Capital risque et sciences de la vie : à la recherche des valeurs sûres

, Partager

Le capital risque, nous en parlons régulièrement dans le BE, vit des moments difficiles. Les résultats du début de l’année 2009 viennent hélas confirmer cette tendance : les chiffres ne sont pas bons du tout. C’est ce qu’indique le rapport trimestriel "MoneyTree" de "Price Whaterhouse and Coopers" et de l’Association Nationale du Capital risque ("National Venture Capital Association") qui reprend des données collectées par Thomson Reuters. Tous les secteurs sont affectés par cette tendance, y compris les sciences de la vie, même si certaines régions tirent mieux leur épingle du jeu que les autres. Il s’agit de San Francisco et la "Bay area" ainsi que la région de Boston.

Dans le domaine de l’appareillage médical, la "Silicon Valley" représente toujours un quart des investissements nationaux (132 millions de dollars) bien que ceux-ci aient chuté de 63,5% par rapport au premier trimestre de l’année précédente. Le Massachusetts a de son côté subi une chute de 46% de ses financements qui passent ainsi de 78 millions de dollars pour 14 entreprises à 42 millions de dollars pour 6 entreprises. Concernant le secteur de la pharmacie et de la bio pharmaceutique, les deux régions représentent toujours plus de 60% des investissements nationaux malgré la baisse de 16% enregistrée par la région de San Francisco (passant de 251 à 210 millions de dollars pour la même période) et de 32% par le Massachusetts (passant de 250 à 149 millions de dollars).

Ces informations confortent notre analyse [1] sur la concentration géographique de l’activité du capital risque. Les capitaux risqueurs tendent à investir dans un nombre limité et choisi d’écosystèmes innovants. La proximité géographique semble garante d’un plus grand droit de regard sur les entreprises et d’un contrôle augmenté sur leur gouvernance. Cela s’explique également par la pénurie relative de capital et la nécessité pour les capitaux risqueurs de mettre l’accent sur des projets peu risqués, actuellement pléthoriques.

L’autre tendance qui se dégage du premier trimestre 2009 est celle de l’investissement dans les stades plus tardifs de l’innovation. Il est passé de 30 à 36% aux mêmes périodes. Cela confirme en premier lieu la frilosité des capitaux risqueurs qui préfèrent assurer des financements plutôt que réellement prendre des risques. En second lieu, cela s’explique par la chute brutale des introductions en bourses qui obligent les start-ups à dépendre de façon prolongée des financements venant des capitaux risqueurs. Les start-ups en phases précoces se retrouvent par conséquence face à des difficultés à lever des fonds : celles qui ont levé leur premier tour de table au premier trimestre 2009 étaient 132 soit le chiffre le plus bas depuis 1994.

Selon le même rapport, il semble cependant que la tendance soit en train de s’inverser car de nombreux accords de financements ont été initiés au cours de ce premier trimestre. Ceux-ci seront concrétisés plus tard dans l’année, amenant à une amélioration observable dès le deuxième trimestre.

Enfin, les bons résultats relatifs des régions de Boston et San Francisco sont confortés par la confiance des sociétés dans leurs besoins de financement. En effet, seules 51% des start-ups californiennes ou du Massachusetts craignent un manque de liquidités d’ici un an. Pour les experts, c’est un chiffre encourageant. Ce n’est pas le cas partout. Si l’on se réfère aux zones de Washington D.C. et du Maryland, ce sont 71% des start-ups qui craignent le manque de liquidités d’ici un an.

Source :

"MoneyTree reports overall drop in Q1 biotech VC funding, but smaller declines in Boston and Bay area clusters", GenomeWeb Daily, 24/04/09 - http://www.genomeweb.com/bioregionnews/moneytree-reports-overall-drop-q1-biotech-vc-funding-smaller-declines-boston-and?emc=el&m=387375&l=8&v=12f12658c8

Pour en savoir plus, contacts :


- Money tree report, Price Whaterhouse and Coopers and National Venture Capital Association, Q1 2009 US results - https://www.pwcmoneytree.com/MTPublic/ns/moneytree/filesource/exhibits/Moneytree%20Report%20Q1%202009.pdf
- "De l’innovation, de la crise et des optimistes invétérés", BE Etats-Unis 149 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/57356.htm
Code brève
ADIT : 59282

Rédacteur :

Aline Charpentier, deputy-inno.mst@consulfrance-boston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….