Cellules souches embryonnaires : production sans destruction de l’embryon ?

, Partager

Aux Etats-Unis, la raison essentielle avancée par le gouvernement actuel pour expliquer son opposition au financement par des fonds fédéraux des recherches sur les cellules embryonnaires humaines est la crainte de destruction d’embryons pour la production de cellules souches.
Des équipes américaines viennent de développer des techniques de production de cellules souches, réalisées sur la souris, sans destruction d’embryons.
Ces techniques pourraient influencer les débats autour des recherches sur l’embryon humain. En effet, des chercheurs ont montré que la fusion d’une cellule de peau adulte avec une cellule embryonnaire permet de reprogrammer la cellule pour revenir à son état embryonnaire. L’étape suivante sera de montrer qu’elle gardera ces caractéristiques après enlèvement de l’ADN de la cellule souche embryonnaire. Ainsi les cellules hybrides pourraient être utilisées pour produire des lignées de cellules souches embryonnaires adaptées à chaque patient sans le besoin de créer et de détruire des embryons humains.
Cowan et ses collaborateurs du Harvard University à Cambrigde ont montré que de telles cellules hybrides avaient les caractéristiques de cellules embryonnaires pouvant se différencier pour donner les principaux groupes de tissus présents dans un embryon en voie de développement.
Une autre méthode développée par l’équipe de Robert Lanza de la société Advanced Cell Technology consiste à prélever une cellule chez un embryon au stade huit cellules. A partir de cette cellule, il a été possible de produire des lignées de cellules souches embryonnaires. L’embryon avec les sept cellules restantes a pu poursuivre sa croissance jusqu’à terme après avoir été implanté dans l’utérus d’une souris.
Il est à rappeler que les cellules souches sont des cellules indifférenciées qui peuvent à la fois s’autorenouveler et se différencier en différentes cellules fonctionnelles tels que les globules rouges, les globules blancs, les hépatocytes ou les cellules musculaires. Les recherches sur les cellules souches pourraient ouvrir de nouvelles perspectives en médecine régénérative. Elles pourraient notamment permettre de traiter des maladies aujourd’hui incurables comme l’Alzheimer, le Parkinson, le diabète ou les insuffisances rénales et cardiaques.
Le débat autour des recherches sur les cellules embryonnaires est engagé dans la plupart des pays. La France a autorisé en 2005 l’importation de cellules souches embryonnaires. Le Congrès américain, contre l’avis de Bush, a voté en Juin 2005 une loi permettant le financement des recherches sur les cellules souches embryonnaires et le Sénat devrait se prononcer sur cette question en 2006. Le 19 octobre 2005, la première banque de cellules souches a été créée en Corée du Sud.

Source :


- Article : "nuclear reprogramming of somatic cells after fusion with human embryonic stem cells". - Cowan et al., Science - 26/08/2005 ;309(5739):1369-73- http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?CMD=search&DB=pubmed
- "Embryonic and extraembryonic stem cell lines derived from single mouse blastomeres"
Chung et al., Nature. 16/10/2005

Pour en savoir plus, contacts :


- http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Cellules_souches
- http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-25986996@7_50,0.html
Code brève
ADIT : 30388

Rédacteur :

Hedi Haddada, attache-sdv.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….