Coupures budgétaires automatiques : une situation préoccupante pour le développement des nanotechnologies aux Etats-Unis

, Partager

Aux Etats-Unis, la politique d’austérité fiscale voté en 2011 a pris effet le 21 mars 2013 du fait de l’incapacité des sénateurs américains à trouver un accord sur le budget 2013. Dans ce contexte, le budget fédéral américain se voit réduit de plus de 85 milliards de dollars sur la période fiscale 2013 par l’intermédiaire de coupures budgétaires automatiques - environ 5% sur tous les programmes fédéraux - et des coupures budgétaires similaires devraient intervenir à nouveau en 2014 et cela jusqu’en 2021. Ces restrictions budgétaires ne seront pas sans effets sur l’engagement du gouvernement dans les nanotechnologies, jusqu’à présent très important, notamment grâce à l’Initiative nationale pour les nanotechnologies ("National Nanotechnology Initiative", NNI).

Lors de la 245e conférence nationale de la Société Américaine de Chimie ("American Chemical Society", ACS), qui s’est déroulée à La Nouvelle Orléans du 7 au 11 avril 2013, Paul Alivisatos, professeur en chimie et science des matériaux et directeur du "Lawrence Berkeley National Laboratory", a exprimé ses préoccupations face à ces perspectives.

Les Etats-Unis sont le premier pays à avoir initié en 2000 un programme national tel que le NNI, afin de coordonner les efforts américains à travers toutes les disciplines et structures de recherche, d’ingénierie ainsi que les entreprises impliquées dans les nanotechnologies. Avec à l’origine six agences adhérentes au programme, le NNI recueille actuellement le soutien de 26 agences dont 15 ont un budget spécifique pour la R&D en nanosciences. Le budget du NNI a été presque multiplié par cinq en une décennie, avec au total plus de 14 milliards de dollars investis par le gouvernement fédéral depuis 2001. Pour l’année fiscale 2013, le NNI verra son budget augmenté de 4.1% par rapport à 2012 avec un total de $1.8 billion. Cependant, les prédictions pour 2014 annoncent ensuite une baisse de 9%, avec un budget réduit à $1,7 billion.

Selon le professeur Alivisatos, à cause de la façon dont s’implémente la loi sur la séquestration, l’impact sur le domaine des nanotechnologies sera maximum, au point de mettre en péril les capacités du pays à maintenir sa place de leader dans le domaine. En effet, la séquestration s’applique de façon égale à chacun des programmes, projets et activités à l’intérieur d’un compte. Les agences gouvernementales ne disposent ainsi que d’une marge très restreinte pour appliquer une stratégie de priorité et de compromis parmi ses activités en situation de budget réduit. Or les nanotechnologies sont de par nature transversales et multidisciplinaires. Elles subiront donc sévèrement les conséquences des restrictions de budget, aussi minimes soient-elles.

Cette situation est particulièrement préoccupante car elle intervient à un moment-clé pour les nanotechnologies, dont les progrès sont sur le point d’aboutir à des applications révolutionnaires, notamment en ce qui concerne la réduction du coût et l’adoption de nouvelles sources d’énergie renouvelable et durable. Les efforts du DOE ("Department Of Energy") dans la recherche sur les nanotechnologies par exemple se concentrent sur l’installation de panneaux solaires performants à prix compétitifs, la réduction des émissions de carbone et le stockage des prochaines générations de biocarburants ainsi que sur les technologies automobiles ultra-performantes. Un ralentissement des progrès dans ces applications aura donc un impact significatif pour l’économie du pays et risquerait de le mettre en marge de la compétition mondiale.

De son côté, la NSF ("National Science Foundation") a annoncé qu’elle attribuerait un millier de nouvelles subventions en moins cette année du fait de la séquestration. Le professeur Alivisatos explique que cela empêchera fatalement de nombreux jeunes chercheurs aux idées innovantes de lancer leur carrière ou de mener correctement leur recherche. Or, ce sont ces nombreux projets de recherche naissants qui avaient fait jusqu’alors la force du pays, lui permettant de se placer nettement en tant que leader mondial dans le domaine.

Aujourd’hui, à l’échelle du monde entier, la quasi-totalité des économies développées et en voie de développement ont aujourd’hui investi dans des programmes nationaux pour les nanotechnologies, emboitant le pas aux Etats-Unis. Selon une étude réalisée en juillet 2011 par le groupe Cientifica (Cientifica.com), le cumul mondial des dépenses gouvernementales pour la recherche et le développement dans le domaine s’élevaient ainsi à 10 billions de dollars par an à l’époque, avec une hausse de 20% attendue pour les trois années à venir. En prenant en compte l’ensemble des investissements dans les nanotechnologies de tous types, un total de près d’un quart de trillions de dollars aura été investi d’ici 2015. Ces investissements ont été engagés sur la promesse d’un marché basés sur les nanotechnologies flamboyant. En effet, selon le cabinet de recherche et de conseil Lux Research, le marché mondial des produits basés sur les nanotechnologies devrait passer de 147 milliards de dollars en 2007 à 3.100 milliards de dollars en 2015.

Les principaux pays investisseurs dans les nanotechnologies au côté des Etats-Unis sont la Russie et la Chine, puis viennent ensuite le Japon, l’Union Européenne et la majorité des économies asiatiques. Et, si l’on en croit les estimations du PPP ("Purchasing Power Parity"), la réduction des investissements américains en 2011 a permis à la Chine d’être pour la première fois le premier investisseur dans la recherche et le développement en nanotechnologies.


Evolution du financement des nanotechnologies par pays de 2000 à 2015. Les données pour la période 2011-2015 sont estimées
Crédits : Cientifica Ltd 2011

Sources :


- Budget R&D de l’année fiscale 2013 annoncé sur le site de la Maison Blanche : http://www.whitehouse.gov/sites/default/files/microsites/ostp/fy2013rd_press_release.pdf
- Budget R&D de l’année fiscale 2014 annoncé sur le site de la Maison Blanche : http://www.whitehouse.gov/sites/default/files/microsites/ostp/2014_R&Dbudget_Release.pdf
- Budget R&D et programme politique sur le site de l’AAAS ("American Association for the Advancement of Science") pour les années fiscales 2013 et 2014 : http://www.aaas.org/spp/rd/
- Rapport du site "Cientifica.com" , "Global funding of nanotechnologies & its impact", juillet 2011 : http://cientifica.com/wp-content/uploads/downloads/2011/07/Global-Nanotechnology-Funding-Report-2011.pdf
- Article "Seemingly small research funding cuts could hinder progress in nanotechnology", 8 avril 2013 : http://phys.org/news/2013-04-seemingly-small-funding-hinder-nanotechnology.html

Pour en savoir plus, contacts :


- BE Etats-Unis 247 "Dix ans de nanotechnologies aux Etats-Unis" (20/05/2011) : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/66812.htm
- Page d’accueil du NNI : http://www.nano.gov/
- Données quantitatives sur le budget du NNI : http://nanodashboard.nano.gov/
- Page d’accueil de la NSF : http://www.nsf.gov/
- Page d’accueil du DOE : http://energy.gov/
- Carte interactive des USA résumant toutes les universités/institutions/industries qui ont des activités dans les nanotechnologies : http://www.nanotechproject.org/inventories/map/
- BE Etats-Unis 319 "Rapport Battelle 2013 : vers une baisse des grandes masses de la R&D aux Etats-Unis" (11/02/2013) - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72185.htm
- BE Etats-Unis 320 "Dpenses prives de R&D aux Etats-Unis : vers une quasi-stabilisation des budgets (15/02/2013) : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72263.htm
- BE Etats-Unis 326 : "Clture du budget 2013 : des impacts ingaux de la squestration en R&D (02/04/2013) : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72644.htm
- Analyse du Budget 2012-2013 du NNI par "NanoBusiness" : http://www.vincentcaprio.org/nanobusiness-provides-analysis-on-2012-2013-nni-budget
- Rapport sur les prédictions 2013 pour le marché des nanotechnologies : http://www.researchandmarkets.com/reports/888573/nanotechnology_market_forecast_to_2013.pdf
- Prédiction budgétaire pour l’année fiscale 2013, par le "Congressional Research Service", octobre 2012 : http://www.fas.org/sgp/crs/misc/R42410.pdf
- Page d’accueil de cabinet de recherche et de conseil Lux Research : http://www.luxresearchinc.com
- Page d’accueil de la "245th National Meeting & Exposition of the American Chemical Society" : http://portal.acs.org/portal/acs/corg/content?_nfpb=true&_pageLabel=PP_MULTICOLUMN_T5_33&node_id=879&use_sec=false&sec_url_var=region1&__uuid=76159add-1596-41b3-a307-b5d9d14849691&__uuid=437587f0-3cf1-4582-9d14-62351b606fda
Code brève
ADIT : 72827

Rédacteurs :


- Catherine Marais, Attaché scientifique adjoint, deputy-phys.mst@consulfrance-houston.org ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….