Bulletin d’actualité Espace n°16-19

, Partager

Personalia
Sécurité et Défense
Station Spatiale Internationale et Vol Habité en Orbite Basse
Observation de la Terre
Météorologie
Mars
Exploration et Sciences de l’Univers
Technologie
Education

PERSONALIA

Madame Isabelle ROBERT-STREBEL a intégré le bureau du CNES à Washington DC à l’ambassade de France aux Etats-Unis. Elle succède à Madame Amélie PERRON.

SÉCURITÉ ET DÉFENSE

Faire évoluer la politique de défense des satellites
SpaceNews, 17 août 2016
Les académies nationales ont exprimé dans un rapport le “besoin urgent” pour le gouvernement américain de mettre en place de nouvelles politiques sur la protection des satellites contribuant à la sécurité nationale. Le rapport appelle notamment la révision de la stratégie américaine, qui repose aujourd’hui sur la National Space Policy de 2010 ainsi que la National Security Space Strategy de 2011. L’annonce en avril dernier du lancement d’un processus de révision de la DoD space policy, tout comme la volonté de l’Air Force d’investir 6,6 Md$ sur six ans pour la protection spatiale, témoignent de la prise de conscience grandissante de l’importance de la protection des satellites nationaux.

La Défense et les petits satellites de démonstration technologique
SpaceNews, 18 août 2016
Le programme de petits satellites de la Défense vise le développement de petits capteurs pour l’observation de la terre et la surveillance de l’espace, et plus largement les développements technologiques dans le domaine des communications laser, de l’électronique embarquée et de la miniaturisation. Depuis 2010, dix petits satellites, dont trois cubesats expérimentaux de communication développés dans le cadre de missions du National Reconnaissance Office (NRO) relevant du programme SMDC (Space and Missile Defense Command) Nanosatellite (SNaP) ont été lancés. Ceux-ci sont destinés à permettre des liaisons par ondes radio avec des zones isolées. D’une masse de 4,5 kg et d’un coût d’environ 500 k$, la durée de vie nominale de ces satellites en orbite basse est de deux ans. Avec plus de trois ans de retard sur le calendrier initial, la Défense envisage par ailleurs le lancement de Kestrel Eye pour la fin 2016 ou le début 2017 (largage depuis la station spatiale après un lancement par un Falcon 9). Ce petit satellite d’imagerie électro-optique devrait être capable de prendre une photo au sol et de la relayer à un soldat au cours du même passage du satellite, c’est-à-dire dans un intervalle de temps de dix minutes. Une constellation complète pourrait comprendre jusqu’à trente satellites. Les satellites Kestrel Eye et SNaP constituent avant tout des satellites de démonstration technologique.

Développement de capteurs pour le suivi des missiles balistiques
SpaceNews, 17 août 2016
La Missile Defense Agency (MDA) étudie de nouveaux capteurs (terrestres, maritimes, aéroportés et spatiaux) destinés à la défense antimissile et envisage notamment de placer en orbite terrestre moyenne des capteurs afin de suivre les missiles balistiques qui pourraient menacer les Etats-Unis. Ces études sont estimées nécessaires du fait de l’augmentation de la menace hypersonique et balistique et de l’abandon en 2013 du Precision Tracking Space System, une constellation de satellites poursuiveurs de missiles. A plus court terme, la MDA développe le Spacebased Kill Assessment, un réseau expérimental de capteurs spatiaux, dont les premiers éléments devraient être lancés à partir du printemps 2017 à bord de satellites commerciaux, probablement des satellites de télécommunication de la constellation Iridium Next.

Appel d’offres pour le lancement du satellite militaire multifonctionnel STP-6
Space.com, 23 août 2016
L’Air Force a publié un projet d’appel d’offres devant mettre en compétition SpaceX et United Launch Alliance (ULA) pour le lancement du satellite expérimental multifonctionnel STP-6 (Space Test Program Satellite) à la fin 2018. Ce satellite construit par Orbital ATK, pourrait héberger jusqu’à huit charges utiles, dont le Space and Atmospheric Burst Reporting System (SABRS), conçu pour compléter les détecteurs de détonations nucléaires embarqués sur les GPS actuels, l’instrument de la NASA Laser Communications Relay Demonstration, ainsi que six charges utiles hôtes, à déterminer.

Un satellite GSSAP en mission d’inspection du satellite défectueux MUOS-5
SpaceNews, 18 août 2016
ULA, 19 août
SpaceNews, 19 août 2016
L’Air Force a missionné un de ses satellites de la série GSSAP (Geosynchronous Space Situational Awareness) afin d’investiguer sur les raisons de l’anomalie rencontrée par le satellite MUOS-5 de la Navy durant la phase de transfert en orbite géostationnaire. Déclassifié en février 2014, le programme GSSAP vise la mise en orbite d’un ensemble de satellites assignés à des opérations de rendez-vous et de rapprochement de vaisseaux spatiaux en orbite géostationnaire et de caractérisation des satellites approchés (localisation, taille et orbite, …). Le système serait opérationnel depuis 2015, avec quatre satellites en orbite (dernier lancement double en date, le 19 août, par un Delta 4).

Mesures antibrouillage
SpaceNews, 25 août 2016
L’Air Force a passé un contrat de 110 M$ avec trois sociétés - Raytheon (39M$), L-3 (38M$) et ViaSAt (33M$) - pour des activités de démonstration antibrouillage jusqu’en 2020 (protected tactical waveform).

STATION SPATIALE INTERNATIONALE ET VOL HABITÉ EN ORBITE BASSE

Vers une privatisation de la station spatiale internationale ?
SpaceFlight Insider, 20 août 2016
Bill HILL, administrateur adjoint associé pour le développement des systèmes d’exploration de la NASA a évoqué le 18 août dernier, la possibilité de transférer au milieu de la décennie prochaine le contrôle de la station spatiale internationale au secteur privé, sans toutefois donner le détail des modalités d’une telle opération.

Succès du test de largage par parachute du Crew Dragon
Parabolic Arc, 22 août 2016
SpaceX a réussi un test de largage d’une altitude de 8 500 m d’un Crew Dragon, prévu pour transporter des astronautes vers la station spatiale internationale, équipé de quatre parachutes.

OBSERVATION DE LA TERRE

Pour une modernisation de la législation sur la distribution de l’imagerie satellitaire
SpaceNews, 29 août 2016
Dans une tribune de SpaceNews en date du 29 août, le fondateur de DigitalGlobe, établissant le parallèle avec la décision prise en son temps par l’Administration Clinton de mettre fin à la dégradation volontaire des données GPS à usage public, appelle à une évolution de la législation en vigueur en matière de vente d’imagerie satellitaire. M. Walter SCOTT estime que le U.S. Land Remote Sensing Policy Act, mis en œuvre en 1992 afin de permettre à des opérateurs privés américains de commercialiser des données satellitaires d’observation de la Terre, est en fait aujourd’hui devenu un frein au développement des activités du secteur privé dans ce domaine. Illustrant son propos de plusieurs exemples, tels que l’octroi de la part des autorités américaines d’une licence permettant à DigitalGlobe de commercialiser de l’imagerie satellitaire à 25 cm de résolution cinq années après le dépôt de la demande, M. Walter SCOTT propose d’une part d’inverser le processus d’octroi de licence, en le rendant automatique, sauf avis contraire motivé de l’Administration, notifié dans un délai spécifié, et d’autre part de remplacer les demandes de commercialisations de données étrangères par de simples notifications à l’Administration. Si un simple décret-loi ne permettait pas de modifier la législation dans ce sens, alors le Congrès devrait s’emparer du sujet et revoir le texte de 1992, qui n’est plus en phase avec la réalité de 2016.

MÉTÉOROLOGIE

Les besoins de la Défense en matière de météorologie par satellites
SpaceNews, le 29 aoüût 2016
Pour la prochaine décennie la Défense devrait recourir à plus d’une vingtaine de programmes de satellites civils, militaires et étrangers (coopération avec la Corée du Sud, l’Inde et l’Europe via Eumetsat) pour couvrir ses besoins dans le domaine de la météorologie. Au niveau national, l’Air Force escompte pouvoir disposer de façon opérationnelle jusqu’en 2021 des satellites de la série du Defense Meteorological Satellite Program, initié dans les années 1960. La décision ultime de lancer ou non le satellite DMSP-20 est attendue le mois prochain, le Congrès s’étant jusqu’alors prononcé pour son démantèlement. L’Air Force prévoit également de lancer le programme Weather Satellite Follow-on en 2022, avec la mise en orbite d’un nouveau satellite de remplacement tous les cinq ans. L’Air Force compte également lancer l’année prochaine un satellite de démonstration technologique, Operationally Responsive Space-6, qui vise le développement de capteurs plus petits. Les agences civiles devraient également fournir à la Défense une partie des informations qui lui sont nécessaires sur la caractérisation des nuages, l’épaisseur des couches neigeuses, l’humidité des sols ou la caractérisation des glaces marines : Polar Orbiting Environmental Satellites (POES), Joint Polar Satellite System (JPSS), le Suomi National Polar-orbiting Partnership (NPP), et la Constellation Observing System for Meteorology, Ionosphere, and Climate (COSMIC) pour la NOAA, satellites Aqua/Terra, Calipso and les Solar Moisture Active Passive Satellites, pour la NASA. La Défense envisage également l’achat de données météorologiques au secteur privé.

MARS

Vers un glissement de la date de lancement de SLS et Orion ?
Parabolic Arc, 26 août 2016
L’Aerospace Safety Advisory Panel, un organe consultatif de la NASA, a relevé un certain nombre de points qui pourraient avoir un impact significatif sur le calendrier de développement du lanceur lourd SLS et la capsule habitable multifonctionnelle ORION. A ce jour, le vol inaugural du SLS - l’Exploration Mission EM 1 - est prévu entre septembre et novembre 2018.

Une Atlas V pour Mars 2020
PRNewswire, 25 août 2016
La NASA a sélectionné United Launch Services pour le lancement du véhicule martien de la mission Mars 2020, pour un montant estimé à 243 M$. Le lancement est prévu pour juillet 2020 à bord d’une fusée Atlas V depuis la station de l’Air Force à Cap Canaveral.

EXPLORATION ET SCIENCES DE L’UNIVERS

Contact renoué avec la sonde STEREO-B destinée à l’étude du Soleil
SpaceNews, 22 août 2016
The Space Reporter, 23 août 2016
La NASA a renoué le contact, perdu depuis octobre 2014, avec la sonde STEREO-B (Solar and Terrestrial Relations Observatory). La possibilité que le satellite puisse de nouveau fonctionner nominalement n’a à ce stade pas été établie. STEREO-A et STEREO-B avaient été lancés en 2006, pour une durée de mission nominale de deux ans, prolongée plusieurs fois en raison des performances de la paire de satellites et de la valeur scientifique des données obtenues par la visualisation du Soleil sous différents angles.

TECHNOLOGIE

La DARPA lance une réflexion sur le cadre juridique du servicing en orbite
SpaceNews, 22 août 2016
L’Agence pour les projets de recherche avancée de défense (DARPA) entend établir un consortium afin de combler le vide juridique autour des opérations commerciales d’entretien en orbite (servicing). Les travaux du Consortium For Execution of Rendezvous and Servicing Operations (CONFERS), qui devraient également impliquer des entités publiques telles que la NASA, ainsi que des représentant du secteur privé, comme des sociétés spatiales ou des sociétés d’assurance, porteraient notamment sur la mise au point de standards et l’échange de bonnes pratiques. La DARPA entend en outre partager cette initiative avec le Comité des Nations unies pour l’utilisation pacifique de l’espace extra-atmosphérique.

Contrat de la DARPA sur le développement d’une plate-forme d’entretien en orbite (servicing)
Parabolic Arc, 26 août 2016
L’Agence pour les projets de recherche avancée de défense (DARPA) a passé un contrat avec SpaceWorks dans le cadre de la phase I du programme Small Business Innovation Research (SBIR), portant sur le développement d’une plateforme en orbite géosynchrone terrestre pouvant mener des opérations durables et évolutives en orbite.

L’avenir radieux des cubesats
SpaceNews, 18 août 2016
SpaceWorks Engineering a indiqué lors de d’une conférence sur les petits satellites tenue le 8 août à l’Université d’Etat de l’Utah, estimer que quelque 200 satellites d’une masse comprise entre un et cinquante kilogrammes auront été lancés d’ici la fin de l’année 2016 (53 satellites lancés à mi-août), la majeure partie ayant une masse inférieure à dix kilogrammes. Le nombre maximal de satellites de moins de cinquante kilogrammes lancés en une année est actuellement de 158, pour l’année 2014.
SpaceWorks Engineering estime également que quelque trois mille microsatellites ou nanosatellites pourraient être lancés dans les cinq années à venir. Pour la période allant de 2016 à 2018, les trois quarts des satellites d’un à cinquante kilogrammes lancés relèveraient du domaine de la télédétection et soixante-dix pourcents seraient le fruit d’initiatives commerciales. Les observateurs notent par ailleurs des taux de défaillance élevés au lancement ou peu de temps avec la mise en orbite.
Note du rédacteur : L’estimation pour 2016 prend en compte la prévision d’un grand nombre de cubesats par un Falcon 9 fin 2016, ce qui apparait aujourd’hui peu probable après l’échec au sol de ce lanceur le 1er septembre.

Robot humanoïde virtuel
The Space Reporter, 20 août 2016
Space.com, 18 août 2016
Le NASA a lancé, dans le cadre de son programme Centennial Challenge, un concours coparrainé par le centre spatial de Houston et le groupe de conseil en innovation NineSigma, portant sur le développement d’un robot humanoïde virtuel pouvant réparer un habitat martien virtuel suite à une tempête de poussière. Après une présélection entre septembre et novembre, un prix d’une valeur d’un million de dollars sera décerné en juin 2017. Les logiciels mis au point par les participants auront ensuite vocation à être utilisés en complément des Robonaut 5, aussi appelés Valkyrie, et Robonaut 2 (actuellement sur l’ISS).

ÉDUCATION

La NASA sélectionne huit projets universitaires de démonstration de petits satellites
Parabolic Arc, 22 août 2016
Dans le cadre de la troisième édition de sa Smallsat Technology Partnerships initiative, la NASA a sélectionné huit universités pour la démonstration de nouvelles capacités et technologies destinées aux petits systèmes spatiaux. Quatre domaines sont abordés : production et stockage améliorés d’électricité, systèmes de communications réticulaires (crosslinking communications), navigation relative pour petits engins spatiaux en vol en essaim, instruments et capteurs pour des missions scientifiques effectuées par des petits systèmes.

Expériences éducatives par fusée sonde
Spaceref, 17 août 2016
La NASA a lancé à une altitude d’environ 150 km, la charge utile RockSat-X à bord d’une fusée-sonde suborbitale Terrier Malemute (Terrier-Improved Malemute) depuis la base de Wallops en Virginie. La charge utile, qui n’a pu être récupérée, a néanmoins livré aux étudiants de huit collèges communautaires et universités américaines impliqués dans ce projet éducatif la plupart des données escomptées.

Retrouvez également toutes les actualités mises en ligne par la mission pour la science et la technologie en cliquant sur ce lien.
Ambassade de France aux États-Unis d’Amérique
Service spatial – Bureau du CNES