Course aux subventions pour le financement de l’instruction des Indiens d’Amérique

, Partager

La condition des Indiens d’Amérique fait actuellement l’objet de préoccupations au Congrès : cette population, représentant environ 1% de l’ensemble des étudiants, obtient son High School Dilpoma (diplôme de fin de lycée) dans une proportion sensiblement inférieure à celles des autres américains. Et peu d’entre eux se voient décerner un diplôme de l’enseignement supérieur (en 2004, moins de 6% suivaient une formation post-secondaire).


A ce jour, moins d’une trentaine d’établissements supérieurs dits "tribaux" sont spécifiquement dédiés à l’instruction des Indiens. Ces Colleges et universités sont financés en majeure partie par le gouvernement fédéral et les états dans lesquels ils sont situés. Une centaine de millions de dollars par an leur sont ainsi versés par le Bureau des Affaires Indiennes du Département du Travail pour alimenter leur budget de fonctionnement, et 23.6 millions leur ont été attribués en 2007 par le Département de l’Education pour le financement de leurs cursus et l’acquisition d’équipements divers. Ce dernier montant, offert dans le cadre d’un programme de soutien exclusivement réservé aux établissements tribaux ("Strengthening Tribally Controlled Colleges and Universities") diminuerait à 18.6 millions de dollars selon la proposition présidentielle de budget 2008.

Les établissements publics traditionnels localisés dans les Etats où les Indiens sont les plus représentés (Arizona, Nouveau Mexique, Dakotas du Nord et du Sud) accueillent également quelques étudiants autochtones. Par " reconnaissance " et pour accentuer ce fait, le Sénateur démocrate J. Bingaman propose un amendement de l’actuelle loi sur l’éducation supérieure, qui se traduirait par l’allocation de fonds fédéraux supplémentaires pour tout établissement comptant un minimum de 10% d’indiens parmi ses étudiants.

Si les représentants de la communauté indienne se réjouissent de cette perspective, ils s’inquiètent également des potentielles répercutions d’une telle mesure. En effet, l’actuelle loi justifiant les fonds fédéraux versés aux établissements supérieurs tribaux ("Tribally Controlled College or University Assistance Act") relève de la prise en charge de l’éducation des indiens par le gouvernement en compensation des terres qui leurs ont été saisies quelques décennies auparavant. Est-il possible de verser des fonds fédéraux supplémentaires aux établissements traditionnels qui privilégieraient les inscriptions d’étudiants indiens sans retombées néfastes sur les actuels financements des établissements tribaux ? Comment vérifier que ces fonds toucheront effectivement les étudiants indiens ?
De plus, si les établissements traditionnels sont encouragés financièrement pour favoriser les candidatures indiennes, qu’en est-il des établissements tribaux accueillant 20% de non-Indiens parmi leurs étudiants ?

La "mesure Bingaman" sera discutée dans les jours à venir au Congrès.

Source :


- E-news :
" Fighting Over (Too Few) Funds "
http://insidehighered.com/news/2007/04/30/tribal
- Programme de soutien des établissements tribaux du Département de l’Education : " Strengthening Tribally Controlled Colleges and Universities "
http://www.ed.gov/programs/iduesaitcc/index.html

Rédacteur :

Marie Parsy : universites.vi@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….