Bulletin d’actualité Espace n°18-17

, Partager

 
 
 
 
 

Politique

Audition de Jim Bridenstine au Sénat : évolution de la position de l’administrateur de la NASA sur plusieurs problématiques
Space Policy Online, NASA Watch, Houston Chronicle, Washington Post, 23 mai 2018
Spacenews, NASA Watch, 24 mai 2018

Le 23 mai, l’administrateur de la NASA Jim Bridenstine, a déclaré lors de son audition devant la sous-commission pour le Commerce, la Justice, et la Science de la commission des Appropriations du Sénat, (vidéo) qu’il chercherait un équilibre entre les priorités de l’agence dans le domaine de l’exploration et des sciences (incluant les sciences de la Terre, l’héliophysique, l’astrophysique et les sciences planétaires).
Il a en outre affirmé vouloir poursuivre plusieurs missions que l’Exécutif proposait d’annuler dans sa requête budgétaire pour l’année fiscale 2019 :

  • Concernant les sciences de la Terre :
    • la NASA souhaiterait reconsidérer l’annulation des instruments Climate Absolute Radiance and Refractivity Observatory (CLARREO) Pathfinder destiné à l’ISS et de Plankton, Aerosol, Cloud, ocean Ecosystem (PACE) et se conformer ainsi aux priorités de la dernière étude décennale dans le domaine des sciences de la Terre publiée en janvier dernier.
    • l’agence devrait également maintenir le lancement de la mission Orbiting Carbon Observatory 3 (OCO-3) vers l’ISS en janvier prochain.
    • la NASA s’engage en outre à maintenir la recherche sur le changement climatique malgré le manque de financements pour le maintien du programme Carbon Monitoring System (CMS).
  • Concernant l’astrophysique :
    • Jim Bridenstine a affirmé sa détermination pour poursuivre le programme de développement du télescope spatial James Webb, quand bien même les retards attendus pourraient porter les coûts au-delà du plafond fixé à 8 Md$ par le Congrès, ce qui requerrait une nouvelle autorisation du pouvoir législatif. Il a ajouté que les conséquences financières de ces nouveaux retards devraient être moindre pour l’année fiscale 2019 étant donné les projets de la NASA de transférer des fonds prévus pour les opérations spatiales vers la ligne « développement ».
    • l’administrateur de la NASA a indiqué vouloir éviter les mêmes difficultés pour le Wide-Field Infrared Survey Telescope (WFIRST), également proposé à l’annulation par l’Exécutif dans sa requête budgétaire pour l’année fiscale 2019, et qu’il était probable que la mission soit maintenue. Il a suggéré que les futures missions de la NASA évoluent vers de plus petits systèmes spatiaux, afin de distribuer le risque sur plusieurs projets plus petits, au coût de cycle de vie de 200 M$ chacun.
  • Concernant l’éducation, Jim Bridenstine a indiqué que la NASA étudiait la possibilité de renommer le bureau de l’éducation - également proposé à annulation, « Office of STEM Engagement » (les STEM faisant référence aux sciences, technologie, ingénierie et mathématiques).

Jim Bridenstine a par ailleurs affirmé que le changement climatique avait bien lieu et que l’être humain constituait en était un contributeur majeur, reconnaissant un changement de position de sa part. Cette évolution a été reçue très favorablement par deux sénateurs démocrates qui avaient voté contre sa nomination au poste d’administrateur de la NASA précisément en raison de ses positions climato-sceptiques antérieures, Brian Schatz (démocrate, Hawaii) et Chris Van Hollen (démocrate, Maryland).

La commission des appropriations de la Chambre revoit à légèrement la hausse le budget de la NOAA pour les activités satellitaires pour l’année fiscale 2019
Le 17 mai 2018, la commission des appropriations de la Chambre a approuvé son projet de budget pour la NOAA pour l’année fiscale 2019 (32 votes pour 19 votes contre).
Le budget global envisagé par la commission des appropriations de la Chambre pour les activités satellitaires de développement et d’acquisition de la NOAA s’élève à 1 414, 263 M$ contre un budget de 1 400,711 M$ proposé au travers de la requête budgétaire présidentielle (poste « construction d’installation de commande et d’acquisition de données inclus »).

La ventilation est la suivante :

NESDIS-PAC Commission des appropriations de la Chambre FY-19 Requête présidentielle FY-19
— GOES-R 408,380 M$ 408,380 M$
— Space Weather Follow-on 10,000 M$ 10,000 M$
— Joint Polar Satellite System (JPSS) 572,240 M$
— Polar Follow-on 305,751 M$
— PWS (JPSS + PFO) tel qu’indiqué dans la requête présidentielle pour la FY-19 877,991 M$
— CDARS 0,500 M$ 0,500 M$
— COSMIC 2/GNSS-RO 5,892 M$ 5,892 M$
— Satellite Ground Services 58,000 M$ 52,332 M$
— System Architecture and Advanced Planning 5,500 M$ 4,929 M$
— Projects, Planning and Analysis 40,000 M$ 36,539 M$
— Commercial Weather Data Pilot 6,000 M$ 3,000 M$
- Subtotal, NESDIS Systems Acquisition 1 412,263 M$ 1 399,563 M$
— Satellite CDA Facility 2,450 M$ 1,148 M$
Total, NESDIS Systems Acquisition 1 414 ,13 M$ 1 400,711 M$

Rapport semestriel de l’inspection générale de la NASA au Congrès
SpaceRef, 31 mai 2018
Publication du rapport (version complète) de l’inspection générale de la NASA au Congrès portant sur la période s’étendant du 1er octobre 2017 au 31 mai 2018. Deux points font l’objet d’une attention particulière dans ce rapport : la gouvernance en matière de technologies de l’information et les efforts de la NASA pour ravitailler et utiliser pleinement la station spatiale internationale.

La NASA épinglée sur sa gestion des accords à coûts remboursables
Parabolic Arc, 1er juin 2018
Un nouvel audit du Bureau de l’Inspecteur général émet onze recommandations à la NASA afin d’améliorer la gestion des accords à coûts remboursables (reimbursable agreements) qu’elle entretient avec les entités extérieures.
Le rapport précise que depuis 2011 le Bureau de l’Inspecteur Général de la NASA, le Government Accountability Office, un cabinet comptable indépendant, ainsi que certains membres du Congrès depuis 2013, ont chacun publié des rapports identifiant ce qu’ils considèrent constituer des déficiences de l’agence dans la gestion de ces accords.
Les accords à coûts remboursables permettent aux entités extérieures d’accéder aux biens, services, infrastructures et à l’expertise que la NASA n’utilise que partiellement, les montants obtenus en retour permettant de compléter le budget propre de l’agence.
Pour l’année fiscale 2017, environ 13 % des autorisations de dépenses de la NASA (montant de 2,3 Md$) provenaient de fonds obtenus par l’intermédiaire d‘accords à coûts remboursables. Les années fiscales 2018 et 2019 devraient générer 2,8 Md$ et 2,1 Md$ respectivement via ces mêmes accords.

International

La vision lunaire de Jeff Bezos
Cf. Lune et cis-lunaire

Sécurité et Défense

Space Guards
Breaking Defense, 21 mai 2018
Spacenews, 31 mai 2018

Alors que le Congrès et la Maison Blanche débattent sur la mise en place d’une Space Force au sein de l’armée américaine, plusieurs voix, dont celle de George Nield, ancien administrateur associé de la FAA pour le transport spatial commercial, s’élèvent pour prôner une organisation de gardes spatiaux (Space Guards) calquée sur le modèle des garde-côtes.

Le projet Blackjack de prototypes de constellations en orbite basse de la Défense
Spacenews, 31 mai 2018
Spacenews, 1er juin

La Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) s’apprête à débuter l’évaluation des offres faites par l’industrie en réponse à la consultation Blackjack lancée l’année dernière. L’objectif est de développer des alternatives plus agiles et moins onéreuses aux satellites militaires traditionnels en orbite géostationnaire, en proposant un concept de satellite de coût inférieur à 6 M$, lancement compris. Il vise plus particulièrement à développer une constellation en orbite terrestre basse devant fournir une couverture continue pour les opérations militaires. Pour cela, le projet envisage d’intégrer des capteurs militaires ou des charges utiles à des plateformes satellites du secteur privé. Si la surveillance et les communications constituent les missions majeures des prototypes de constellations de ce programme, celles-ci pourraient également être envisagées pour des missions plus complexes comme le space-based battle management, l’objectif de fond étant d’accélérer l’innovation et diminuer les coûts des programmes spatiaux militaires (le portefeuille spatial annuel du DoD s’élevant à 9 Md$).
La DARPA prévoit d’attribuer des contrats pour une valeur de 117,5 M$ sur trois phases finançant jusqu’à huit fournisseurs. Des contrats supplémentaires pour des équipements d’autonomie, des services de lancements, des systèmes au sol et des opérations de vol sur les constellations, afin de démontrer que des charges utiles « suffisamment performantes en orbite basse peuvent effectuer des missions militaires, augmenter les capacités des programmes existants, et potentiellement présenter des performances égales ou supérieures que les systèmes spatiaux actuellement déployés » sont également envisagés par la suite. La DARPA devrait effectuer les développements initiaux et les travaux d’ingénierie pour les trois prochaines années avant d’éventuellement livrer les prototypes à l’Air Force pour les essais et un usage opérationnel.
Au travers de ce projet, la SmallSat Alliance établie il y a deux ans espère remettre bousculer le monopole de fait des grands clients de la Défense et du renseignement dans les programmes spatiaux, après l’arrivée de nouveaux responsables au Pentagone, dont Michael Griffin, sous-secrétaire de la défense pour la Recherche et l’Ingénierie et Will Roper, secrétaire adjoint de l’Air Force pour les acquisitions. L’alliance souligne qu’ « avec les petits satellites, pour 1% du coût des gros satellites militaires, il est possible d’obtenir 60 à 70 % de leur capacités et que certaines missions de communications ou de surveillance peuvent être effectuées avec plusieurs satellites coûtant entre 10 et 20 M$ chacun ».

Lanceurs et Lancements

Lancement de l’Electron de Rocket Lab programmé à partir du 22 juin
SpaceNews, 25 mai 2018
Rocket Lab a annoncé le 25 mai avoir fixé la prochaine fenêtre de lancement de son lanceur Electron à la fin du mois de juin (fenêtre quotidienne de quatre heures entre le 22 juin et le 5 juillet). Ce troisième lancement dénommé « It’s Business Time » devrait intervenir après le report du lancement initialement programmé en avril, un report causé par des problèmes rencontrés sur un équipement de contrôle moteur d’une pompe de l’un des neuf moteurs du premier étage.
En sus des trois satellites dont le lancement était prévu pour avril (deux Lemur-2 de Spire et un satellite de GeoOptics construit par Tyvak Nano-Satellite Systems), le lanceur aura pour mission de placer en orbite le satellite Irvine01 développé dans le cadre d’un programme éducatif, ainsi que le satellite allemand NABEO destiné à tester une voile de freinage déployable susceptible d’être utilisée pour la désorbitation des satellites.
Les satellites devraient dans un premier temps être placés sur une orbite elliptique (250 km x 500 km, inclinaison de 85 degrés) avant de rejoindre une orbite circulaire grâce à un moteur d’apogée du lanceur.
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°18-11.

Le retour des Rockoons ?
Wire, 30 mai 20187
Parmi les idées qui pourraient (ré)émerger dans le cadre du Launch Challenge lancé récemment par la DARPA, figure que le projet de fusée aéroportée par ballon (Rockoon, mot-valise formé à partir de Rocket et de balloon). Un concept mis en œuvre pour les fusées sondes Far Side dans les années cinquante, qui compte le président de LEO Aerospace parmi ses fervents défenseurs.
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°18-13.

Articles complémentaires
4 Billionaires Trying to Make Space Travel a Reality : Elon Musk, Jeff Bezos, Richard Branson et Paul Allen
Entretien avec Jean Floyd, PDG de Stratolaunch (We want to get to a point where you pick up your phone and you pick a seat, if you will, on the launch vehicle….)

Suborbital

Succès du deuxième vol d’essai motorisé du VSS Unity de Virgin Galactic
Spacenews, 29 mai 2018
Le 29 mai, le VSS Unity, l’avion spatial aéroporté suborbital SpaceShipTwo de Virgin Galactic destiné au tourisme spatial et à la recherche, a effectué son deuxième vol d’essai avec succès depuis le Mojave Air and Space Port en Californie.
Le véhicule s’est séparé de l’avion porteur WhiteKnightTwo une heure après le décollage, a atteint une vitesse de Mach 1.9 et une altitude de près de 35 km - deux records pour le programme d’essai du SpaceShipTwo, avant de se poser à Mojave 10 minutes plus tard.
A l’inverse du premier vol d’essai motorisé du VSS Unity du 5 avril, ce deuxième vol comportait des sièges pour passagers (six passagers sont prévus en plus des deux pilotes) et des équipements dans la cabine principale. Pour mémoire, le premier SpaceShipTwo, VSS Enterprise, s’était écrasé lors de son quatrième essai motorisé en octobre 2014.
Le fondateur de Virgin Galactic Richard Branson, a par ailleurs déclaré dans un entretien récent avec la BBC, qu’il s’attendait à voler à bord du SpaceShipTwo d’ici les douze prochains mois, ajoutant qu’il suivait un entrainement physique pour s’y préparer.
Il a en outre reconnu l’existence d’une concurrence avec Blue Origin concernant la première société qui effectuera des vols habités, « dans les mois venir, plutôt que les années à venir ; je pense que nous enverrons tous les deux des personnes dans l’espace d’ici douze mois ». Pour mémoire, le dernier vol d’essai du lanceur suborbital New Shepard a été effectué le 29 avril. Ni le prix d’un billet à bord du New Shepard, ni la date de commercialisation des vols, ne sont encore connus à ce jour.

Articles connexes précédemment publiés :

Télécommunications

Nouvelles réglementations de la FCC sur les petits satellites de télécommunications
Parabolic Arc, NASA Watch, 30 mai 2018
Plusieurs journaux sont revenus sur l’annonce de mise en place d’une nouvelle procédure de demande d’agrément pour les petits satellites faite le 17 avril par la FCC, leur interprétation de ce texte étant que le tarif annuel de 135 k$ (ainsi que 30 k$ supplémentaires de frais de dossier pour la première année) pour l’obtention d’une licence fédérale pour exploiter des satellites de communications, qui serait mis en place notamment pour les projets de cubesats estudiantins, était de nature à mettre en périls ces activités. La Secure World Foundation a toutefois de son côté déclaré que ces projets n’étaient pas affectés par le nouveau texte de la FCC.

Météorologie spatiale civile et militaire

Le premier satellite météorologique polaire JPSS de la NOAA déclaré opérationnel
Spacenews, 30 mai 2018
Le premier satellite météorologique en orbite polaire de nouvelle génération de la NOAA, Joint Polar Satellite System 1 (JPSS-1, rebaptisé NOAA-20 après son lancement en novembre 2017), est désormais opérationnel, après six-mois de tests en orbite.
NOAA-20 est situé sur la même orbite que le satellite Suomi National Polar-orbiting Partnership, lequel constituait le satellite météorologique polaire principal de l’agence depuis 2014. L’entrée en service de NOAA-20 met fin aux préoccupations de discontinuité de données après la fin de vie nominale de Suomi, lancé en 2011 pour une durée de vie de cinq ans.
Le satellite emporte une série d’instruments avancés destinés à l’amélioration des prévisions météorologiques dans les régions polaires isolées (Arctique, Alaska, Antarctique) augmentant la précision des prévisions de trois à sept jours.
Si JPSS-1 a été construit par Ball Aerospace, les trois satellites suivants de la série seront construits par Orbital ATK selon un contrat et une extension de ce même contrat passé en mars 2015 (Cf. infra). Pour mémoire, Ball avait émis une contestation auprès du Government Accountability Office, rejetée par cette dernière en juillet 2015.
Articles connexes précédemment publiés :

Commande de deux satellites météorologiques supplémentaires pour Orbital ATK
Govconwire, 29 mai 2018
Spacenews, 30 mai 2018

Orbital ATK s’apprête à développer deux satellites météorologiques de la série Joint Polar Satellite System supplémentaires, JPSS-3 et JPSS-4, pour le compte de la NOAA, la NASA (laquelle agit en tant qu’autorité d’acquisition pour les programmes de satellites météorologiques de la NOAA) ayant exercé une option sur le contrat JPSS qui approcherait aujourd’hui les 460 M$. Lors de la passation de contrat en 2015 (253 M$ pour la construction du JPSS-2), JPSS-3 était évalué à 130 M$ et JPSS-4 à 87 M$, pour une valeur totale du contrat avoisinant les 470 M$.

La société construit actuellement le satellite JPSS-2 dont l’intégration et les essais sont prévus à partir de cet été et le lancement pour 2021. JPSS-3 et JPSS-4 seront produits et testés dans l’usine d’Orbital ATK en Arizona, leur livraison étant respectivement prévue pour 2023 et 2026, et leur lancement pour 2026 et 2031.

Lune et cis-lunaire

La campagne robotique lunaire de la NASA
Space Ref, 24 mai 2018
La NASA s’apprête à mettre en œuvre via le volet Commercial Lunar Payload Services (CLPS), une campagne robotique lunaire menée en partenariat avec l’industrie privée afin de mettre en œuvre divers objectifs scientifiques, technologiques et d’exploration Lancées dès 2019, ces missions auront pour objectif de préparer un retour habité sur la lune, avec l’emport d’instruments scientifiques, dont les quatre instruments du projet de mission Resource Prospector aujourd’hui abandonné :

  • Near Infrared Volatile Spectrometer Subsystem (NIRVSS), pour examiner la surface de la lune et détecter la présence d’eau et d’autres éléments volatiles ;
  • Neutron Spectrometer Subsystem (NSS), pour rechercher de l’hydrogène sous la surface de la lune ;
  • un instrument de forage de la glace et du régolithe ;
  • Water Analysis and Volatile Extraction (WAVE), pour analyser les échantillons prélevés sous la surface lunaire.
    Une consultation du secteur privé sur les missions CLPS a été effectuée en avril. Après l’envoi d’alunisseurs de petite taille, l’objectif de l’agence est de lancer deux missions de démonstration d’alunisseurs de taille moyenne (construits via des partenariats publics-privés), dont la première en 2022.
    Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°18-15.

La vision lunaire de Jeff Bezos
Geekwire, 26 mai 2018
Spacenews, Space.com, 29 mai 2018

Lors de l’International Space Development Conference qui s’est tenue à Los Angeles le 25 mai, le fondateur de Blue Origin, Jeff Bezos, s’est déclaré être un « grand fan » de la politique d’exploration spatiale de l’administration Trump appelant à un retour habité de l’homme sur la lune avant d’atteindre la planète Mars. Faisant référence au concept de « village lunaire  » porté par le directeur général de l’agence spatial européenne Jan Woerner de coopération entre nations et sociétés sur des capacités lunaires, il s’est dit ouvert à travailler en concertation avec d’autres nations pour établir une base lunaire, sans toutefois définir le rôle de Blue Origin dans ce projet.
Pour mémoire, Blue Origin développe un concept d’alunisseur, Blue Moon, devant être en mesure d’envoyer cinq tonnes de fret sur la lune, un engin que la société souhaiterait développer dans le cadre d’un partenariat public-privé avec la NASA, mais qu’elle est prête à financer seule si nécessaire.
Jeff Bezos, la personne la plus riche du monde avec une fortune estimée à 130 Md$, a rappelé qu’il vendait l’équivalent d’un milliard de dollars par an d’actions d’Amazon pour financer son entreprise Blue Origin et que s’il souhaitait investir dans des capacités lunaires additionnelles au-delà des capacités de transport nécessaires à l’établissement d’une base, il espérait que d’autres y participent également (« soit d’autres personnes reprendront cette vision, soit je me ruinerais »). Notant qu’ « il y a suffisamment de ressources pour héberger mille milliards de personnes dans le système solaire », sa vision consiste à déplacer les industries lourdes en dehors de la Terre (« d’ici des décennies, peut-être une centaine d’années »), celle-ci se destinant aux industries légères et comme lieu de résidence.
Blue Origin aurait par ailleurs invité l’Australie, qui vient de créer son agence spatiale, à participer à une annonce de groupe lors de l’International Astronautical Congress en octobre prochain à Brême, en Allemagne.
La NASA devrait bientôt solliciter l’industrie pour ses projets d’atterrisseurs lunaires lourds, pour lesquels Blue Origin pourrait être en concurrence avec SpaceX, ULA ou Masten Space Systems.
Lors de la conférence, Jeff Bezos s’est vu remettre le Gerard K. O’Neill Memorial Award de la National Space Society, en hommage au physicien ayant proposé le concept de colonies spatiales dans les années 1970 dans son ouvrage Les villes de l’espace.

Exploration et Sciences de l’Univers

ASTRO 2020 : La NASA revient sur sa position
Space Policy Online, 29 mai 2018
Spacenews, 30 mai 2018

Thomas Zurbuchen, administrateur associé en charge de la science, a annoncé que la NASA renonçait finalement au report du lancement de la prochaine étude Decadal Survey en astrophysique (ASTRO2020) récemment évoqué en lien avec les incertitudes pesant sur les deux programmes phares JWST et WFIRST. L’étude pourrait dans ce contexte être lancée dès la fin 2019.
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°18-15.

Blue Origin et ULA parmi les sociétés sélectionnées par la NASA pour l’exploitation de ressources dans l’espace
Space Policy Online, 31 mai 2018
La NASA a sélectionné dix entités (neuf sociétés et une université) pour développer des technologies d’utilisation des ressources in-situ (In Situ Resource Utilization - ISRU) sur la lune et Mars. Ces contrats entrent dans le cadre du programme Next Space Technologies for Exploration Partnerships-2 (NextSTEP-2) de la NASA destiné à créer des partenariats pour faire avancer l’exploration humaine de l’espace. Si la valeur de chaque contrat sera négociée au cas par cas, la totalité des dotations devrait avoisiner les 10 M$ pour des travaux allant jusqu’à 2021. Chaque société devra également apporter sa propre contribution financière.
Les entités sélectionnées sont :

  • Blue Origin
  • United Launch Alliance
  • University of Illinois, Urbana
  • UTC Aerospace Systems
  • BlazeTech Corporation
  • Paragon Space Development Corporation
  • Skyhaven Systems
  • Teledyne Energy Systems
  • Honeybee Robotics Spacecraft Mechanisms Corporation
  • OxEon Energy LLC.

Secteur privé

Mapbox s’engage sur le marché des voitures autonomes
Reuters, 30 mai 2018
La startup Mapbox, qui développe des couches informatiques utilisées pour l’élaboration d’applications reposant sur l’utilisation de cartes, a annoncé avoir noué plusieurs partenariats pour adapter sa technologie aux voitures autonomes. Parmi ses collaborateurs figurent Microsoft, la filiale ARM (fabricant de puces) de la Softbank ainsi que l’unité Mobileye d’Intel, qu’ARM a acquis l’année dernière pour 15,3 Md$.
Pour mémoire, Mapbox aurait levé à ce jour un montant de 228 M$ auprès d’entités parmi lesquelles figurent Vision Fund de la Softbank et de DFJ Growth.

Blue Origin et ULA parmi les sociétés sélectionnées par la NASA pour l’exploitation de ressources dans l’espace
Cf. Exploration et Sciences de l’Univers

Technologie

Nouvelles réglementations de la FCC sur les petits satellites de télécommunications
Cf. Télécommunications

43,5 M$ pour SBIR et STRR
Parabolic Arc, 25 mai 2018
La NASA a sélectionné 304 propositions dans le cadre de l’édition 2018 de la phase I de son programme SBIR (Small Business Innovation Research) et 44 propositions dans le cadre de son programme STTR (Small Business Technology Transfer), pour un montant global de 43,5 M$. Ces programmes sont gérés par le centre Ames de la NASA (Californie).
Les projets retenus entrant dans le cadre de SBIR (liste des projets) se sont vus allouer un montant maximal de 125 k$ pour une durée de six mois.
Les projets retenus entrant dans le cadre de STTR (liste des projets) se sont vus allouer un montant maximal de 125 k$ pour une durée de treize mois.
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°17-09.

Retrouvez également toutes les actualités mises en ligne par la mission pour la science et la technologie en cliquant sur ce lien.
Ambassade de France aux États-Unis d’Amérique
Service spatial – Bureau du CNES