Comètes, mammouths et nanotech

, Partager

Qu’est ce qu’il faut pour tuer des mammouths ? Une comète ! Et ça donne quoi ? Des nanodiamants ! En effet, après la météorite justicière des dinosaures, il fut question de la comète qui assassinat les mammouths. Et d’une découverte plutôt singulière.

"Tout a commencé il y a deux ans," me dit Mike Waters, le directeur du Centre d’Etudes sur les Premiers Américains de l’Université Texas A&M "lorsqu’un article d’Allen West dans les Proceedings de l’Académie des Sciences Américaine (PNAS) a jeté le proverbial pavé dans la mare. Vous connaissez le site de Tunguska ? C’est le site en Sibérie où un corps extraterrestre-comète ou astéroïde, la question est toujours débattue-a frappé la Terre, en réduisant en cendres 80 millions d’arbres sur un rayon de 16 miles. Et bien, Allen et ses collaborateurs ont proposé qu’un événement analogue, mais beaucoup plus puissant, se serait produit au-dessus du Canada 12900 ans avant notre ère, donnant naissance au Younger Dryas, et provoquant l’extinction des mammouths et la fin de la culture de Clovis."

La soudaine disparition de celle qu’on appelle la mégafaune (mammouths, mastodontes, chameaux, paresseux géants, félins aux dents de sabre et bien d’autres encore) en Amérique du Nord, mais aussi dans le reste du monde à la fin du Pléistocène et au début de l’Holocène (environ 13000 ans avant notre ère) est un énigme pour les préhistoriens. Une des nombreuses théories proposées pour l’expliquer invoque un très rapide changement climatique (impliquant une chute de 8°C en moins d’un siècle, peut-être une décennie) survenu environs 12800 ans avant notre ère, et qui a donné lieu à la période froide dénommée Younger Dryas, dans laquelle le Groenland était d’environ de 15°C plus froid qu’aujourd’hui. On appelle Clovis les appartenants à culture paléoindienne qui fabriquaient des pointes de lance en pierre taillée de forme très caractéristique, et qui semblent avoir dominé les espaces nord-américains entre 14000 et environ 13000 ans avant notre ère. En Europe, cette époque correspond à la phase finale du paléolithique, qu’on appelle Magdalénien, quand furent réalisées entre autre les grottes ornées de Niaux, de Rouffignac, d’Altamira et probablement de Lascaux.

Les mammouths et les Clovis éliminés par un changement climatique, c’est bien dans l’air du temps. Mais, qu’est ce qui a causé le changement climatique ? Lorsqu’on examine la stratigraphie des sites archéologiques de cette époque, on s’aperçoit que les strates rocheuses sont interrompues par une couche sombre, appelée par les archéologues black mat, ou tapis noir, qui marque de manière très nette la disparition de la mégafaune, ainsi que celle des Clovis : aucun ossement de mammouth ni aucune vestige des Clovis se trouve au-dessus du dit tapis. Une couche similaire a été retrouvée en Belgique, et datée également à 12900 ans avant notre ère.

Le black mat contient des grains magnétiques riches en iridium, des microsphérules magnétiques, du charbon, de la suie, des sphérules de carbone, des fullerènes contenant de l’hélium d’origine extraterrestre, et pour finir… du carbone vitrifié contenant des nanodiamants. Toutes ces trouvailles sont symptomatiques des impacts météoriques ou cométaires, d’où l’hypothèse que, comme pour les dinosaures, les astres se soient mobilisés pour éliminer les mammouths, les mastodontes et autres félins aux dents de sabre.

La proposition de West, soutenu par les 25 cosignataires du premier article dans les PNAS est vivement débattue dans le monde des préhistoriens Américains. Elle sera encore défendue la semaine prochaine au Fall Meeting de l’American Geophysical Union, qui se tient à San Francisco du 15 au 18 Décembre 2008. West et collaborateurs présenteront des nouvelles preuves à soutien de leur théorie, notamment lundi et mardi dans la session Paleoceanography and Paleoclimatology.

Un des résumés présentés par Allan West retient notre attention. Il s’intitule : A New Method for Producing Nanodiamonds Based on Research Into the Younger Dryas Extraterrestrial Impact. En essayant de reproduire les conditions extrêmes qui doivent avoir existé lors de l’impact (essentiellement en amenant de la matière organique à environ 1000°C puis en effectuant un trempe, le tout dans une atmosphère riche en vapeur d’eau et azote, et pauvre en oxygène) les chercheurs se sont aperçus que des nanodomaines graphitiques se formaient dans la matrice charbonneuse, donnant origine à des nanodiamants lors de la trempe. Le procédé ainsi découvert a été breveté.

Une comète tueuse de mammouths, voilà une inspiration surprenante pour la découverte d’une nanotechnologie !

Source :


- R. B. Firestone et al., Evidence for an extraterrestrial impact 12,900 years ago that contributed to the megafaunal extinctions and the Younger Dryas cooling, PNAS 104, 16016-16021 (2007) - http://www.pnas.org/content/104/41/16016.abstract
- AGU 2008 Fall Meeting : http://www.agu.org/meetings/fm08/fm08-sessions/fm08_PP13C.html

Pour en savoir plus, contacts :

http://allendale-expedition.net/publications/comet.pdf
Code brève
ADIT : 56994

Rédacteur :

Alberto Pimpinelli attache-phys.mst@consulfrance-houston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….