Bulletin d’actualité Espace n°19-23

, Partager

 
 
 
 
 

Personalia

Le Secretary of the Army Mark Esper succède à Patrick Shanahan au poste de Secretary of Defense par interim
Space Policy Online, 18 juin 2019

Démission surprise de Fred Kennedy de la Space Development Agency
Space News, 21 juin 2019
Breaking Defense, 21 juin 2019
Moins de cinq mois après sa prise de fonction, Fred Kennedy a annoncé son retour à la DARPA.

Politique

Décret exécutif du Président ordonnant la réduction d’un tiers du nombre de comités consultatifs
Space Policy Online, 17 juin 2019
Le nombre de comités consultatifs au niveau fédéral est estimé à un millier.
Les douze commissions consultatives relevant de la NASA sont :

  • Commissions établies par la loi ;
    • Aerospace Safety Advisory Panel ;
    • Applied Sciences Advisory Panel ;
  • Commissions établies par une directive de la Maison Blanche ;
    • National Space Council User’s Advisory Group ;
    • National Space-based Positioning, Navigation and Timing Advisory Board ;
  • Commissions établies par la NASA ;
    • NASA Advisory Council (NAC) ;
    • International Space Station Advisory Committee ;
    • International Space Station National Laboratory Advisory Committee ;
    • Astrophysics Advisory Committee ;
    • Earth Science Advisory Committee ;
    • Heliophysics Advisory Committee ;
    • Human Exploration and Operations Research Advisory Committee ;
    • Planetary Science Advisory Committee.

De nombreuses commissions relèvent également de la NOAA et de la FAA. Les principales en prise avec le domaine spatial sont :

La présidence souhaite que les commissions destinées à être dissoutes cessent leurs activités dès septembre 2019 (les commissions identifiées établies par voie législative verront leur dissolution inscrite dans les textes budgétaires relatifs à l’exercice 2021).

Le Space Frontier Act porté par le sénateur Ted Cruz sera-t-il adopté via le NDAA de 2020 ?
Space News, 17 juin 2019
Space Policy Online, 18 juin 2019

Un groupe bipartisan de Sénateurs, emmené par Ted Cruz (républicain – Texas) entend utiliser le National Defense Authorization Act (NDAA) pour l’exercice 2020 en cours de discussion, comme véhicule législatif pour faire approuver les principales mesures proposées en mars 2019 dans le projet Space Frontier Act (pour mémoire, ce projet de loi avait été voté par le Sénat mais rejeté par la Chambre lors de la législature précédente) :

  • réformes en matière de télédétection et de lancements ;
  • extension de l’exploitation de la Station spatiale internationale de 2024 à 2030 ;
  • mise sur pied d’un Bureau of Space Commerce dirigé par un Assistant Secretary.

Le Sénateur Richard Burr (républicain – Caroline du Nord) propose pour sa part d’annexer les lois d’autorisation du Renseignement pour les exercices 2018, 2019 et 2020 au NDAA (ces textes concernent en particulier le NRO et la NGA).
Article connexe publié précédemment : Bulletin d’actualité Espace n°19-22.

Les amendements déposés à la Chambre sur le projet de loi de finance pour l’exercice 2020
Space News, le 17 juin 2019
Pour le domaine spatial, les points suivants peuvent être relevés :

  • les amendements relatifs à la NASA apparaissent mineurs, la position de la Chambre vis-à-vis de la demande de l’Exécutif d’un budget complémentaire de 1,6 Md$ demeurant inchangée ;
  • le Représentant Brian Babin (républicain – Texas) a introduit un amendement proposant le transfert d’un budget de 3,6 M$ du portefeuille ORF (Operations, Research, and Facilities) de la NOAA sur le Département du Commerce, afin de faciliter la mise sur pied d’un nouveau Bureau of Space Commerce au sein de ce même département (une mesure précédemment rejetée par la Chambre) ;
    [Dernière minute : cet amendement a été accepté]
  • le Représentant Ross Spano (républicain - Floride) a introduit un amendement proposant l’augmentation du budget de l’Office of Commercial Space Transportation de la FAA de 8,089 M$, une proposition à rapprocher avec les conclusions d’un rapport du GAO publié en mai dernier.

Sécurité et Défense

Les Etats-Unis s’alarment de la vulnérabilité de leur industrie spatiale face à la Chine
Space News, 17 juin 2019
Dans un rapport paru le 30 mai, l’Air Force Research Laboratory (AFRL) et la Defense Innovation Unit (DIU) s’alarment de la menace chinoise et dénoncent en particulier « le vol endémique de propriété intellectuelle, l’investissement via des comptes offshore ou des fonds de capital-risque contrôlés par l’Etat pour dominer les marchés et prendre possession des actifs américains ».
Le rapport mentionne trois grands domaines dans lesquels la Chine accapare des marchés clés ayant des implications stratégiques pour l’espace :

  • la production de galettes de germanium (essentielles pour la construction des panneaux solaires) : la Chine concentre 70 % de l’extraction, du raffinage et de la production, alors que les Etats-Unis sont absents de l’extraction et ne sont qu’un acteur mineur pour le raffinage à 2,5 % ;
  • la production de cellules photovoltaïques pour les panneaux solaires : la Chine a pris la tête de la production de metal organic chemical vapor deposition depuis 2012 ;
  • les services de lancement commerciaux : s’appuyant sur le secteur militaire, la société Expace sera bientôt en mesure d’offrir le lancement de charges utiles en orbite basse au prix de 5 000 $ par kilogramme avec sa fusée Kuaizhou, soit cinq fois moins que le prix actuel du marché.

Parmi les recommandations du rapport :

  • faciliter l’accès à des capitaux diversifiés pour l’industrie spatiale (notamment pour asseoir le rôle de chef de file des Etats-Unis dans l’établissement des règles internationales pour les produits et services) ;
  • adapter les processus d’acquisition et d’octroi de licences et de réglementations (afin de faciliter le recours par le secteur privé aux technologies les plus avancées) ;
  • renforcer le contre-espionnage et aider les sociétés à se protéger (au travers de dépôt de brevets) ;
  • mise sur pied d’une export Bank ou une institution similaire (destinée à faciliter le financement par les pays en voie de développement de biens et de services américains).

Premier contrat pour le lanceur à énergie cinétique SpinLaunch
Space, 19 juin 2019
Space News, 20 juin 2019

La DIU (Defense Innovation Unit) a attribué un « contrat prototype de lancement » à SpinLaunch (Long Beach, en Californie), pour de premiers lancements tests dès 2020, depuis Spaceport America au Nouveau-Mexique.
Article connexe publié précédemment : Bulletin d’actualité Espace n°19-18.

Le Secretary of the Army Mark Esper succède à Patrick Shanahan au poste de Secretary of Defense par interim
Cf. Personalia

Démission surprise de Fred Kennedy de la Space Development Agency
Cf. Personalia

Lanceurs

Premier contrat pour le lanceur à énergie cinétique SpinLaunch
Cf. Sécurité et Défense

Lancements à venir

DateMissionOrbiteLanceurCompagnieSite
25 juin Mission STP-2 MEO Falcon Heavy SpaceX Cap Canaveral
27 juin Satellite BlackSky Global 4 LEO-SSO Electron Rocket Lab Nouvelle-Zélande
5 juillet Plusieurs satellites dont : Landmapper-BC 5 & 6 d’Astro Digital et Lemur-2 100 to 107 de Spire LEO-SSO Soyuz 2.1b/Fregat Roscosmos Vostochny
9 juillet Satellite Advanced Extremely High Frequency (AEHF) GTO Atlas V 551 ULA Cap Canaveral
20 juillet Soyuz MS-13 (ISS) LEO-ISS Soyuz FG Roscosmos Baïkonour
21 juillet Mission CRS-18 (ISS) LEO-ISS Falcon 9 Block 5 SpaceX Cap Canaveral
25 juillet Satellite GPS III SV02 MEO Delta IV Medium+ (4,2) ULA Cap Canaveral

Station Spatiale Internationale et Vol Habité en Orbite Basse

Le GAO inquiet sur la calendrier de développement du Crew Dragon et du CST-100 Starliner
Space Policy Online, Parabolic Arc, 20 juin 2019
Space Policy Online, 20 juin 2019

Un rapport du GAO en date du 20 juin présente l’état d’avancement du développement des deux véhicules privés américains destinés à desservir la Station spatiale internationale avec un équipage à leur bord. A la date de mai 2019, les deux sociétés avaient chacune repoussé la date de certification de leur véhicule à neuf reprises. Depuis, le calendrier de vol pour les deux véhicules s’établissait comme suit :

  • mission avec équipage de sept jours du Crew Dragon au plus tôt le 15 septembre ;
  • mission sans équipage du Starliner le 17 septembre, suivie d’une mission avec équipage le 8 novembre (le véhicule demeurerait amarré à la Station durant six mois).

La GAO estime que les incertitudes calendaires rendent nécessaires la mise sur pied d’un plan alternatif d’urgence (même si la NASA a acquis deux vols supplémentaires avec des Soyouz, assurant ainsi la présence des astronautes américains à bord de la station jusqu’en septembre 2020).
Points de vigilance détaillés dans le rapport :

  • Starliner ;
    • Parachute System Certification ;
    • Launch Vehicle Engine Anomaly (notamment en lien avec un lancement en 2018) ;
    • Spacecraft-Generated Debris ;
    • Spacecraft Forward Heat Shield ;
    • Défaut au niveau de valves lors d’un test de mise à feu du système de propulsion (test d’arrêt d’urgence) ;
  • Crew Dragon ;

A noter que le rapport ne mentionne pas l’échec d’un test de déploiement de parachutes, rendu public le 8 mai.
Article connexe publié précédemment : Bulletin d’actualité Espace n°19-13.

Le vol test du Crew Dragon avec équipage désormais envisagé à partir du 1er novembre
Parabolic Arc, 18 juin 2019
Pour mémoire, le modèle de vol ayant effectué un vol test vers la Station spatiale internationale sans équipage le 2 mars, avait explosé lors d’essais de mise à feu au sol des propulseurs SuperDraco le 20 avril.

Maintenance Satellitaire en Orbite

Le succès d’un test de transfert de fluide à bord de la Station ouvre la voie au ravitaillement en ergol en orbite
Space News, 18 juin 2019
Orbit Fab a mené l’expérience « Furphy » démontrant la capacité d’effectuer un transfert d’eau entre deux engins représentatifs de satellites. La technologie testée, qui s’appuie sur une nouvelle interface dénommée Rapidly Attachable Fuel Transfer Interface (RAFTI), serait susceptible d’être adaptée à d’autres types d’ergols liquides, notamment pour remplir des réservoirs de satellites au sol ainsi que pour les ravitailler en orbite.
Le premier système RAFTI devrait être livré dès la fin du mois (client non spécifié).
Article connexe publié précédemment : Bulletin d’actualité Espace n°18-35.

Observation de la Terre

De la gratuité des données Landsat
Parabolic Arc, 17 juin 2019
Dans un rapport commandité par les autorités fédérales publié en juin, le Landsat Advisory Group (LAG) du National Geospatial Advisory Committee (NGAC) met en avant le fait que les autorités auraient plus à perdre qu’à gagner en rendant payant l’accès à l’imagerie Landsat et recommande en conséquence de maintenir un accès libre aux données.
Trois pistes d’évolutions sont envisagées en vue d’améliorer l’économie globale du système :

  • la vente de produits d’imagerie Landsat plus élaborés ;
  • la privatisation de la division Earth Resources Observation and Science (EROS) de l’U.S. Geological Survey (USGS) actuellement en charge de la diffusion des données ;
  • le recours à des technologies récentes pour réduire le coût de fabrication des systèmes de détection sur les futurs satellites.

Les retombées économiques de l’utilisation gratuite des données Landsat a été estimé à 1,8 Md$ pour 2011, soit deux fois le coût de fabrication et de mise en orbite de Landsat 8.

The National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine : Thriving on Our Changing Planet : A Decadal Strategy for earth Observation from Space

Télécommunications

Retards dans le calendrier de déploiement des ViaSat-3
Space News, 19 juin 2019
Le satellite couvrant la zone américaine est désormais prévu au lancement d’ici le 29 mai 2021 pour être opérationnel d’ici le 31 décembre 2021. Les deux autres satellites - ViaSat-3 EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) et ViaSat-3 APAC (Asie-Pacifique) - seraient lancés ultérieurement, la fenêtre de tir du dernier se terminant au second semestre 2022.
Chaque satellite ViaSat-3 devrait transmettre ses données à un débit d’un térabit par seconde de capacité totale, ce qui devrait permettre aux utilisateurs individuels de recevoir jusqu’à un gigabit par seconde pour une connexion Internet.
Viasat a signé trois contrats de lancement avec Atlas 5 d’ULA, Falcon Heavy de SpaceX et Ariane 64 (Viasat n’a pas encore attribué les satellites aux lanceurs).
A noter que ce retard oblige ViaSat à entreprendre des démarches auprès de la FCC pour sa licence d’émission sur le territoire américain.
Article connexe publié précédemment : Bulletin d’actualité Espace n°19-21.

Connaissance de l’Environnement Spatial

Le soutien des académies aux missions de protection planétaire pourrait bénéficier à NEOCam
Space Policy Online, 19 juin 2019
En 1998, le Congrès a demandé à la NASA de détecter, suivre, cataloguer et caractériser dans un délai de dix ans 90 % des géocroiseurs de diamètre égal ou supérieur à 1 km.
La NASA s’est acquittée de cette mission et en 2005 le Congrès lui a demandé d’accomplir une mission analogue avec des corps célestes de diamètre égal ou supérieur à 140 m, dans un délai de quinze ans.
Prenant acte de ne pas être en mesure d’atteindre cet objectif dans les délais impartis, la NASA a récemment consulté les Académies nationales pour envisager les alternatives possibles. Un rapport du Space Studies Board (SSB) de ces dernières a conclu qu’un télescope spatial infrarouge serait un apport unique pour de telles missions.
Le rapport du SSB constitue un soutien supplémentaire au programme NEOCam du JPL, après l’appui marqué de l’administrateur en avril dernier et celui du Chief Executive Officer and Director, Planetary Science Institute lors d’une audition au Congrès début juin.
Ce programme (actuellement en phase A) pâtit du fait qu’il relève du programme Discovery de la NASA, dont la programmation se fonde sur le Decadal Survey en sciences planétaires, lequel prend en compte les mérites scientifiques et exclut les bénéfices potentiels en matière de protection planétaire. La mission DART ((Double Asteroid Redirection Test) apparaît également en compétition avec NEOCam du point de vue budgétaire.

Lune

Controverse entre la NASA et le GAO sur SLS/Orion
Space Policy Online, Parabolic Arc, Space News, 19 juin 2019
Un nouveau rapport sur la gestion des programmes SLS/Orion du GAO publié le 19 juin critique sévèrement la NASA sur sa sous-estimation des coûts, son manque de transparence et le versement de primes importantes (200 M$) aux sociétés en charge malgré les dépassements de budget et les retards. La NASA a réagi en se plaignant du ton estimé systématiquement négatif de ce rapport.
Article connexe publié précédemment : Bulletin d’actualité Espace n°19-21.

Astrobotic met également le cap vers le pôle Sud de la Lune
Parabolic Arc, 18 juin 2019
Astrobotic a annoncé le 18 juin figurer parmi les deux sociétés choisies par la NASA dans le cadre du programme Commercial Lunar Payload Services (CLPS) pour étudier la première mission d’emport de charges utiles au pôle Sud de la Lune, pour une mission notamment dévolue à l’étude des éléments volatils lunaires tels que l’hydrogène et l’oxygène. Pour cette mission, la société entend recourir à son module lunaire Griffin (capacité d’emport de charges utile de 400 kg) et son astromobile Polaris (capacité d’emport de charges utile de 90 kg).
Pour mémoire, Astrobotic fait également partie des trois sociétés retenues par la NASA début juin dans le cadre de ce même programme CLPS pour mener la mission Pegregrine Mission One destinée à emporter des charges utiles durant l’été 2021 à la surface du Lacus Mortis. Astrobotic annonce avoir noué des accords avec huit pays portant sur 29 charges utiles pour cette mission.

Blue Origin effectue avec succès le premier test de mise à feu statique du moteur BE-7 destiné à équiper le « Blue Moon »
Space News, 20 juin 2019
Le moteur à ergol liquide (oxygène et hydrogène) sera l’unique système de propulsion de l’alunisseur, lequel devrait nominalement être en mesure d’emporter 3,6 tonnes de charge utile sur la surface de la Lune (6,5 tonnes pour la version « stretch tank »).

Complément de lecture
Article de Casey Dreier analysant le coût du premier effort lunaire américain (288 Md$ de 2019 pour les missions Apollo, Gemini et robotiques).

Exploration et Sciences de l’Univers

Psyche passe l’étape Key Decision Point C
Space News, 15 juin 2019
La date de lancement vers l’astéroïde de la ceinture du même nom a été confirmée pour août 2022 bien que ni le lanceur, ni le coût à achèvement du projet n’aient été précisés à ce stade (ce montant avoisinerait 1 Md$, la NASA requérant un montant de 213 M$ pour l’exercice 2020).
La mission fait partie du programme Discovery de la NASA dédié aux missions scientifiques planétaires à moindre coût.
Après un survol de Mars en 2023, la sonde devrait arriver à destination en janvier 2026 pour passer au moins 21 mois en orbite autour de l’astéroïde d’un diamètre de plus de 200 kilomètres et composé principalement de fer et de nickel. Selon les scientifiques, ce dernier pourrait être le reste du noyau d’un corps beaucoup plus grand qui s’est brisé pendant la formation du système solaire.
A noter qu’un récent rapport du GAO pointe du doigt un certain nombre de points sensibles relatifs au développement des charges utiles. En outre, l’avancement concomitant d’Europa Clipper (lancement en 2023) au JPL pourrait occasionner des difficultés en matière de disponibilité de ressources humaines et matérielles.
Articles connexes publiés précédemment :

Trois projets en phase finale de sélection pour SIMPLEx
Parabolic Flight, 20 juin 2019
Les trois missions sélectionnées dans le cadre de du programme Small Innovative Missions for Planetary Exploration parmi douze sont :

  • Janus : Reconnaissance Missions to Binary Asteroids (study of the formation and evolutionary implications for small “rubble pile” asteroids and build an accurate model of two binary asteroid bodies – Lockheed Martin) ;
  • EscaPADE : Escape and Plasma Acceleration and Dynamics Explorers (characterization on multiple scales of the acceleration processes driving escape from Mars’ atmosphere, as well as how the atmosphere responds to the constant outflow of the solar wind flowing off the Sun - Berkeley) ;
  • Lunar Trailblazer (direct detection and mapping of water on the lunar surface to determine how its form, abundance, and location relate to geology - JPL).

Un financement pour une période pouvant atteindre une année sera octroyé à chaque projet, afin de poursuivre l’élaboration et la mise au point du design. A l’issue de cette période la NASA conduira une revue préliminaire de conception (PDR) et sélectionnera la ou les missions à mener à terme (engin d’une masse inférieure à 180 kg avec un lancement en compagnon de vol d’un autre engin de la NASA ou dans le cadre d’un lancement privé).

Lancement des travaux d’ASTRO2020
Space, 18 juin 2019
La communauté scientifique s’apprête à lancer ses travaux afin de rédiger le rapport (Decadal Survey) définissant les priorités scientifiques dans le domaine de l’astrophysique pour la prochaine décennie et déterminant les engins spatiaux et les observatoires au sol qu’elle estime prioritaires.
Le comité directeur en charge de la rédaction tiendra sa première réunion du 15 au 17 juillet. L’identification des membres de treize groupes d’experts qui appuieront les travaux du comité est en cours.
Article connexe publié précédemment : Bulletin d’actualité Espace n°19-21.

Technologie

Montant total de 45 M$ attribué dans le cadre de SBIR, phase I
Parabolic Arc, 19 juin 2019
La NASA a sélectionné 363 projets portés par 41 Etats différents pour des applications dans des domaines couvrant notamment l’aéronautique, l’exploration habitée et les technologies spatiales. Une centaine de porteurs de projets étaient des primo-contractants.
Article connexe publié précédemment : Bulletin d’actualité Espace n°19-19.

[nota bene : les contrats attribués par la NASA en mai dernier (montant global de 106 M$) portaient sur la phase II de SBIR et non sur la phase I, la correction a été apportée en ligne dans le paragraphe de la revue de presse 19-19]

Rapports et Etudes

National Geospatial Advisory Committee, Landsat Advisory Group : Evaluation of a Range of Landsat Data Cost Sharing Models

Government Accountability Office (GAO) : NASA HUMAN SPACE EXPLORATION - Persistent Delays and Cost Growth Reinforce Concerns over Management of Programs

The National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine : Thriving on Our Changing Planet : A Decadal Strategy for earth Observation from Space

Government Accountability Office (GAO) : NASA COMMERCIAL CREW PROGRAM - Schedule Uncertainty Persists for Start of Operational Missions to the International Space Station

The Air Force Research Laboratory : State of the Space Industrial Base – Threats, Challenges and Actions

NASA Office of Inspector General : Cybersecurity Management and Oversight at the Jet Propulsion Laboratory

Retrouvez également toutes les actualités mises en ligne par la mission pour la science et la technologie en cliquant sur ce lien.
Ambassade de France aux États-Unis d’Amérique
Service spatial – Bureau du CNES