programmes satellitaires de la NOAA

Les principaux programmes d’acquisition de satellites sont :

Météorologie en orbite basse

- Joint Polar Satellite System (JPSS)
Ce programme a succédé au programme NPOESS conjointement conduit par la NOAA, la NASA et le DoD annulé en 2010. Un budget de 787,246 M$ est attribué au développement des deux satellites JPSS-1 et 2 pour l’année fiscale 2017, contre 808,966 M$ pour l’année fiscale 2016 (un budget identique à la requête présidentielle). Leur lancement est respectivement prévu en septembre 2017 et en 2022.

- Polar Follow On (PFO)
Ce programme comprend le développement des satellites JPSS-3 et 4, dont le lancement est respectivement prévu durant l’année fiscale 2026 et l’année fiscale 2031, ainsi que le développement d’EON-NW (Earth Observing Microwave). Un budget de 328,900 M$ est attribué pour l’année fiscale 2017, contre 380,000 M$ pour l’année fiscale 2016 (un budget inférieur de 64,100 M$ par rapport à la requête présidentielle), sans qu’une enveloppe spécifique soit allouée à EON-NW (la requête présidentielle spécifiait un budget de 10,000 M$ sur ce poste).

- Constellation Observing System for Meteorology, Ionosphere and Climate (COSMIC-2)
Il s’agit d’une constellation de douze petits satellites, développés en collaboration avec Taïwan et l’US Air Force, destinée à compléter la première constellation COSMIC (ou Formosat-3, composée de six satellites), lancée en 2006. Les satellites utilisent les signaux GPS par radio occultation pour mesurer les températures et les évaporations dans la partie basse de l’atmosphère. Un budget de 8,100 M$ est attribué pour l’année fiscale 2017 (financement du segment sol uniquement) contre 10,100 M$ pour l’année fiscale 2016 (un budget inférieur de 8,100 M$ par rapport à la requête présidentielle).

A noter que la NOAA recourt également au satellite Suomi-NPP de la NASA lancé en 2011, comme satellite opérationnel, en dépit du fait que ce dernier n’a pas été développé à des fins opérationnelles.

Météorologie en orbite géostationnaire

- Geostationary Operational Environmental Satellite (GOES)
Jusqu’au lancement de GOES-R le 19 novembre 2016, la flottille de satellites GOES était constituée des deux satellites opérationnels GOES-13 (GOES-Est lancé en mai 2006, couvrant la partie orientale des Etats-Unis, l’Atlantique occidental et central, le Golfe du Mexique et les Caraïbes) et GOES-15 (GOES-Ouest lancé en mars 2010, couvrant la partie occidentale des Etats-Unis, dont Hawaï et l’Alaska, ainsi que le Pacifique central et oriental), respectivement en orbite à une longitude de 75 et de 135 degrés Ouest, ainsi que du satellite redondant en orbite GOES-14, placé à la longitude de 105 degrés Ouest. Après une année de tests et d’opérations de contrôle, le satellite GOES-R, qui sera alors renommé GOES-16, remplacera le satellite GOES-13. Les lancements des satellites GOES-S, T et U, sont à ce jour respectivement prévus en 2018, 2019 et 2024, ce qui devrait permettre à cette série de satellites géostationnaires de météorologie de cinquième génération de fournir des données jusqu’en 2036.
Un budget de 752,784 M$ est attribué pour l’année fiscale 2017, contre 871,791 M$ pour l’année fiscale 2016 (un budget identique à la requête présidentielle).

Projets pilote relatif à l’acquisition de données météorologiques privées

-  Commercial Weather Data Pilot
Activité lancée en 2016. Un budget de 5,000 M$ est attribué pour l’année fiscale 2017 contre 3,000 M$ pour l’année fiscale 2016 (un budget identique à la requête présidentielle).

Environnement

- Jason-3
Le satellite d’altimétrie conduit en coopération avec le CNES, Eumetsat et la NASA a été lancéle 19 janvier 2016. Le budget attribué pour l’année fiscale 2017 est de 4,357 M$, contre 7,458 M$ pour l’année fiscale 2016 (budget identique à la requête présidentielle).

Services de données et de secours coopératifs

- Cooperative data and Rescue Services (CDARS, ex-SIDAR)
Un budget de 0,500 M$ est attribué pour ce programme (Argos-DCS et SARSAT, l’instrument Solar Irrandiance Sensor – TSIS ayant été transféré à la NASA), un montant identique à celui alloué pour l’année fiscale 2016 (un budget identique à la requête présidentielle).

Météorologie de l’espace

- Deep Space Climate Observatory (DSCOVR)
Cet observatoire de l’activité solaire a été lancé en février 2015. Un budget de 3,745 M$ est attribué à ce programme pour l’année fiscale 2017, contre 3,200 M$ pour l’année fiscale 2016 (un budget identique à la requête présidentielle).

- Space Weather Follow On
Il s’agit d’un programme destiné à définir de nouvelles alternatives pour le futur satellite dédié à la météorologie de l’espace. Un budget de 5,000 M$ est attribué pour l’année fiscale 2017, contre 1,200 M$ pour l’année fiscale 2016 (un budget supérieur de 2,500 M$ par rapport à la requête présidentielle).