Bulletin d’actualité Espace n°17-12

, Partager

Politique

Plaidoyer de représentants démocrates en faveur de l’OSTP
Parabolic Arc, 18 mai 2017
Sept membres démocrates de la commission Science, Espace et Technologie de la Chambre ont adressé un courrier au président Trump, dans lequel ils invitent ce dernier à s’appuyer pleinement sur l’Office of Science and Technology Policy (OSTP) pour disposer d’une information scientifique fiable, une entité pour laquelle les signataires souhaitent que le poste de directeur soit rapidement occupé par un scientifique de renom.

La sous-commission Espace du Sénat se penche sur le Traité de l’Espace
U.S Senate, 23 mai 2017
Le 23 mai 2017, le sénateur Ted Cruz a présidé une audition sur le thème « Reopening the American Frontier : Exploring How the Outer Space Treaty Will Impact American Commerce and Settlement in Space ».
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°17-10.

La requête présidentielle prévoit une baisse de 2 M$ du budget 2018 alloué à la FAA-AST
Cf. Surveillance de l’espace et gestion du trafic spatial

International

Dialogue américano-japonais global sur l’espace
Space Daily, 19 mai 2017
Dans la foulée de l’organisation de la onzième réunion plénière sur la coopération relative au GPS et de la septième réunion entrant dans le cadre du dialogue spatial civil, les Etats-Unis et le Japon ont tenu le 16 mai à Washington DC leur quatrième réunion entrant dans le cadre du dialogue global sur l’espace (Comprehensive Dialogue on Space) établi entre les deux pays, sous la double présidence du bureau exécutif du President’s National Security Council et de l’Office of Science and Technology Policy pour la partie américaine et du ministère des Affaires étrangères et du National Space Policy Secretariat relevant du Cabinet Office, pour la partie japonaise. A cette occasion les deux parties :
- ont échangé des informations sur les évolutions récentes sur les politiques en matière de traitement des données issues de l’observation de la Terre et de système de lancement (Japon) et de contrôle à l’exportation (Etats-Unis) ;
- s’appuyant sur la déclaration de février 2017 qui réaffirme la détermination des deux pays de développer leur coopération dans le domaine du cyberespace et de l’espace, ont exprimé leur accord pour améliorer la sécurité des systèmes spatiaux, notamment leur résilience au travers des projets de coopération existants et à venir ;
- ont réaffirmé leur intérêt pour un échange d’informations et d’expériences dans le domaine de la connaissance de l’environnement spatial (SSA - Space Situational Awareness), mentionnant à cet égard l’accord multilatéral Global Sentinel Exercise ;
- ont confirmé la poursuite de l’identification d’opportunités de coopération dans le domaine de la Maritime Domain Awareness ;
- ont discuté de nouvelles coopérations dans les domaines d’applications spatiales telles que l’observation de la Terre ou la navigation (GPS et QZSS, cf. International Committee on Global Navigation Satellite Systems prévu à Kyoto du 2 au 7 décembre), ainsi que dans le domaine des sciences de l’Univers ;
- ont réaffirmé l’importance de l’état de droit dans le domaine spatial, basé sur la transparence et la confiance, échangeant des informations sur les débats en la matière dans les différents forums internationaux tels qu’UNCOPUOS (United Nations Committee on the Peaceful Uses of Outer Space) ou le G7 et abordant la coopération en région Asie-Pacifique ;
- se sont réjouis des efforts en cours dans le cadre du JP-US OP3 (Japan-U.S. Open Platform Partnership) du 22 décembre 2015 relatif à la station spatiale internationale, soulignant le caractère à la fois stratégique et diplomatique de la station comme de l’exploration future (cf. Second International Space Exploration Forum prévu à Tokyo le 3 mars 2018) ;
- ont discuté des nouvelles activités spatiales et des opportunités de coopération dans ce domaine (gestion du trafic spatial et ressources spatiales).
La cinquième réunion dans le cadre de ce dialogue est prévue en 2018 à Tokyo.
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°17-08.

Coopération Etats-Unis / Inde
Space Daily, 24 mai 2017
Le lanceur indien GSLV devrait lancer en 2021 le satellite américano-indien NISAR (NASA-ISRO Synthetic Aperture Radar) d’une valeur de 1,5 Md$.

Conférence sur la météorologie de l’espace à l’ambassade d’Italie
Cf. Météorologie de l’espace

Sécurité et Défense

Requête présidentielle : augmentation importante du budget destiné aux systèmes militaires spatiaux
Space News, 24 mai 2017
Breaking Defense, 24 mai 2017
La requête budgétaire présidentielle propose pour les systèmes militaires spatiaux un budget de 7,75 Md$ pour l’année fiscale 2018, soit une hausse de 1,3 Md$ par rapport au niveau proposé par le Pentagone pour l’année fiscale 2017 : un montant de 4,33 Md$ dédié à la recherche, au développement, aux essais et aux évaluations, et un montant de 3,42 Md$ dédié aux acquisitions. Ce budget recouvre les opérations de défense spatiale, qui pour l’essentiel relèvent de l’Air Force, mais qui comprennent également des dépenses d’autres agences en lien avec la sécurité nationale telles que le NRO (National Reconnaissance Office). A noter que le budget spatial global de la Défense (Space Major Force Program) était de l’ordre de 22 Md$ en 2017.
Les principaux programmes spatiaux de l’Air Force figurant dans la requête sont :
- SSA et Space Fence : un montant de 36 M$ est proposé pour des essais de la station radar terrestre de l’Air Force dans les îles Marshall (en construction), dont les capacités opérationnelles sont attendues pour 2019 (- 168 M$ par rapport à la requête présidentielle pour l’année fiscale 2017 élaborée par l’Administration précédente).
- Communications par satellite (Milsatcom) : 95 M$ sont proposés pour financer d’une part la poursuite de l’analyse des alternatives devant permettre de déterminer les systèmes qui prendront la suite des satellites Wideband Global Satcom (WGS) dont le déploiement a débuté il y a une décennie, et d’autre part l’assemblage final et les essais du dernier satellite de la constellation, WGS-10. L’Air Force souhaite également aller de l’avant pour ce qui concerne les contrats pilote Pathfinder destinés à permettre l’acquisition auprès de sociétés privées de services satellitaires (premier contrat Pathfinder attribué à SES en 2014 pour une couverture en bande Ku de l’Afrique et suspension en 2016 du contrat Pathfinder Two, du fait d’interrogations d’ordre juridique). La requête prévoit également un budget de 172 M$ pour l’installation de terminaux de communication Family of Advanced Beyond Line of Sight Terminals (FAB-T) destinés au maintien des communications en cas de désastre nucléaire, sur des bombardiers nucléaires, des avions de reconnaissance et des avions ravitailleurs.
- GPS : Un montant de 329 M$ est proposé pour la constellation GPS de troisième génération (+ 116 M$ par rapport à ce qui avait été proposé pour l’année fiscale 2017) dont les dix premiers satellites sont construits par Lockheed Martin. Lockheed, Boeing et Northrop Grumman sont aujourd’hui en compétition pour les 22 satellites suivants. Ce budget est notamment destiné à monter en puissance afin de permettre le démarrage de la fabrication pour 2019. La proposition de budget destinée au segment sol OCX construit par Raytheon (augmentation de plus de 25 % des coûts par rapport aux estimations initiales exposant le programme à son annulation potentielle) s’élève à 511 M$, soit 119 M$ de plus que ce qui avait été proposé pour l’année fiscale précédente. L’Air Force devrait organiser une revue critique de ce programme en juin de cette année.
- SBIRS : un montant de 1,3 Md$ est proposé pour la constellation Space Based Infrared System (+ 862 M$ par rapport à ce qui avait été proposé pour 2017). Ce budget doit en particulier permettre le lancement et l’exploitation du SBIRS GEO 4 en novembre prochain, le financement de la fin de la construction des satellites SBIRS GEO 5 et 6 par Lockheed Martin, de premiers travaux portant sur les satellites SBIRS 7 et 8 (ces satellites n’ont toutefois pas fait l’objet de plan d’acquisition formellement approuvé), ainsi que des activités de mise à niveau de logiciels et d’amélioration de la cyber-sécurité.
- Météorologie : un financement de 142 M$ (+ 22 M$) est proposé, en particulier pour développer des capacités de suivi météorologique (satellite à micro-ondes mesurant les vents de surface océanique et l’intensité des cyclones), le lancement du satellite radiomètre ORS-6 (Compact Ocean Wind Vector) et le financement d’activités en lien avec un futur satellite ORS-8, dédié à la caractérisation des nuages.
A noter que la requête propose 574 Md$ pour le Département de la Défense dans son ensemble, soit 52 Md$ de plus que le budget alloué par le Congrès pour l’année fiscale 2017. A ce budget s’ajoute un budget de 65 Md$, dédié aux opérations de combat extérieures (Overseas Contingency Operations).
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°17-02.

L’espace, un environnement de combat en devenir
Space Policy Online, 17 mai 2017
Space News, 19 mai 2017
Le 17 mai dernier s’est tenue une audition devant la sous-commission des forces stratégiques de la commission des forces armées du Sénat sur le thème de l’organisation, des programmes et de la politique en matière spatiale. Les grands témoins étaient la nouvelle secrétaire de l’US Air Force, Heather Wilson (première audition depuis sa confirmation du 8 mai dernier), le chef d’état-major de l’Air Force, le général David Goldfein, le commandant de l’Air Force Space Command, le général John Raymond, ainsi que le commandant de l’Air Force Space and Missiles Systems Center, le général Samuel Greaves, lesquels ont indiqué que l’espace ne constituait plus un simple soutien pour les opérations militaires américaines, mais un domaine de combat au même titre que l’air, la terre, ou la mer, soulignant que « la liberté d’agir dans l’espace n’était pas garantie ». Le général Goldfein a ajouté que la création d’un corps spatial au sein de l’Air Force sur le modèle du Marine Corps au sein de la Navy n’était aujourd’hui pas d’actualité en raison précisément de la transition de l’espace vers un domaine de combat, laquelle requérait une intégration de l’espace, plutôt qu’une séparation, du cadre militaire d’ensemble, bien qu’une telle entité puisse faire sens dans le futur. Mme Wilson a indiqué que le rôle de l’Air Force était de « faire en sorte que les Etats-Unis prédominent indépendamment des consensus sur les normes internationales étant donné que certains acteurs ne tiennent pas compte de ces normes ». Les personnalités de la Défense ont enfin souligné le besoin de moderniser les systèmes spatiaux afin de maintenir une supériorité dans le secteur.
Cristina Chaplain du Government Accountability Office, également auditionnée, a rappelé les défis organisationnels auxquels le Département de la Défense avait à faire face et les difficultés de l’Air Force à développer et mettre en œuvre des programmes spatiaux de manière efficace (soixante organisations fédérales impliquées dans les activités spatiales de sécurité nationale impliquant une fragmentation du leadership dont une des conséquences est la mise en œuvre estimée inefficace des programmes).
Articles connexes précédemment publiés : Bulletin d’actualité Espace n°17-08.

Audition sur la politique spatiale de sécurité nationale devant la sous-commission des forces stratégique de la Chambre
Commission des forces armées, 23 mai 2017
Le 19 mai 2017, le commandant de l’Air Force Space Command, John Raymond, David Buck du Joint Functional Component Command for Space, le directeur de la National Geospatial-Intelligence Agency, Robert Cardillo, le secrétaire à la défense adjoint pour la politique spatiale par intérim, John Hill et la directrice du NRO, Betty Sapp, ont été auditionnés par la sous-commission des forces stratégiques de la commission des forces armées de la Chambre sur le thème : «  Fiscal Year 2018 Priorities And Posture Of The National Security Space Enterprise ».

Audition du House Armed Services Committee sur l’espace militaire
Parabolic Arc, 23 mai 2017
Le 22 mai, le House Armed Services Committee a tenu une audition sur le thème « Fiscal Year 2018 Priorities and Posture of the National Security Space Enterprise ». Parmi les sujets abordés : l’espace comme domaine de rivalités et de conquêtes, la nécessité de préserver l’indépendance et la supériorité américaines, le besoin d’investissements à la hauteur des enjeux ou la dissuasion d’attaque d’un réseau spatial américain jugé vulnérable.
Les témoignages des intervenants sont disponibles en ligne.

La DARPA choisit le Phantom Express de Boeing équipé de moteurs AR-22 pour son programme XS-1
Space News, 24 mai 2017
Spaceflight Insider, 27 mai 2017
Le 24 mai, l’agence américaine pour les projets de recherche avancée de défense (DARPA) a annoncé avoir choisi le Phantom Express de Boeing pour la phase deux (phase de développement du véhicule et de tests au sol pour l’horizon 2019) et la phase trois (série de 12 à 15 lancements de test en 2020) de son programme de développement d’avion spatial expérimental XS-1 (Experimental Spaceplane 1). Boeing devrait recevoir un financement dans le cadre d’un partenariat public-privé, l’investissement propre de la société n’ayant pas été révélé.
Le programme XS-1 se fixe pour objectifs majeurs d’être capable d’assurer dix vols successifs sur une période de dix jours, en recourant à un moteur réutilisable et un étage supérieur consommable avec une réduction du coût de l’accès à l’espace pour des charges utiles de près de 2 200 kg. Le véhicule Phantom Express est équipé de deux moteurs AR-22 réutilisables à hydrogène et oxygène liquides d’Aerojet Rocketdyne, utilisés pour le Space Shuttle Main Engine (SSME) de la NASA et pour l’avion spatial X-37B de l’U.S Air Force. L’assemblage devrait avoir lieu au John C. Stennis Space Center de la NASA (Mississipi).
Articles connexes précédemment publiés : Bulletin d’actualité Espace n°16-05 et Bulletin d’actualité Espace n°16-13.

Quatre contrats d’études sur la caractérisation des nuages et des solutions d’imagerie météorologique des théâtres d’opérations
Parabolic Arc, 23 mai 2017
Le centre Space and Missile Systems de l’Air Force a passé quatre contrats d’une valeur unitaire de 500 k$ avec les sociétés EO Vista, Millennium Space Systems, Orbital ATK, et Raytheon Company dans le cadre de sa mission Space Based Environmental Monitoring (SBEM) Electro Optical Infrared (EO/IR) pour la réalisation d‘une étude (concept report) sur la caractérisation des nuages et des options d’imagerie météorologique des théâtres d’opérations, d’ici la fin de l’année fiscale 2019.

Surveillance de l’Espace et gestion du trafic spatial

La requête présidentielle prévoit une baisse de 2 M$ du budget 2018 alloué à la FAA-AST
Space Policy Online, 25 mai 2017
La requête budgétaire présidentielle pour l’année fiscale 2018 publiée à la fin du mois de mai propose pour la FAA/AST (Office of Commercial Space Transportation de la Federal Aviation Administration) un budget de 17,9 M$, qui est à comparer au budget de 19,8 M$ alloué pour l’année fiscale 2017. Le Représentant Jim Bridenstine (républicain, Oklahoma), fervent défenseur de l’AST, défendait lors d’une audition au Congrès en mars dernier, un budget de 23 M$, une position qui avait reçu le soutien de la Commercial Spaceflight Federation (CSF), laquelle regroupe quelque 70 sociétés et organisations.
La requête présidentielle prévoit également le financement, non pas via l’AST mais via l’ATO (Air Traffic Organization, cf. présentation faite en novembre 2016 par cette entité), d’un projet pilote devant permettre à la FAA de progresser dans le domaine de la surveillance du trafic spatial.

Lanceurs et Lancements

Coût trop élevé des bancs de test du SLS
Space News, 19 mai 2017
Parabolic Arc, 19 mai 2017
Un rapport de l’OIG (Office of Inspector General) de la NASA publié le 17 mai dernier met en avant les dépenses onéreuses liées à la construction par l’U.S. Army Corps of Engineers des bancs de test 4693 et 4697 destinés aux essais du réservoir de propergol du Space Launch System (SLS). Trois facteurs sont identifiés :
- Une précipitation dans la construction des bancs de test, afin de maintenir le calendrier du premier lancement SLS (initialement prévu pour décembre 2017) ayant porté le coût final de construction à 76 M$ (53,7 M$ pour le banc de test 4693 et 22,3 M$ pour le banc de test 4697), soit une augmentation de 88 % par rapport au budget initial de 40 M$ (respectivement 30 M$ et 10,5 M$).
- Des modifications dans la conception des bancs de test afin de répondre aux besoins adéquats liées à l’évolution du programme SLS.
- Le choix du Marshall Space Flight Center (Alabama) pour la construction des bancs de test, sans considération d’autres options financièrement plus avantageuses telle que le Stennis Space Center (Mississippi).
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°17-11

En dépit de l’échec de la mise en orbite du satellite factice emporté, Rocket Lab satisfait du premier vol d’essai d’Electron depuis la Nouvelle-Zélande
Space News, 25 mai 2017
Le 25 mai, la société Rocket Lab a effectué son premier lancement de la fusée Electron depuis son Launch Complex 1 situé en Nouvelle-Zélande, sur la péninsule de Mahia. Si le décollage, la séparation des étages (2 minutes 30 secondes après décollage), la mise à feu du second étage (pour une durée de 5 minutes environ) et la séparation de la coiffe se sont déroulés de façon satisfaisante, le lanceur n’a en revanche pas été en mesure de placer en orbite à 250 km le satellite factice de test équipé d’instruments destinés à recueillir des informations sur l’environnement de lancement. Rocket Lab envisage de conduire deux autres lancements de test avant de lancer des satellites commerciaux (la société dont le siège se trouve en Californie a reçu le 15 mai l’autorisation du Federal Aviation Administration Office of Commercial Space Transportation (FAA AST) pour trois lancements de test). La clientèle de Rocket Lab comprend d’ores et déjà la NASA (contrat de lancement de cubesats dans le cadre du programme Venture Class Launch Services passé en octobre 2015), Spire (contrat de lancement de jusqu’à douze satellites signé en 2016), Planet (contrat signé en 2016 pour trois lancements de grappes de cubesats Dove), et Moon Express (contrat pour l’envoi fin 2017 de l’atterrisseur lunaire MX-1 dans le cadre du concours Google Lunar Prize). Pour mémoire, le lanceur léger Electron destiné à mettre sur orbite héliosynchrone une charge utile maximale de 150 kg est composé d’un premier étage alimenté de neuf moteurs Rutherford à oxygène liquide et kérosène raffiné, et d’un second étage alimenté par un moteur Rutherford adapté.
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°17-04.

Coopération Etats-Unis / Inde
Cf. International

La DARPA choisit le Phantom Express de Boeing équipé de moteurs AR-22 pour son programme XS-1
Cf. Sécurité et Défense

Observation de la Terre

Coopération Etats-Unis / Inde
Cf. International

Chiffre d’affaires du premier trimestre 2017 : baisse pour MDA et hausse pour DigitalGlobe
Cf. Secteur privé

Météorologie de l’Espace

Conférence sur la météorologie de l’espace à l’ambassade d’Italie
Secure World Foundation, 23 mai 2017
L’ambassade d’Italie, le Département d’Etat et la Secure World Foundation ont organisé le 23 mai une conférence sur le défi mondial que constitue la météorologie spatiale, conférence qui a en particulier permis d’aborder la recherche, les activités opérationnelles ainsi que l’état de préparation aux risques potentiels.
Les présentations effectuées lors de cette conférence sont en ligne.
Article connexe précédemment publié : La stratégie américaine en matière de météorologie spatiale.

Météorologie

Quatre contrats d’études sur la caractérisation des nuages et des solutions d’imagerie météorologique des théâtres d’opérations
Cf. Sécurité et Défense

Télécommunications

Chiffre d’affaires du premier trimestre 2017 : baisse pour MDA et hausse pour DigitalGlobe
Cf. Secteur privé

Exploration et Sciences de l’Univers

Lancement anticipé de la mission Psyche de la NASA
Spaceref, 24 mai 2017
The Space Reporter, 27 mai 2017
La NASA a avancé la date de lancement de la mission Psyche du programme de sciences planétaires Discovery d’octobre 2023 à août 2002. Grâce à une trajectoire adaptée, ce lancement anticipé permettra d’une part, d’atteindre l’astéroïde Psyche constitué de métal et situé à 430 millions de km du soleil en 2026 (soit quatre ans plus tôt), et d’autre part, de réduire significativement le coût de la mission (économie de 100 M$). La durée nominale de la mission d’observation en orbite autour de l’astéroïde Psyche sera de vingt mois.
La sonde spatiale Psyche, construite par la société Space Systems Loral (SSL), sera modifiée notamment au niveau des panneaux solaires, pour tenir compte des besoins de la nouvelle trajectoire.
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°17-01.

Tourisme spatial

Les vols du SpaceShipTwo de Virgin Galactic complets jusqu’en 2021
Space News, 19 mai 2017
Parabolic Arc, 19 mai 2107
Mentionnant 2018 comme date de début des vols commerciaux suborbitaux a bord de son SpaceShipTwo, Virgin Galactic a indiqué que tous les vols étaient complets jusqu’en 2021, quelque 650 personnes (parmi lesquelles des personnalités du cinéma telles que Angelina Jolie, Brad Pitt ou Leonardo DiCaprio, détenant d’ores et déjà un billet).
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°17-06.

Secteur privé

Le Star Fellow Program du Founder Institute ambitionne de soutenir la création de 500 start-ups spatiales d’ici 2025
Space News, 24 mai 2017
L’incubateur d’entreprises Founder Institute, qui depuis sa fondation en 2009 a soutenu la création de presque 3000 start-ups (mais aucune avec une activité en lien avec le domaine spatial) a annoncé le lancement du Star Fellow Program, dont l’ambition est de permettre la création de 500 nouvelles entreprises spatiales à l’horizon 2025. Pour atteindre cet objectif ambitieux, Founder Institute propose d’exempter les porteurs de projets sélectionnés des frais d’inscription (qui s’élèveraient typiquement à quelques milliers de dollars) à un cursus de formation de trois mois et demi devant permettre de transformer des idées prometteuses en réussite commerciale, de faire parrainer les projets par des grands noms du NewSpace et d’offrir un accompagnement financier jusqu’à la première levée de fonds.

Chiffre d’affaires du premier trimestre 2017 : baisse pour MDA et hausse pour DigitalGlobe
Space News, 23 mai 2017
La société MacDonald Dettwiler and Associates (MDA) a enregistré un chiffre d’affaires de 494 M$ pour le premier trimestre 2017. La société a enregistré sur les douze derniers mois un chiffre d’affaires lié à son activité satellitaire de 332 M$, en baisse de 71 M$ par rapport à la période précédente de douze mois, en particulier du fait du ralentissement de son activité dans le domaine des satellites géostationnaires.
La société DigitalGlobe, dont la fusion avec MDA a été annoncée en février dernier (transaction globale de 3,6 Md$ dont deux tiers sur la base d’actions et un tiers sur la base de reprise de dette), a vu une augmentation de son chiffre d’affaires du premier trimestre 2017 croître de 19,6 % à un niveau de 210 M$, grâce à l’acquisition en 2016 de la société géospatiale Radiant pour un montant de 140 M$.
C’est dans ce contexte que MDA a précisé que la diversification visée au travers de l’acquisition de DigitalGlobe devrait permettre à la société canadienne de lisser le développement de son chiffre d’affaires.
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°17-05.

La sous-commission Espace du Sénat se penche sur le Traité de l’Espace
Cf. Politique