Candidature ouverte pour une place de post-doctorant en biologie moléculaire des sarcomes au Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard

, Read this page in English , Partager

Le sarcome représente un groupe hétérogène agressif de tumeurs malignes rares, avec des variabilités du site anatomique, de l’âge, de l’histologie ou du pronostic. Avec un nombre croissant (plus d’une centaine) de sous-types histologiques décrits, ils représentent non seulement un défi diagnostique pour les pathologistes, mais également une énigme thérapeutique pour les oncologues. Les activités du groupe « Génétique, épigénétique et biologie des sarcomes » visent à identifier de nouvelles altérations oncogéniques dans les sarcomes, à approfondir leurs fonctions et à proposer éventuellement des cibles thérapeutiques spécifiques. Dans ce but, nous travaillons avec notre département de biopathologie pour effectuer des investigations moléculaires en utilisant le séquençage de l’ARN sur une très grande collection d’échantillons de sarcomes FFPE. Nous avons déjà identifié un certain nombre de nouvelles entités tumorales et étudions actuellement certaines des altérations génétiques les plus récurrentes. Une partie du groupe travaille sur la caractérisation du processus de remodelage de la chromatine trouvé altéré par certains gènes de fusion de sarcomes spécifiques. À noter que nous sommes également engagés dans l’établissement de modèles de sarcomes PDX.

Notre groupe est affilié au Centre de Recherche sur le Cancer de Lyon (CRCL - INSERM U1052 / CNRS 5286) et au Département de Recherche Recherche et d’Innovation du Centre Léon Bérard. Ces affiliations nous permettent de collaborer étroitement avec des chercheurs, des cliniciens et des pathologistes des deux centres. Nous bénéficions également des nombreuses plates-formes du CRCL / CLB, y compris le tri FACS / cellule, l’imagerie, le NGS, la bioinformatique, la pathologie expérimentale, les plates-formes ex vivo et la découverte de médicaments.

Le projet de recherche proposé se concentrera sur les impacts fonctionnels d’un nouveau gène de fusion oncogénique récurrent identifié par le séquençage de nouvelle génération qui déstabilisent les processus épigénétiques. Ce projet nécessitera une expertise en biologie cellulaire et en biologie moléculaire dans le domaine de l’épigénétique. Les missions du candidat retenu seront d’établir des modèles cellulaires, d’étudier le rôle du gène de fusion et sa relation avec les processus épigénétiques et de disséquer moléculairement et phénotypiquement les conséquences de son expression / inhibition.

Exigences : Les candidats doivent avoir un doctorat en biologie ou dans un domaine connexe. Idéalement, les candidats devraient être les premiers auteurs d’au moins deux ou trois publications, démontrant ainsi leur expertise. Ce poste requiert des compétences en biologie cellulaire et en biologie moléculaire, y compris la culture cellulaire, l’inhibition si / shRNA, la PCR, la qRT-PCR, le Western Blotting, la co-immunoprécipitation, la ChIP, la ChIP-seq, l’ARN-seq, la . Une expérience de travail préalable sur les études de transcription / épigénétique est un avantage important. En outre, d’excellentes compétences en communication orale et écrite en anglais sont requises, ainsi que la capacité de mener des enquêtes scientifiques indépendantes.

La durée de ce poste est de 18 mois. Le candidat retenu devrait commencer avant la fin de 2018.

Si vous êtes intéressé, veuillez envoyer une lettre de motivation, un CV et au moins deux lettres de référence AVANT le 30 septembre à : franck.tirode@lyon.unicancer.fr