Comment calmer une cellule ?

, Partager

Les protéines chaperonnes aident à l’acquisition et au maintien de la structure tertiaire des protéines cellulaire. En effet, une bonne structure protéique assure un bon fonctionnement des protéines. En temps normal, les protéines chaperonnes aident au repliement des protéines néosynthétisées. Lorsqu’elle est soumise à un stress, la cellule synthétise des protéines chaperonnes nommées "Heat Shock Protein" ou Hsp. Le complexe formé par la protéine hsp70 (Heat Shock Protein 70) et la protéine CHIP (Carboxy Terminus of Hsp70 binding Protein) identifie les protéines modifiées ou endommagées et choisit de les restructurer si cela est possible ou bien s’en débarrasse dans le cas contraire.
La protéine CHIP est une co-chaperonne, ce qui veut dire qu’elle est associée à Hsp70 et qu’elle régule son activité. Cependant, la protéine CHIP a une autre fonction : Ubiquitine-ligase. Les Ubiquitine-ligases identifient et marquent les protéines anormales par un signal protéique : l’ubiquitine. L’ubiquitine est une petite protéine, qui fixée en grand nombre sur la protéine-cible, peut la diriger vers le complexe mutiprotéique "protéasome", afin qu’elle soit dégradée.
L’équipe de Cam Patterson de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill., avait déjà cloné le gène codant pour la protéine CHIP en 1999. L’étude publiée le 23 mars dans Nature décrit comment la cellule détermine le devenir de ses protéines mal repliées et des protéines Hsp afin de reprendre une activité physiologique classique.
Des souris mutées au niveau du gène CHIP s’avèrent plus sensibles aux conditions de stress comme de la fièvre ou des infarctus. Ces conséquences, causées soit par un KO du gène, soit par une dérégulation de la voie métabolique impliquant CHIP semblent être causées par l’accumulation de protéines anormales.
Au niveau cellulaire, ils ont démontré que, lorsque la restructuration des protéines n’est pas suffisante voire infructueuse, la protéine CHIP marque les protéines à dégrader. Une fois que toutes les protéines-cibles sont éliminées, CHIP marque par ubiquitine les Hsp pour les protéolyser. Ainsi, la cellule n’a plus de "symptômes" de stress et peut revenir à un état physiologique compatible avec son activité.
Ces résultats représentent un espoir pour les maladies à stress ou impliquant des protéines mal-repliées telles que la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et la Chorée de Huntington. Selon Patterson, CHIP joue un rôle très important dans l’adaptation cellulaire et augmenter son activité pourrait être une approche pour traiter de telles maladies.

Source :


- http://www.medicalnewstoday.com/medicalnews.php?newsid=40134
- http://www.alzforum.org/new/detail.asp?id=1359
- CHIP-mediated stress recovery by sequential ubiquitination of substrates and Hsp70, Qian S.B., Nature, 440(7083) pp551

Pour en savoir plus, contacts :


- http://en.wikipedia.org/wiki/Heatshock_protein
- http://en.wikipedia.org/wiki/Proteasome
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Ubiquitine
Code brève
ADIT : 32979

Rédacteur :

Brice Obadia, vi-sdv.mst@ambafrance-us.org
Hedi Haddada, attache-sdv.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….