Calcul intensif : la course au peta-flops est bien lancée

, Partager

Le 9 juin dernier, le "U.S. Department of Energy" (DoE) et IBM annonçaient que le "Roadrunner" devenait le premier super calculateur capable d’exécuter plus de 1 million de milliards (10 puissance 15) d’opération "floating point" par seconde (flops), autrement dit : 1 peta-flops (voir BE Etats Unis [1]). Cet ordinateur construit par IBM et les scientifiques du NNSA à Los Alamos, New Mexico, a atteint 1,026 peta-flops grâce à 12240 processeurs "IBM PowerXCell 8i", qui sont des adaptations de celui qui équipe la Playstation 3 de Sony. Le Roadrunner est utilisé pour des travaux classifiés en sécurité nucléaire, au Los Alamos National Laboratory (LANL).

Le 10 novembre, le Oak Ridge National Laboratory (ORNL), du DoE, au Tennessee, a fait passer la puissance de calcul de son "Cray XT Jaguar" à 1,64 peta-flops, dépassant le Roadrunner, et devenant le nouveau record computer du monde. Le Jaguar comprend plus de 180.000 processeurs, chacun avec 2 giga-octets de mémoire locale.


Le DoE a démarré la mise à niveau du Jaguar quatre ans auparavant, avec l’aide de la compagnie Cray, afin d’offrir le calcul intensif au domaine de la science ouverte. Le projet est réalisé à la date prévue et dans le budget prévu et avec un résultat dépassant les prévisions (1,64 > 1). L’upgrade fut accompli en ajoutant 200 armoires de Cray’s XT5, un calculateur basé sur Linux, qui utilise des processeurs "quad-core Opteron" de Advanced Micro Devices (AMD). Le "vieux" Jaguar comprenait déjà 84 armoires de XT4. La machine contient un total de 362 tera-octets de mémoire vive, au débit de 578 TB/seconde, et un système de fichiers de 10 peta-octets, au débit (input/output) de 284 GB/seconde. Cette dernière valeur est aussi un record, sur un des principaux goulets d’étranglement du calcul.

Cette nouvelle machine peta-flopique permet de relever les défis posés par la modélisation du climat, des énergies renouvelables, de la science des matériaux ou des molécules, de la fusion nucléaire. 80 pour-cent de la puissance annuelle du Jaguar est destinée au programme "Innovative and Novel Computational Impact on Theory and Experiment" (INCITE) du DoE, au travers d’une sélection scientifique, ouverte aux chercheurs des universités, de l’industrie, des agences et organisations à but non lucratif.

Raymond L. Orbach, le sous-secrétaire pour la science du DoE, a déclaré que le Jaguar allait permettre de simuler des processus physiques à une échelle sans précédent : "High-end computation will become the critical third pillar for scientific discovery, along with experiment and theory".

Source :

Déclaration de presse du U.S. Department of Energy : http://www.energy.gov/news/6712.htm

Pour en savoir plus, contacts :


- Oak Ridge National Laboratory : http://computing.ornl.gov
- NCCS Jaguar : http://www.nccs.gov/jaguar/
- [1] "Le géocoucou franchit le cap du Petaflop" - BE Etats-Unis 127 (16/06/2008) : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/55041.htm
Code brève
ADIT : 56652

Rédacteur :

Robert Jeansoulin, attache-stic.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….