Comment les nanotechnologies dépendent de la perception de leurs risques et bénéfices potentiels par le public

, Partager

Le Project on Emerging Nanotechnologies (PEN, créé en 2005 par le Woodrow Wilson International Center for Scholars), soutenu par la NSF, vient de publier un rapport étudiant la perception qu’a le public américain sur les risques et les bénéfices des nanotechnologies. Il ressort de cette étude le résultat suivant : les américains ont une forte tendance à suivre l’avis des experts politiques dont ils partagent les valeurs, et ce quelque soient leurs arguments. L’étude, basée sur un échantillon de 1600 américains adultes, a été menée par une équipe interdisciplinaire de chercheurs de différentes universités des Etats-Unis (Yale University, University of Washington, George Washington University, Cornell University), et du Decision Research in Eugene, Oregon.

Les 1600 participants au projet, choisis volontairement pour que l’échantillon de population touche tous les niveaux sociodémographiques, idéologies politiques, valeurs culturelles, sexes et couleurs de peau, sont exposés à des arguments pour et contre les nanotechnologies.

Pour la première moitié des participants ces arguments ne sont pas attribués à des experts, tandis que pour la seconde moitié, ils sont attribués aléatoirement à des experts dont les valeurs socioculturelles et politiques sont connues. Il ressort que les américains de la première moitié qui étaient déjà disposés à s’inquiéter des risques environnementaux (beaucoup plus médiatiques) s’inquiètent aussi d’emblée des risques des nanotechnologies, et ceux de la deuxième moitié calquent leur avis sur ceux des experts politiques chez qui ils se reconnaissent, qu’ils soient pour ou contre. Ces nouveaux résultats corroborent et complètent ceux obtenus dans une étude menée auparavant par la même équipe, dans laquelle il est montré que les valeurs individuelles des personnes influent sur la manière dont elles réagissent aux risques potentiels des nanotechnologies. La prochaine et dernière étape de cette étude qui devrait être terminée au printemps 2008 sera d’étudier l’efficacité de persuasion de différents messages et de ceux qui les diffusent sur des groupes d’audience variés.

L’avenir des nanotechnologies dépend en grande partie de l’appréciation du public sur ses risques et ses bénéfices potentiels. Cette étude montre les difficultés auxquelles font face les experts politiques pour offrir au public le plus large possible des informations sur les nanotechnologies, et l’urgence de le faire à un stade relativement tôt de leur commercialisation. C’est pour cela que la National Nanotechnology Initiative (NNI) prête une grande importance à sa communication et à l’information qu’elle diffuse auprès du public.

Source :


- http://www.azonano.com/News.asp?NewsID=5833
- http://www.nanotechproject.org/process/files/5960/brief2kahan_final.pdf

Rédacteur :

Alban de Lassus - deputy-phys.mst@consulfrance-houston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….