Comment attirer les investisseurs dans les villes secondaires

, Partager

La distribution des investissements en capital risque reste très inégale sur le territoire américain. Les deux tiers de ce type de financements sont captés par cinq régions circonscrites : la Silicon Valley, la Nouvelle Angleterre et principalement l’agglomération de Boston, la ville de New York, le Texas et le Comté d’Orange /Los Angeles. Les deux premières régions (Silicon Valley et Boston) recueillent près de la moitié des capitaux risques au niveau des Etats-Unis, tandis que les villes d’importance moindre attirent seulement 20% des capitaux alors qu’elles représentent près de la moitié de la population et des entreprises du pays selon l’"Initiative for a Competitive Inner City".

Historiquement, l’industrie du capital risque s’est structurée afin de maximiser les profits en se concentrant sur un groupe restreint d’industries à forte croissance (technologies de l’information, biotechnologies, semi-conducteurs,…) et sur des zones géographiques bien précises. La lutte pour attirer des capitaux d’investissement est ainsi rendue encore plus difficile pour les villes de "seconde zone" ("secondary cities") qui veulent développer leur tissu économique grâce à ce type d’investissements.

La Federal Bank of Boston a étudié les stratégies mises en place par certaines de ces villes pour capter les investisseurs et en a tiré une liste de préconisations qui contribuent à la mise en place d’un marché secondaire du capital risque dynamique :
- renforcer les grappes d’entreprises ("clusters") et le réseautage ("networking")
- soutenir l’accès continu aux capitaux depuis le capital d’amorçage jusqu’aux étapes ultérieures de développement des jeunes sociétés
- augmenter les niveaux de financement en soutenant la mise en place de structures de financement innovantes
- améliorer la coopération avec les centres de formation pour fournir une main d’oeuvre adaptée et développer le transfert de technologies depuis les universités et les instituts de recherche locaux
- améliorer l’attractivité de la zone globalement en mettant en place par exemple des infrastructures qui facilitent l’accès direct aux centres d’activités

Ces facteurs clés de réussite présentent l’intérêt d’être transposables à la plupart des zones qui se trouvent à l’écart des canaux traditionnels du capital risque.

Source :


- Rapport de la Federal Reserve Bank of Boston
http://www.bos.frb.org/commdev/necd/2007/issue1/venturecap.pdf
- Initiative for a Competitive Inner City
http://www.icic.org/

Pour en savoir plus, contacts :

Données trimestrielles sur le capital risque aux Etats-Unis
http://www.pwcmoneytree.com/exhibits/MoneyTree_4Q2006_Final.pdf
Code brève
ADIT : 42395

Rédacteur :

Nicolas Gibaud oseo.anvar@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….