Bulletin d’actualité Espace n°18-32

, Share

 
 
 
 
 

Personalia

Décès du milliardaire Paul Allen, co-fondateur de Microsoft et promoteur du spatial
Space Policy Online, Space News, 15 octobre 2018
Spaceflight Insider, 21 octobre 2018

L’informaticien milliardaire Paul Allen est décédé le 15 octobre à 65 ans des suites d’un cancer.
Passionné d’espace, Paul Allen a financé le développement de SpaceShipOne, un véhicule qui a remporté le Ansari X-Prize (lien 1, lien 2) en octobre 2004 (doté d’un montant de 10 M$ attribué à au premier véhicule ayant transporté au moins trois passagers à une altitude de 100 km [ligne dite de Kármán marquant, selon l’IAF, la limite de l’espace] à deux reprises dans un délai de deux semaines, avec atterrissage sur le lieu du décollage).
Le successeur de ce véhicule, SpaceShipTwo, est actuellement en cours d’essai chez Virgin Galactic.
Paul Allen a également fondé Stratolaunch Systems en 2011, une société de service de lancement aéroporté reposant sur l’utilisation d’un aéronef de 117 m d’envergure capable d’emporter jusqu’à trois Pegasus à 11 km d’altitude. L’aéronef a effectué mi-octobre des tests de roulage sur la piste de Mojave en Californie, parvenant à dépasser les 145 km/h (une vitesse insuffisante pour faire décoller le système de 540 tonnes). Un premier test en vol (initialement prévu pour 2015) pourrait être effectué à la fin de l’année 2018.
Paul Allen se passionnait également d’exploration de l’Univers, ayant financé pour le compte de SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) un arsenal de 42 radiotélescopes, dénommé « Allen Telescope.

Articles connexes précédemment publiés :

James Morhard prend ses fonctions d’administrateur adjoint de la NASA
Space Policy Online, NASA, 17 octobre 2017

Articles connexes précédemment publiés :

Politique

Jim Bridenstine en phase avec le rapport du GIEC
The Atlantic, 19 octobre 2018
Lors d’un entretien accordé au journal The Atlantic, l’administrateur de la NASA s’est exprimé sur la micro-perforation découverte sur un Soyouz en août dernier (lien), sur l’échec du lancement d’un Soyouz le 11 octobre (lien), sur les surcoûts du programme SLS mis en exergue par un récent rapport de l’OIG (lien) et sur la position de la NASA sur le dernier rapport du GIEC sur le changement climatique.
Sur ce dernier point, Jim Bridenstine a déclaré qu’il n’avait aucune raison de s’opposer aux conclusions de ce rapport, rappelant que la NASA « is one agency on the planet that does more to inform the world on how the climate is changing than any other agency, and we’re going to continue to do that ». Interrogé sur le rôle qu’il estimait être le sien vis-à-vis des membres républicains du Congrès, dont certains ont rejeté les conclusions du GIEC, Jim Bridenstine a déclaré : « My role is to deliver dispassionate science and allow policy makers to have these debates about it. Look, if I start engaging in what to do about the science that we receive, then it politicizes what NASA is all about, and we don’t want to do that. All we’re going to do is study the planet and make sure that all of that data and all of that science is made available to the public ».
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°18-17.

Le budget de la NASA diminué de 5 % pour l’année fiscale 2020 ?
Politico, 19 octobre 2018
Article connexe précédemment publié : La commission des appropriations de la Chambre revoit à la hausse le budget de la NASA pour l’année fiscale 2019.

International

Après la signature d’un protocole d’accord avec l’agence spatiale canadienne, Moon Express crée une filiale au Canada
Cf. Secteur Privé

Sécurité et Défense

Précisions sur la réunion du National Space Council du 23 octobre sur la Space Force
Parabolic Arc, 21 octobre 2018
Space Policy Online, 17 octobre 2018
Space Policy Online, 20 octobre 2018

Les trois grands témoins de la quatrième réunion du National Space Council, dédiée à la Space Force, sous la présidence du vice-président, Mike Pence, le Council sont :

  • James K. « Kevin » McLaughlin, ancien lieutenant-général de l’USAF et commandant adjoint de l’U.S. Cyber Command (USCYBERCOM), dont il a porté la création ;
  • Doug Loverro, ancien assistant adjoint au secrétaire de la Défense pour la politique spatiale de l’administration Obama, partisan de la création d’une Space Force ;
  • Mark Sirangelo, ancien directeur de la Space Division chez Sierra Nevada Corporation (SNC), ayant dirigé le programme Dream Chaser chez SNC.

La réunion, qui aura lieu de 17h30 à 19h30 (heure de Paris) au National War College à Washington D.C., sera retransmise en direct sur les sites whitehouse.gov et NASA TV.
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°18-31.

Un Atlas V d’ULA lance avec succès le satellite AEHF-4 de l’USAF
Cf. Lanceurs et Lancements

L’engin spatial réutilisable X-37B a dépassé le cap des 400 jours en orbite basse
Space.com, 18 octobre 2018
Article connexe publié précédemment : Bulletin d’actualité Espace n°17-19.

L’agence des systèmes d’information du Département de la Défense (DISA) a octroyé une extension de six mois d’une valeur de 44 M$ au contrat Enhanced Mobile Satellite Services d’Iridium
Satellite Today, 15 octobre 2018
Article connexe publié précédemment : Bulletin d’actualité Espace n°17-16.

Lanceurs et Lancements

Un Atlas V d’ULA lance avec succès le satellite AEHF-4 de l’USAF
Space News, Spaceflight Now, NASA Spaceflight.com, 17 octobre 2018
Un Atlas V d’ULA a placé avec succès ce mercredi 17 octobre le satellite AEHF-4 (Advanced Extremely High Frequency 4) de l’USAF sur une orbite GTO depuis le Launch Complex 41 à Cap Canaveral, Floride. Ce lancement représente le 8ème de l’année pour ULA, le 79ème pour Atlas V, le 131ème depuis la formation d’ULA en 2006 et le 50ème pour l’USAF.
La 50th Space Wing du Air Force Space and Missile Systems Center de Los Angeles prendra en charge ce satellite.
AEHF-4, un satellite de télécommunications construit par Lockheed Martin pour une valeur de 1,8 Md$, fait partie d’une constellation devant atteindre in fine six satellites (les trois premiers satellites ont été respectivement lancés en 2010, 2012 et 2013) conçus pour remplacer les cinq satellites vieillissants Milstar lancés entre 1994 et 2003. Chaque satellite dispose :

  • d’une antenne à faible gain pour émettre et recevoir depuis et vers la face visible de la Terre par le satellite ;
  • six antennes MRCA (medium-resolution coverage antennae) produisant des faisceaux pour couvrir simultanément 24 zones ponctuelles ;
  • deux antennes HRCA (high-resolution coverage antennae) pour des communications tactiques résistantes au brouillage ;
  • des antennes à réseau phasé additionnelles pour fournir des faisceaux ponctuels à l’échelle mondiale en cas de besoin ;
  • deux antennes pour les liaisons inter-satellitaires (communications bidirectionnelles avec d’autres satellites AEHF et Milstar).

Les liaisons ascendantes fonctionnent dans la partie EHF (extremely high frequency) du spectre, à 44 gigahertz, les liaisons descendantes fonctionnant dans la partie SHF (super high frequency) du spectre, à 20 gigahertz. Le satellite fournit des services de communication à bas débit (75-2 400 bits par seconde), à débit moyen (4,8-1 544 kilobits par seconde) et à débit élevé (jusqu’à 8,192 mégabits par seconde). Les liaisons inter-satellitaires peuvent atteindre un débit de 60 mégabits par seconde (contre 10 mégabits par seconde pour les satellites Milstar).

La constellation est également utilisée par le Canada, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. L’Australie, le Japon et l’OTAN sont en discussion avec les Etats-Unis pour se joindre au programme.

Articles connexes précédemment publiés :

Vector lève 70 M$
Space News, Parabolic Arc, 19 octobre 2018
L’entreprise de lanceurs légers Vector basée en Arizona a récolté un montant de 70 M$ lors d’une levée de fond de Série B menée par Kodem Growth Partners (aux cotés de Morgan Stanley Alternative Investment Partners, Sequoia Capital, Lightspeed Venture Partners et Shasta Ventures). A ce jour, l’entreprise est parvenue à lever un montant de 100 M$, ce qui fait d’elle la deuxième entreprise de lanceurs légers la mieux financée après Rocket Lab (145 M$).
Vector estime avoir atteint un niveau de maturité suffisant pour quitter la phase de R&D pour Vector-R (le lanceur lourd Vector-H, toujours en développement, est prévu pour 2019) et entrer en phase de commercialisation. Le premier lancement orbital de Vector-R est prévu pour la fin de l’année 2018 avec une charge utile dont l’opérateur n’a pas été révélé, depuis le Pacific Spaceport Complex en Alaska.
Articles connexes précédemment publiés :

Rocket Lab sélectionne le Wallops Flight Facility de la NASA en Virginie pour son futur site de lancement aux Etats-Unis et dévoile sa nouvelle usine de production à grande échelle en Nouvelle-Zélande
Cf. Spatioports

L’entreprise suédoise Ovzon choisit un Falcon Heavy pour lancer son premier satellite de télécommunication géostationnaire d’ici la fin de l’année 2020
Space News, 16 octobre 2018

Spatioports

Rocket Lab sélectionne le Wallops Flight Facility de la NASA en Virginie pour son futur site de lancement aux Etats-Unis et dévoile sa nouvelle usine de production à grande échelle en Nouvelle-Zélande
Space News, Parabolic Arc, 17 octobre 2018
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°18-22.

Le conseil municipal donne son accord pour financer à hauteur de 18,8 M$ (dont 1 M$ de subvention fédérale) le début de travaux d’infrastructure du spatioport de Houston
The Houston Chronicle, 18 octobre 2018

Station Spatiale Internationale et Vol Habité en Orbite Basse

Inquiétude de l’ASAP au sujet du Crew Dragon et du Starliner après l’échec du Soyouz du 11 octobre
Space News, 12 octobre 2018
Spaceflight Now, 13 octobre 2018

Réuni quelques heures après l’échec du lancement du Soyouz le 11 octobre dernier dans le cadre d’une session prévue de longue date, le comité consultatif indépendant ASAP (Aerospace Safety Advisory Panel) de la NASA a exprimé son inquiétude sur l’impact que l’absence de véhicule russe permettant aux équipages d’accéder à la station spatiale internationale était susceptible d’exercer sur le développement et le test des véhicules Crew Dragon et Starliner, soulignant qu’aucun compromis sur la sécurité des véhicules ne devait être fait pour tenir un calendrier, du reste vraisemblablement pas trop optimiste.
A contrario, des représentants de Boeing et SpaceX participant le même jour à l’International Symposium for Personal and Commercial Spaceflight à Las Cruz (Nouveau Mexique), se sont montrés confiants quant à leur capacité à maintenir le calendrier des deux vols d’essai de leur capsule, excluant tout compromis sur la sécurité pour tenir ce calendrier.
Pour mémoire, SpaceX (capsule Crew Dragon) :

  • premier vol sans équipage en janvier 2019 ;
  • premier vol avec équipage en juin 2019.

Boeing (capsule Starliner) :

  • premier vol sans équipage en mars 2019 ;
  • premier avec équipage en août 2019.

Articles connexes précédemment publiés :

Maintenance Satellitaire en Orbite

La NASA sélectionne un logiciel de planification d’Orbit Logic pour la mission Restore-L
Space Daily, 22 octobre 2018

Articles connexes précédemment publiés :

Observation de la Terre

Jim Bridenstine en phase avec le rapport du GIEC
Cf. Politique

Télécommunications

L’Agence des systèmes d’information du Département de la Défense (DISA) a octroyé une extension de six mois d’une valeur de 44 M$ au contrat Enhanced Mobile Satellite Services d’Iridium
Cf. Sécurité et Défense

Recherche et Sauvetage

Les Etats-Unis choisissent Thales pour la construction dans le Nouveau Mexique d’une station terrienne partie intégrante du système Sarsat (Search and Rescue Satellite Aided Tracking) de la NOAA reposant sur les satellites GNSS (Global Navigation Satellite System)
Thales, 15 octobre 2018
Satnews, 22 octobre 2018

Lune et cis-lunaire

La NASA lance une consultation sur des instruments technologiques ou scientifiques lunaires
Space News, Parabolic Arc, Planetary News, 18 octobre 2018
La NASA a publié sur son site NSPIRES (NASA Solicitation and Proposal Integrated Review and Evaluation System), la version finale de son appel à propositions Lunar Surface Instrument and Technology Payloads devant permettre de sélectionner de huit à douze charges utiles technologiques ou scientifiques qui seront envoyées sur la lune. L’enveloppe budgétaire pour la première année de ce programme s’établit entre 24 à 36 M$. Cette consultation s’inscrit dans le programme ROSES (Research Opportunities in Space and Earth Science) dont le processus de soumission de propositions se divise en deux étapes :

  • Step-1 (préliminaire et obligatoire pour la phase suivante) : propositions soumises au plus tard le 19 novembre 2018 ;
  • Step-2 : propositions soumises au plus tard le 17 janvier 2019.

La livraison des charges utiles pour le lancement est attendue au plus tard en décembre 2021.
Cet appel concerne spécifiquement de petites charges utiles, de futurs appels à propositions devant être lancés à intervalles réguliers (le prochain est attendu dans un an).

Les charges utiles sélectionnées seront lancées à bord d’alunisseurs commerciaux, sélectionnés en décembre prochain dans le cadre du programme CLPS (Commercial Lunar Payload Service), à partir de mars 2020 au plus tôt, jusqu’à décembre 2021 au plus tard.

Articles connexes précédemment publiés :

En cas de difficulté dans la visualisation de l’illustration ci-dessous, se reporter à la version en ligne du bulletin.

Après la signature d’un protocole d’accord avec l’agence spatiale canadienne, Moon Express crée une filiale au Canada
Cf. Secteur Privé

Mars

Le prix Logiciel de l’Année de la NASA a été attribué à la collaboration entre Microsoft et le JPL pour OnSight, un logiciel de réalité augmentée basé sur les données collectées par Curiosity permettant d’explorer la surface de Mars
Parabolic Arc, 15 octobre 2018.

Exploration et Sciences de l’Univers

Le satellite scientifique Chandra reprend ses activités après un passage en mode sans échec résultant d’un dysfonctionnement de l’un de ses gyroscopes
Space Daily, 18 octobre 2018
Article connexe publié précédemment : Bulletin d’actualité Espace n°18-31.

Secteur Privé

Après la signature d’un protocole d’accord avec l’agence spatiale canadienne, Moon Express crée une filiale au Canada
Parabolic Arc, 16 octobre 2018

Article connexe publié précédemment :

Boeing crée une (Disruptive Computing and Networks Division), basée en Californie
Satellite Today, 18 octobre 2018

Technologie

Le prix Logiciel de l’Année de la NASA a été attribué à la collaboration entre Microsoft et le JPL pour OnSight, un logiciel de réalité augmentée basé sur les données collectées par Curiosity permettant d’explorer la surface de Mars
Cf. Mars

Retrouvez également toutes les actualités mises en ligne par la mission pour la science et la technologie en cliquant sur ce lien.
Ambassade de France aux États-Unis d’Amérique
Service spatial – Bureau du CNES