Bulletin d’actualité Espace n°16-03

, Partager

Sécurité et défense
Vol habité
Observation de la Terre
Exploration
Sciences de l’Univers
Industrie
Technologie

SECURITE ET DEFENSE

L’USAF lance des recherches sur de nouvelles technologies de propulsion
Space News, 26 janvier
L’US Air Force a annoncé l’attribution de contrats aux entreprises Boeing (contrat de 6,1 M$) et Arctic Slope Regional Corp (ASRC, contrat de 3,1 M$) pour mener des programmes de recherche pour le développement de nouvelles technologies de propulsion. Ces contrats traduisent la volonté de l’USAF de s’affranchir de sa dépendance envers les moteurs russes RD-180.
Pour mémoire, (voir Bulletin 16-01), sept contrats, pour un montant total de 17 M$, ont déjà été attribués avec en particulier des contrats avec Orbital ATk Aerojet Rocketdyne (6 M$) et Northrop Grumman (5,4 M$). L’USAF a annoncé qu’elle attribuerait six à huit contrats pour une valeur totale de 35 M$.

VOL HABITE

Interrogation sur la gestion des risques de la NASA
Space Policy Online, 13 janvier
L’Aerospace Safety Advisory Panel (ASAP) a publié son rapport annuel sur la gestion de risque de la NASA.
La commission souligne « une augmentation continue et ignorée des risques au sein des programmes de vols spatiaux qui pourraient impacter de manière significative la sécurité des équipes et l’exécution en toute sécurité des missions spatiales humaines », notamment sur les programmes Orion / SLS et Commercial Crew. Le programme Journey to Mars est également pointé du doigt pour l’absence de calendrier associé. La NASA estime quant à elle qu’il est trop tôt pour prendre de telles décisions, le programme nécessitant de la flexibilité face à l’évolution du contexte politique et technologique.

OBSERVATION DE LA TERRE

DigitalGlobe signe de nouveaux contrats
Space News, 27 janvier
Le fournisseur d’imagerie satellitelitaire américain DigitalGlobe a annoncé avoir passé plusieurs contrats d’une valeur de 200 M$ pour des images de haute résolution obtenues via à leur satellites WorldView-3 et les satellites de nouvelle génération WorldView-4. Ces contrats auraient été conclus auprès de clients non américains issus des communautés de défense et de renseignements. Ces mêmes clients auraient également signé des lettres d’intentions pour des contrats d’une valeur estimée à 135 M$.
Pour mémoire, DigitalGlobe est le seul fournisseur d’imagerie satellite commercial capable de fournir des images à 30 cm de résolution. Le premier lancement de WorldView-4 devrait avoir lieu fin 2016.

EXPLORATION

Comment lancer la mission vers Europa ?
Space News, 1er février
A la suite de la demande du Congrès d’ajouter un atterrisseur à la mission vers Europa, satellite naturel de Jupiter, la NASA évalue ses options de lancements. Alors que le seul Clipper devait avoir une masse de 5 000 kg, l’ajout d’un atterrisseur ferait passer celle-ci à 8 000 kg. Dans ce contexte, l’agence disposerait de deux options pour le lancement prévu en 2022 :

  • lancer en deux temps avec un Atlas V, option moins couteuse mais nécessitant plusieurs années pour atteindre Europa ;
  • lancer avec le nouveau lanceur lourd en cours de développement, SLS, plus onéreux, mais qui autorise une trajectoire directe.

Expérience de réalité virtuelle sur Mars
The Space Reporter, 27 janvier
La NASA, le M.I.T et l’entreprise de simulation en réalité virtuelle FUSION devraient dévoiler en mars leur projet de réalité virtuelle, Mars 2030, pour un démarrage d’ici la fin de l’année.
Ce projet a vu le jour en 2014, après la publication d’un rapport d’étude d’un élève du M.IT soulignant que les technologies nécessaires pour mener à bien le projet de colonisation de Mars, Mars One, n’avaient pas encore été développées. Le document met en lumière plusieurs défis liés au maintien d’une présence humaine sur la planète rouge, comme celui de la production d’oxygène à partir de la culture de plantes, qui pourrait s’avérer problématique sans le recours à des technologies adaptées.

Curiosity suspend son étude du sable martien
Spaceflight Insider, 29 janvier
Le véhicule martien Curiosity a rencontré un problème le 25 janvier dernier lors d’une collecte d’échantillons de sable. L’appareil CHIMRA (Collection and Handling fo In-Situ Martian Rock Analysis) a détecté une anomalie lors d’un prélèvement. L’équipe de projet a décidé de suspendre les activités effectuée par le bras du Curiosity jusqu’au diagnostic et à la correction de l’anomalie.

SCIENCES DE L’UNIVERS


Géocroiseurs
The Space Reporter, 1er février
La NASA a mis sur pied le mois dernier le Planetary Defense Coordination Office (PCDO), un bureau chargé d’identifier les astéroïdes ou comètes potentiellement dangereux pour la Terre (Near Earth Objects – NEO), et de la coopération avec les partenaires internationaux.
14 000 NEO à ce jour été identifiés seraient surveillés par les astronomes. La NASA espère que ce nouveau programme permettra d’en identifier et cataloguer entre 1 500 et 2 000 supplémentaires cette année.

INDUSTRIE

Airbus et OneWeb s’associent
Space News, 27 janvier
Airbus et OneWeb ont annoncé la création de la co-entreprise OneWeb Satellites, dédiée à la construction de la constellation éponyme. Les deux entreprises seront propriétaires à parts égales.
Pour rappel, les dix premiers satellites seraient construits à Toulouse et lancés par des lanceurs russes Soyouz. Les 890 satellites restants seraient construits aux Etats-Unis, vraisemblablement en Floride.

TECHNOLOGIE

Des robots pour explorer l’espace lointain
Spaceflight Insider, 26 janvier
La NASA développe six robots à taille humaine, dénommés « R5 », afin de préparer les futures missions d’exploration habitée dans des environnements hostiles. Ces humanoïdes mécaniques, d’une masse d’environ 292 kg, seraient déployés en soutien, en préparation de missions humaines.
Deux robots R5 ont également été fournis à deux universités (le M.I.T et la Northeastern University de Boston) dans le cadre du concours universitaire Robotic Challenge (DRC) de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA). Les deux universités disposent d’un budget de 250 000 $ par an et d’accès aux infrastructures et au support technique de l’agence pour développer, deux ans durant, un programme améliorant l’autonomie du robot.

Ambassade de France aux Etats-Unis d’Amérique
Service spatial – Bureau du CNES
|]