Cellules souches en Californie : comment franchir le pas entre recherche fondamentale et traitements ?

, Partager

Depuis leur découverte, les cellules souches ont constitué un sujet de très grand intérêt au sein de la communauté scientifique et médicale. Entre autres, leurs propriétés particulières ouvrent le champ de la médecine régénérative, notamment pour le traitement des maladies neurodégénératives comme Alzheimer, Parkinson, ou encore les dégénérescences maculaires (voir BE Etats-Unis 190 : "Des cellules souches pluripotentes induites évitent la cécité chez les rats" [1]) mais également de certains dommages musculaires ou ligamenteux (voir BE Etats-Unis 187 : "Une nouvelle méthode chirurgicale pour soigner les déchirures ligamentaires" [2]). Ces exemples ne constituent qu’une fraction des applications possibles des cellules souches actuellement étudiées [3]. Cependant, les traitements à base de cellules souches sont encore rares et leur efficacité aussi bien que leur innocuité sont sujettes à caution. La Food and Drugs Administration (FDA) exige des rapports complets et détaillés sur la toxicité et les possibles effets secondaires des protocoles développés dans les laboratoires avant de délivrer une autorisation de mise sur le marché ou une autorisation d’essai clinique sur patients humains. Cette procédure lourde présente l’avantage de réduire le risque de commercialisation de produits dangereux mais peut empêcher également certains protocoles thérapeutiques prometteurs de dépasser le stade de l’expérimentation animale, les chercheurs n’ayant pas le temps ou les moyens de monter les dossiers demandés en parallèle de leur recherche.

La politique de financement mise en place par George W. Bush en 2001 a participé à l’élargissement du gouffre entre recherche fondamentale et applications thérapeutiques en restreignant l’accès aux financements fédéraux aux seuls laboratoires travaillant sur une vingtaine de lignées de cellules dérivées d’embryons humains. Ces lignées ont par la suite montré des défaillances génétiques ou des contaminations par des produits animaux, ce qui les rendait impropres à des études. Le développement de la recherche sur les cellules souches s’est donc principalement basé sur l’apport de financements privés. En parallèle, la Californie s’est dotée d’un système de financement original : par le biais de l’Initiative Californienne pour la Recherche et le Développement Thérapeutique des Cellules Souches, plus communément appelée "Proposition 71", l’Etat s’est doté d’un organisme appelé "Institut Californien de Médecine Régénérative" (CIRM), chargé de la gestion de près 3 milliards de dollars de financements pour la recherche sur les cellules souches, sur une période de 10 ans [4]. Les premiers financements ont été distribués en avril 2006.

A ce jour, le CIRM a distribué 328 financements totalisant un montant de plus d’un milliard de dollars à 51 organismes de recherche californiens [5]. Le CIRM a décidé de passer à une nouvelle phase en favorisant maintenant les études ayant le potentiel de déboucher sur des essais cliniques. Son directeur, Alan Trounson, insiste sur la nécessité de développer au moins un traitement clinique à l’issue de la première décennie d’existence de l’Institut. Cette orientation vers le développement thérapeutique plutôt que vers la recherche fondamentale a soulevé des critiques au sein de la communauté scientifique californienne, qui estime qu’il est encore trop tôt pour le développement de thérapies, et que la recherche fondamentale devrait constituer le principal bénéficiaire de ces financements, beaucoup de travail en amont étant encore nécessaire dans ce domaine. Les thérapies à base de cellules souches ne se développeront donc pas à court terme mais ces financements permettront aux scientifiques de se concentrer sur leurs travaux de recherche, la constitution des dossiers pour la FDA étant prise en charge par des spécialistes employés grâce à ces fonds.

Source :


- Grant money could speed stem cell cures, Karen Kaplan, Los Angeles Times, 10/01/10 : http://www.latimes.com/news/nationworld/nation/la-sci-stem-cells10-2010jan10,0,725609,full.story
- Buck, CCSF, Berkeley CC win stem cell grants, Ron Leuty, San Francisco Business Times, 10/12/2009 : http://www.bizjournals.com/sanfrancisco/stories/2009/12/07/daily55.html

Pour en savoir plus, contacts :


- [1] Des cellules souches pluripotentes induites évitent la cécité chez les rats, BE Etats-Unis 190, 8 janvier 2010 : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/61813.htm
- [2] Une nouvelle méthode chirurgicale pour soigner les déchirures ligamentaires, BE Etats-Unis 187, 04 décembre 2009 : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/61422.htm
- [3] Rapport : "La recherche sur les cellules souches aux Etats-Unis d’Amérique" :
http://www.bulletins-electroniques.com/rapports/smm08_062.htm
- [4] Texte de la proposition 71 (Anglais) :
http://www.cirm.ca.gov/sites/default/files/PDFs/prop71.pdf
- [5] Liste des financements offerts par le CIRM au 18 décembre 2009 (Anglais) : http://www.cirm.ca.gov/InstitutionList
Code brève
ADIT : 61879

Rédacteur :

Thomas Biedermann, deputy-sdv.mst@consulfrance-losangeles.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….