Bulletin d’actualité Espace n°16-06

, Partager

Personalia
Politique
Sécurité et défense
Lanceurs et lancements
Sciences de l’univers
Observation de la Terre
Industrie

PERSONALIA

Madame Emeline DE ANTONIO a intégré le bureau du CNES à Washington D.C à l’Ambassade de France aux États-Unis et est désormais en charge de ce bulletin d’actualité Espace. Elle succède à Madame Léa CATHELIN qui poursuit son cursus académique dans le cadre d’un programme Erasmus.

POLITIQUE

Débats autour du prochain budget de la NASA
Space News, 11 mars 2016
Charles Bolden, administrateur de la NASA, a présenté au Sénat le projet de budget de l’agence pour l’année fiscale 2017, tel qu’inclus dans la requête budgétaire présidentielle (19 Md$).
Le sénateur Richard Shelby (républicain, Alabama), président du sous-comité Commerce, Justice et Science, a profondément regretté que ce budget ne reflète pas les priorités nationales en matière spatiale, notamment sur le volet relatif au développement du lanceur lourd SLS (Space Launch System). Le sénateur a en particulier pointé du doigt le montage financier proposé par l’Exécutif, qui prévoit le financement de certaines activités de la NASA pour un montant de 763 $, au travers de coupes budgétaires ou d’augmentations des prélèvements de l’État fédéral dans d’autres secteurs.
Charles Bolden doit à nouveau témoigner sur le même sujet devant le sous-comité des appropriations pour le Commerce, la Justice et la Science de la Chambre le 15 mars et devant le sous-comité espace de la Chambre le 17 mars.

SÉCURITÉ ET DÉFENSE

Perte de contrôle du satellite météorologique militaire DSMP-19
Spaceflight Now, 7 mars 2016
L’U.S. Air Force (USAF) a perdu le contrôle de son satellite météorologique de défense en orbite polaire DMSP-19 depuis le 11 février. Conçu pour une durée d’utilisation de cinq ans et lancé par un lanceur Atlas V d’United Launch Alliance le 3 avril 2014 , DMSP-19 est le modèle de vol le plus récent dans la série des satellites destiné à aider les analystes à prévoir les tempêtes, les nuages, le brouillard et les tempêtes de poussières qui pourraient entraver les opérations militaires.
L’USAF dispose à ce jour de cinq autres satellites météorologiques DMSP en orbite, qui ont tous dépassé leur durée de vie nominale.

Inquiétude sur les données météorologiques pour la Défense
Space News, 10 mars 2016
Le Government Accountability Office (GAO) a récemment souligné le manque de coordination entre l’U.S. Air Force (USAF) et la NOAA pour ce qui concerne la collecte d’informations météorologiques cruciales utilisées pour les opérations de frappe de longue portée et perception de l’espace de combat, telles que la caractérisation des nuages et l’imagerie météorologique des théâtres d’opération. La situation apparaît aujourd’hui délicate :

  • Eumetsat n’envisage pas actuellement de remplacer son satellite Meteosat 7, en orbite au-dessus de l’océan Indien, après de sa fin de vie nominale en 2017 ; l’agence européenne devrait toutefois statuer en juin prochain sur le devenir de son satellite Meteosat-8, et éventuellement décider de le transférer sur une position orbitale couvrant au moins partiellement l’océan Indien, ce qui pourrait permettre à l’USAF de continuer à disposer de données sur cette zone ;
  • la NOAA a perdu le 11 février le contrôle du satellite DMSP-19 ; la situation est préoccupante car il n’est pas assuré que le DMSP-19 puisse être récupéré, alors que DMSP-18, lancé en octobre 2009 a dépassé sa durée de vie nominale de 5 années ; le Congrès a en outre mis un terme au projet de lancement du satellite DMSP-20 soutenu par l’USAF ;
  • le programme de satellites météorologiques polaires sur lequel l’USAF travaille actuellement et prévoit la mise en orbite d’un satellite tous les cinq à sept ans, ne prend pas en compte la lacune capacitaire à court terme en matière de caractérisation des nuages ou d’imagerie météorologique des théâtres d’opération.

Évolutions des prochains systèmes de communication militaire
Spacenews, 8 mars 2016
Le Département de Défense (DOD) s’appuie actuellement sur le Mobile User Objective System de la Navy pour ses besoins à bande étroite et les Wideband Global Satcom Satellites gérés par l’U.S. Air Force pour ses besoins en bande large.
Le DOD pourrait abandonner sa pratique consistant à différentier les communications en bande large, en bande étroite et les communications protégées, pour sa prochaine génération de satellites de communications tactiques. Les missions stratégiques et les missions tactiques assurées par la génération actuelle de satellites de communications protégées Advanced Extremely High Frequency (AEHF) pourraient, en outre, être confiées à des satellites séparés.
M. Doug Loverro, sous-secrétaire adjoint à la Défense pour la politique spatiale, a lancé l’idée d’une coopération accrue entre les États-Unis et ses alliés pour les générations futures de satellites de communication de défense.

Le DOD à la croisée des chemins pour les questions spatiales
Space Policy Online, 10 mars 2016
Commentant le rapport présenté lors d’une audition à huis clos conduite par le sous-comité de forces stratégiques du comité des forces armées de Sénat, Mme Cristina Chaplain du GAO s’est émue des augmentations de coût significatives et des retards de calendrier de plusieurs programmes spatiaux conduits par le DoD :

  • Advanced EHF Communications satellite system (1er lancement avec plus de 3,5 ans de retard) ;
  • Space Based Infrared System High (SBIRS) missile warning system (1er lancement reporté de 9 ans) ;
  • Global Positioning System ground system (6 ans de retard).

Plus généralement Mme Cristina Chaplain a souligné que le DoD était à la croisée des chemins dans le domaine spatial et a relevé que le DoD avait été amené à envisager de nouvelles voies en termes d’acquisition et de lancement de capacités satellitaires, telles que la ventilation des missions (disaggregation), les charges utiles secondaires (hosted payloads), l’achat de services de fourniture de bande passante ou de contrôle au sol de satellites, en lieu et place du développement en propre de systèmes gouvernementaux.

Dans ce contexte, le GAO a mis en évidence les défis auxquels le DOD faisait face : difficulté d’évaluer l’opportunité d’une évolution des systèmes spatiaux en tenant compte de tous les critères pertinents, impact des changements sur les équipements au sol et les terminaux des utilisateurs, multiplicité des autorités décisionnaires en matière d’acquisition de moyens et services spatiaux.

LANCEURS ET LANCEMENTS

18 lancements annoncés par SpaceX en 2016
Space News, 10 mars 2016
SpaceX ambitionne d’effectuer un total de 18 lancements en 2016, ce chiffre incluant le vol inaugural du Falcon Heavy en novembre, et 24 ou plus en 2017.

La société luxembourgeoise SES, qui s’est déclarée candidate pour le vol inaugural d’un Falcon réutilisé, demande une remise de 50 % par rapport au prix avec un lancement avec un Falcon non réutilisé, alors que SpaceX consentirait plutôt à un rabais de l’ordre de 30 %. SES souhaite également le lancement de son satellite SES-11 en 2016.

Inmarsat réserve une option de lancement sur Proton
Space News, 11 mars
L’opérateur Inmarsat, inquiet des délais associés au vol inaugural du lanceur Falcon Heavy de SpaceX, a réservé une option de lancement sur Proton en 2017 pour son satellite Europasat/Hellas-sat 3.

Nouveau contrat pour ULA
Space News, 11 mars 2016
l’United Launch Alliance (ULA) lancera le dernier satellite de l’USAF Wideband Global Satcom à bord de son lanceur Delta IV en 2018. Selon une modification de contrat parue en mars, ULA a reçu 41,8 M$ pour ce lancement dans le cadre de son contrat-bloc de 11 Md$ avec l’USAF.

Développement de Vulcan
Space News, 10 mars
Des dirigeants de Boeing et Lockheed Martin, les deux sociétés mères d’ULA, ont affiché lors de la conférence Satellite 2016, leur soutien au développement de leur nouveau lanceur Vulcan, tout en admettant que les incertitudes liées à l’utilisation des moteurs russes RD-180 équipant l’Atlas V les poussaient à investir sur une base simplement trimestrielle, en couvrant le coût de ses investissements grâce aux lancements d’Atlas V et aux investissements promis par l’USAF (201 M$ jusqu’à présent).

XCOR impliqué dans le développement du Vulcan
Parabolic Arc, 9 mars 2016
Dans le cadre des efforts de l’USAF en faveur des technologies de propulsion, l’United Launch Alliance (ULA) a attribué à XCOR Aerospace un nouveau contrat pour développer un étage supérieur de propulsion du Vulcan, la nouvelle génération de lanceur d’ULA. Ce contrat devrait permettre à XCOR de valoriser ses travaux de développement de son moteur 8H21 à oxygène et hydrogène liquide, développé pour l’étage supérieur de l’Advanced Cryogenic Evolved Stage (ACES) d’ULA.

L’USAF investit dans un moteur d’Aerojet Rocketdyne
Space News, 2 mars
L’USAF avait annoncé fin février investir 115 M$ cette année, puis jusqu’à 536 M$ au cours des cinq prochaines années sur ce moteur LOX-kérosène. AR-1 est aujourd’hui envisagé comme la seconde option, après le moteur BE-4 de Blue Origin, pour équiper le premier étage du futur lanceur d’ULA, Vulcan.
Aerojet Rocketdyne serait en discussion avec deux autres fournisseurs de lancement (dont le nom n’est pas dévoilé), en plus d’United Launch Alliance (ULA) pour utiliser le moteur AR-1 pour leurs lanceurs respectifs.

SCIENCES DE L’UNIVERS

Coopération martienne franco-américaine : objectif mai 2018
NASA public release, 9 mars 2016
Une nouvelle fenêtre de lancement s’ouvrant le 5 mai 2018 est désormais visée pour le satellite InSight dédié à l’étude de la structure et la composition interne de Mars. Le satellite, dont le lancement initialement prévu en mars 2016 avait dû être repoussé après la découverte d’une fuite sur l’un des instruments embarqués, devrait désormais atteindre Mars en novembre 2018.

Report de la mission Astéroïde
Space News, 7 mars
La NASA a annoncé le report d’un an de l’Asteroid Redirect Mission (ARM). Le lancement de la mission robotique, qui doit permettre d’extraire un bloc d’un astéroïde pour le placer en orbite lunaire, est maintenant prévu en 2021 et la mission habitée qui doit effectuer un rendez-vous avec ce bloc et en récupérer des échantillons, serait lancée en 2026. Le coût d’ARM est estimé à 1,15 Md$, hors coût du lancement à bord du futur SLS.

OBSERVATION DE LA TERRE

Terra Bella
Space News, 9 mars 2016
Terra Bella, nouveau nom de la société Skybox Imaging, entend poursuivre son projet de déploiement de plus d’une douzaine de satellites d’imagerie au cours des prochaines années, mais elle souhaiterait aller au-delà de la simple fourniture d’images et fournir des produits à plus forte valeur ajoutée.

INDUSTRIE

Les ambitions de Blue Origin
Space News, 8 mars 2016
Blue Origin prévoit une croissance significative au cours de l’année à venir, avec une intensification de son activité liée au moteur de fusée BE-4 et à son véhicule orbital Very Big Brother, et la poursuite des vols d’essai de son vaisseau suborbital New Shepard :

  • la société escompte passer de 600 à près de 1 200 employés ;
  • la société envisage une mise en production initiale à petite échelle pour le moteur BE-4 sur son site actuel, avec la production de jusqu’à 12 moteurs par an pour l’utilisation de son propre lanceur, ainsi que pour le nouveau lanceur Vulcan d’United Launch Alliance ; les tests grandeur nature du moteur BE-4 devraient débuter en fin d’année ;
  • la société prévoit à terme de construire une ligne supplémentaire de production pour le BE-4 sur un nouveau site avec une cadence de production plus élevée ;
  • le premier vol du véhicule orbital est prévu fin 2019 ;
  • le prochain vol d’essai du New Shepard est annoncé comme imminent et la société a lancé la construction de six nouveaux vaisseaux.
Retrouvez également toutes les actualités mises en ligne par la mission pour la science et la technologie
en cliquant sur ce lien.

Ambassade de France aux États-Unis d’Amérique
Service spatial – Bureau du CNES