Cellules souches : piques et polémiques au Sénat

, Partager

Complément du BE74 "Les républicains abattent leurs cartes sur les cellules souches" http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/42306.htm

La semaine dernière, des délibérations sur le financement de la recherche sur les cellules souches ont été engagées au Sénat. Deux propositions de loi ont été votées. La première prévoit une libéralisation de la recherche qui devrait subir un second veto du Président Bush, comme en juillet 2006. La seconde proposée par deux républicains sera certainement approuvée par le Président. Elle est cependant plus restrictive et suscite des interrogations sur les opportunités scientifiques qui en découleraient.
Ces discussions au Sénat font suite à une longue polémique concernant le financement de la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines.

Lors du 9 août, le volet politique a commencé dès que le Président Bush a arrêté la création de nouvelles lignées de cellules souches embryonnaires humaines (hESC) sur des fonds fédéraux. Les chercheurs américains ont été depuis largement freinés dans leurs recherches sur ce sujet.
Le 18 juillet 2006, le Sénat et la Chambre des Représentants ont voté un projet de loi autorisant l’utilisation des fonds fédéraux pour financer la recherche sur les (hESC). Le Président Bush avait alors déposé le premier veto de ses deux mandats. Lors de ce refus, le sujet faisait déjà l’objet d’un certain consensus, aussi bien au sein de l’opinion publique, qu’au sein des démocrates et de certains républicains au congrès.
Lors de la campagne des "mid-term elections", ce sujet a fait l’objet de nombreuses interventions et a pesé sur le résultat final. Les sondages d’opinions ont montré l’avis favorable du peuple américain pour le financement de la recherche sur les cellules souches embryonnaires et plus spécialement sur l’utilisation des embryons surnuméraires.

Forts de cette nouvelle répartition, les démocrates et quelques républicains favorables à cette recherche ont proposé le "Stem Cell Research Enhancement Act 2007" qui est la copie conforme de la proposition de juillet 2006. Ce projet a été accepté à la Chambre mais à une majorité inférieure au deux tiers, le menaçant d’un veto présidentiel.
Afin de contourner ce veto, les Sénateurs ont décidé d’ajouter quelques amendements au texte. Les discussions avaient commencé en janvier 2007 avec l’audition de spécialistes du domaine. Deux projets de loi ont donc été proposés au Sénat.
Le premier projet de loi est une version proche de celle qui avait abouti au premier veto du Président Bush. Il prévoit d’élargir et d’encourager la recherche, au niveau fédéral, sur les cellules souches embryonnaires humaines. La Chambre des Représentants l’avait déjà voté en janvier. Cette proposition a été acceptée avec une large majorité de 63 voix contre 34 échouant de peu sur la majorité des deux tiers. Le Président Bush devrait apposer le second veto de ses deux mandats.
Le second projet est proposé comme une alternative par deux Sénateurs Républicains, Johnny Isakson de Géorgie et Norm Coleman du Minnesota. Il soutiendrait la recherche sur les embryons qui ont perdu leurs capacités de se développer ("naturally dead"). Ce projet comprend la création d’une banque de lignées de cellules souches obtenues à partir de liquide amniotique et de placenta, deux sources de cellules souches récemment identifiées.

Cette proposition de loi devrait remplacer le projet proposé par le Sénateur Républicain du Kansas, Sam Brownback qui était favorable à l’arrêt du financement fédéral de la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines. Elle a été votée à une très large majorité (70-28) mais les sénateurs doutent de son utilité. Si cette loi est également votée à la Chambre, la Maison Blanche affirme qu’elle apposera sa signature.

Ce second projet de loi voté par le Sénat peut être considéré comme une petite avancée pour les scientifiques et une manoeuvre des opposants.
D’un point de vue scientifique, on peut se poser la question sur l’intérêt de travailler avec des embryons "naturally dead". Dans le meilleur des cas, ils serviront à la recherche fondamentale pour mieux comprendre les mécanismes du corps humain. Cependant, aucune application clinique potentielle ne pourra aboutir car ces embryons semblent présenter des anomalies de développement importantes.

Source :


- http://www.sfgate.com/cgi-bin/article.cgi?file=/chronicle/archive/2007/04/12/MNG6FP6UMS1.DTL&type=politics
- http://www.nytimes.com/aponline/us/AP-Congress-Stem-Cells.html?_r=1&n=Top%2fNews%2fHealth%2fDiseases%2c%20Conditions%2c%20and%20Health%20Topics%2fStem%20Cells&oref=slogin
- http://www.nytimes.com/reuters/washington/politics-congress-stemcells.html?n=Top%2fNews%2fHealth%2fDiseases%2c%20Conditions%2c%20and%20Health%20Topics%2fStem%20Cells
- http://www.iht.com/articles/ap/2007/04/10/america/NA-GEN-US-Congress-Stem-Cells.php
- http://www.the-scientist.com/news/home/53059/

Rédacteur :

Brice Obadia deputy-sdv.mst@ambafrance-us.org - Hedi Haddada attache-sdv.mst@ambafrance-us.org - Sophia Gray assistant-sdv.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….