DECE, un verrou numérique mort-né ?

, Partager

La Digital Entertainment Content Ecosystem LLC (DECE) a annoncé avoir recruté 6 nouveaux membres au début du mois mais ne semble pas en mesure de respecter les délais qu’elle s’était fixé pour produire un format protégé de contenu numérique pouvant être acheté et lu sur plusieurs appareils. Le consortium regroupant des participants d’une grande variété d’industries espérant créer des standards pour les droits numériques s’était présenté en septembre 2008 avec pour objectif d’offrir aux consommateurs un moyen d’acheter du contenu et d’en profiter sur de multiples supports (streaming, lecteur portable, DVD).

Les avancées du projet devaient être dévoilées lors du CES de Las Vegas mais l’organisation n’ayant pas encore réussi à fédérer ses membres autour des critères techniques et commerciaux, la définition du standard n’a pas pu suivre le plan de route établi. Ces retards peuvent être imputés au grand nombre de participants et aux différences d’objectifs industriels. Les domaines d’activité des entreprises membres du projet allant des studios de cinéma créant du contenu aux compagnies fabriquant les logiciels et appareils de lecture en passant par les firmes spécialisées en gestion des droits numériques et les équipementiers télécoms fournissant le support de transfert des contenus.

Les membres fondateurs étaient : Alcatel-Lucent, Best Buy Co. Inc, Cisco Systems Inc, Comcast Corp, Fox Entertainment Group, Hewlett-Packard Co, Intel Corp, Lions Gate Entertainment, Microsoft Corp, NBC Universal, Paramount Pictures Corp, Royal Philips Electronics N.V, Sony Corp, Toshiba Corp, VeriSign Inc, et Warner Bros. Entertainment Inc. Et les 6 participants ayant dernièrement rejoint le consortium étant : Panasonic, Samsung Electronics Co. Ltd, Deluxe Digital, MOD Systems, Sonic Solutions et Widevine Technologies Inc.

Réussir à satisfaire autant de compagnies aux horizons si variés ne sera pas chose facile. Les promoteurs du projet espèrent tout de même obtenir un consensus grâce à un système de décision ne requérant pas l’accord de l’ensemble des acteurs pour aller de l’avant. Ces derniers affirment que les travaux du consortium serviront de contrepoids au système actuel voyant toutes les parties cantonnées à passer des accords bipartites entre elles pour permettre aux consommateurs de lire des contenus numériques protégés sur des systèmes propriétaires. L’objectif d’unification autour d’un standard simplifierait ainsi la vie des constructeurs, producteurs et consommateurs.

Derrière le langage marketing tentant de propager la bonne parole, il est cependant fort probable que ces DECE connaissent le même sort que feus les DRM (Digital Rights Management ou Digital Restriction Management selon les points de vue). Dans le marché des biens numériques il existe une réalité malheureuse : il est très facile d’acquérir des produits illégalement. Si la plupart des consommateurs préfèrent respecter la loi et ne pas compromettre les droits d’auteurs ils ne veulent pas gaspiller leur argent sur des produits dont ils ne pourraient pas jouir pleinement. Et si des entraves ou des verrous numériques venait gâcher leur consommation ils contacteraient alors rapidement leurs amis et autres voisins ayant déjà trouvé des contenus illégaux sur Internet.

L’avenir de DECE se heurte également au fait que d’autres acteurs majeurs du secteur (CBS Corp, Amazon, Walmart, AT&T and Verizon) ainsi que le plus gros distributeur de musique par Internet, à savoir Apple, qui vient d’ôter tout contenu musical verrouillé sur sa plateforme iTunes, n’envisagent nullement de rejoindre le consortium.

Source :


- Digital rights war looms ahead, 13 janvier 2009 - http://news.bbc.co.uk/2/hi/technology/7825428.stm
- CES : A friendly DRM ?, 8 Janvier 2009 - http://latimesblogs.latimes.com/technology/2009/01/ces-a-friendly.html
- DRM rears its head. Again. Thanks, Sony. Again. 13 Janvier 2009 - http://www.p2pnet.net/story/18145
- DECE Progress Is Slow-Going, Despite New Additions, 9 Janvier 2009 - http://www.contentinople.com/author.asp?section_id=450&doc_id=170114

Pour en savoir plus, contacts :

http://www.decellc.com/
Code brève
ADIT : 57443

Rédacteur :

Franz Delpont deputy-stic.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….