Des centres de données toujours plus nombreux, mais de plus en plus propres

, Partager

L’essor des nouvelles technologies liées aux concepts de Cloud Computing ou de Big Data provoque une forte montée des besoins en espace de stockage à travers le monde, des données structurées, amassées et analysées par les entreprises à la multiplication des médias en haute définition telles que les images ou vidéos HD. L’International Data Corporation (IDC) prévoit ainsi une multiplication par 50 du nombre de données entre 2010 et 2020 [1]. Cela représente un total de 40 zetaoctets [2]. Pour y faire face, les centres de données actuels augmentent leur capacité et de nouveaux centres fleurissent. Ce développement a d’importantes conséquences environnementales et les entreprises du secteur prennent des mesures pour tenter de réduire leur impact écologique.

Pointées du doigt par Greenpeace il y a un peu moins d’un an (voir notre brève du 11 mai 2012 à ce sujet [3]), les principales entreprises qui façonnent l’Internet sont en train de repenser leurs centres de données et surtout leur consommation énergétique. Bien que le sujet de la consommation des centres de données soit régulièrement évoqué depuis plusieurs années déjà, il semble que le rapport de Greenpeace ait eu un impact important. En effet, les centres de données installés sur le territoire américain représenteraient 76 milliard de kilowatt-heures en 2010 soit 2% de toute l’électricité consommée dans le pays au cours de l’année [4].

Face aux prises de conscience des enjeux environnementaux et au prix des énergies croissant, les entreprises se trouvent confrontées à deux problématiques. D’une part, l’augmentation rapide des besoins de stockage et de calcul contraint les entreprises à maximiser les capacités de stockage de leurs centres de données actuelles, optimisant le volume, le nombre et la consommation du matériel présent ainsi que l’efficacité énergétique des bâtiments. D’autre part, la maîtrise de l’énergie utilisée pousse les industries du web à mettre en place leurs propres installations de production d’énergie, ce qui devrait permettre de limiter le stockage de batteries, potentiellement très nocives pour l’environnement.

A titre d’exemple, au cours des deux derniers mois, deux géants du secteur, Facebook et Apple, se sont distingués par leurs annonces environnementales.

En février dernier, Facebook dévoilait son nouveau centre de données installé à Prineville, dans l’état de l’Oregon. Le lieu est un premier choix d’optimisation de la consommation. L’environnement et la météorologie de l’endroit vont permettre à Facebook d’utiliser un unique système de refroidissement, le refroidissement par évaporation [5]. Bien que situé au milieu d’un désert, la température n’y dépasse que rarement les 30°C. L’eau de pluie et la condensation fournissent assez d’eau pour faire fonctionner les toilettes et maintenir les jardins. L’utilisation de l’eau sur l’ensemble du site ne représente qu’un tiers de ce que consomme un centre de données standard. Le site représente une superficie totale de quarantes hectares, dont deux grands bâtiments de 28.000 mètres carrés. Des panneaux solaires situés à côté des bâtiments produisent assez d’électricité pour alimenter l’ensemble des bureaux de l’ouvrage. Un barrage hydro-électrique situé à 200 kilomètres environ, dans la commune de Bonneville, fournit le reste de l’électricité nécessaire au centre de données à un prix relativement faible. Les serveurs eux-même possède un tout nouveau design développé dans le cadre du projet Open Compute de Facebook [6]. Ces serveurs ont une forme allongée dont une extrémité est ouverte afin de facilité le passage de l’air, l’autre est constituée de deux petits ventilateurs. L’air projeté traverse entièrement le boitier sur sa longueur avant d’être expulsé et récupéré par le système de refroidissement par évaporation du bâtiment. La dizaine de milliers de serveurs sont ainsi alignés afin d’optimiser la circulation de l’air. Avec ce nouveau centre de données, Facebook affiche donc sa volonté de réduire sa consommation d’électricité et de maximiser l’utilisation d’énergies renouvelables. D’ici à 2015, le plus grand réseau social du monde souhaite que plus d’un quart de sa consommation énergétique provienne de sources propres [7].

Non loin de là, Apple construit lui aussi son propre centre de données. La société à la pomme avait été classée 12ème sur 14 grandes entreprises d’informatique pour sa faible utilisation d’énergies propres, dans le rapport de Greenpeace. Cette année, Apple a annoncé que 100% de ses centres de données et 75% de ses installations (contre 35% en 2010) dans le monde fonctionnent désormais grâce à des énergies renouvelables [8], des progrès salués par Greenpeace. La marque à la pomme a réussi cette transition grâce à la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables, notamment grâce à une ferme solaire à Maiden (en Caroline du Nord), ou en achetant de l’électricité produite à partir de biogaz, d’énergie solaire, éolienne ou encore géothermique. Apple a également investi pour améliorer l’efficacité énergétique de ses installations, en particulier pour Iimiter le recours à la climatisation artificielle des serveurs. Intéressant à noter, l’"internsité carbone" (émissions de CO2/dollar) d’Apple a diminué de 21.5% entre 2008 et 2012, en revanche, l’empreinte carbone de l’entreprise a continué a augmenté en raison de sa croissance.

Les deux entreprises ne sont pas les seules à avoir mis en oeuvre des initiatives pour la réduction de leur consommation énergétique et l’utilisation d’énergie propre. En début d’année, Google - précurseur sur le secteur énergétique [9] - annonçait également l’installation d’une ferme éolienne dans l’ouest du Texas pour un investissement de plus de 200 millions de dollars [10]. L’entreprise semble avoir un penchant pour l’énergie éolienne puisqu’en septembre 2012, elle annonçait déjà avoir signé un partenariat près d’Oklahoma avec une entreprise spécialisée dans l’éolien [11] et de tels projets devraient se multiplier dans les années à venir. Akamai mise de son côté sur l’utilisation de batteries pour réduire sa consommation d’électricité lors des pics de consommation et ainsi réduire l’impact environnemental [12]. Ces batteries pourraient être directement inclues dans les racks ou les serveurs eux-mêmes (ce que fait Google depuis longtemps [13]). Quant à Microsoft, l’entreprise s’est fixé l’objectif de devenir neutre en émission de CO2 d’ici la fin de l’année 2013. Elle construit actuellement un nouveau centre de données près de la ville de Cheyenne dans le Wyoming, qui sera alimenté par un centre de traitement des eaux usées, fournissant ainsi du biogaz [14].



[2] 1 zettaoctets = 10^21 octets soit un trilliard d’octets ou mille millard de milliard d’octets.

Sources :


- [1] "New Digital Universe Study Reveals Big Data Gap : Less Than 1% of World’s Data is Analyzed ; Less Than 20% is Protected" - EMC Corporation - http://www.emc.com/about/news/press/2012/20121211-01.htm
- [4] "Power, Pollution and the Internet" - GLANZ, J. - The New York Times - 22/09/2012 - http://www.nytimes.com/2012/09/23/technology/data-centers-waste-vast-amounts-of-energy-belying-industry-image.html?pagewanted=all&_r=0
- "Facebook’s Data Center : where Likes live" - InformationWeek - Charles Babcock - http://www.informationweek.com/hardware/data-centers/facebooks-data-center-where-likes-live/240149671
- "Facebook’s Futuristic Data Center : Inside Tour" - InformationWeek - Charles Babcock - 07/03/2013 - http://www.informationweek.com/hardware/data-centers/facebooks-futuristic-data-center-inside/240149810
- "Facebook Details Efficiency At Prineville Data Center" - Datacenter Dynamics - Penny Jones - 14/03/2013 - http://www.datacenterdynamics.com/focus/archive/2013/03/facebook-details-efficiency-prineville-data-center
- "Apple’s Data Centers Reach 100% Renewable Power, Their Facilities Worldwide Hit 75%" - Think Progress - Jeff Spross - 23/03/2013 - http://thinkprogress.org/climate/2013/03/23/1763311/apple-renewable-power/
- [9] Selon Google, l’innovation dans les énergies propres pourrait avoir un impact majeur sur les Etats-Unis, Bulletin Electronique, Juillet 2011 http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67263.htm
- [10] "Google Focuses on Renewable Energy" - Yahoo Finance - 10/01/2013 - http://finance.yahoo.com/news/google-focuses-renewable-energy-200853788.html
- [11] "Google continues renewable energy focus with wind power deal for Oklahoma data center" - The Next Web - Matt Brian - 26/09/2012 - http://thenextweb.com/google/2012/09/26/google-continues-renewable-energy-focus-wind-power-deal-oklahoma-data-center/
- [12] "Akamai : how batteries could cut Datacenter power bills" - ZDNet - Heather Clancy - 25/02/2013 - http://www.zdnet.com/akamai-how-batteries-could-cut-data-center-power-bills-7000011798/
- [13] Mais que fait Google dans l’énergie ?, Bulletin Electronique, Decembre 2010 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/65408.htm
- [14] "Microsoft to debut sewage-powered data center" - GreenBiz - James Murray - 26/11/2012 - http://www.greenbiz.com/blog/2012/11/26/microsoft-debut-sewage-powered-data-center

Pour en savoir plus, contacts :


- "Le nombre de données croît plus vite que leur protection et leur analyse" - L’Atelier BNP-Paribas - 17/12/2012 http://www.atelier.net/trends/articles/nombre-de-donnees-croit-plus-vite-protection-analyse
- [3] "Greenpeace chasse le nuage (informatique)" - BE Etats-Unis 289 - Gabriel Marty, Frédéric Lohier - 11/05/2013 http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/69985.htm
- [5] "Water Efficiency at Facebook’s Prineville Data Center" - Open Compute project - 09/08/2012 - http://www.opencompute.org/2012/08/09/water-efficiency-at-facebooks-prineville-data-center/
- [6] "Open Compute Project" - Site Internet Open Compute Project - 27/03/2013 - http://www.opencompute.org/
- [7] "Facebook shares its carbon footprint" - SmartPlanet - Kirsten Korosec - 02/08/2012 - http://www.smartplanet.com/blog/intelligent-energy/facebook-shares-its-carbon-footprint/18265
- [8] Voir le site d’Apple sur sa responsabilité environnementale : http://www.apple.com/environment/
Code brève
ADIT : 72645

Rédacteurs :


- Thomas Debacker (deputy-ntics@ambascience-usa.org) ;
- Céline Ramstein (deputy-evnt@ambascience-usa.org) ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org ;
- Suivre le secteur Nouvelles Technologies de l’Information, Communication, Sécurité sur twitter @MST_USA_NTICS.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….