Des financements davantage privés, des résultats moins rapidement publics

, Partager

Le laboratoire RAD Lab (Reliable, Adaptive and Distributed systems laboratory, Cf. BE Etats-Unis 15), qui développe des méthodes basées sur l’apprentissage statistique pour le développement et maintien d’applications Internet, a trouvé de nouveaux partenaires pour son financement : IBM, Hewlett-Packard, NTT (Nippon Telegraph and Telephone), Nortel Networks et Oracle apporteront chacun 170.000 dollars sur les 5 prochaines années. Les membres fondateurs du projet (Google, Microsoft et Sun) avaient amené 2,5 millions de dollars chacun.
L’objectif du laboratoire est toujours de se faire financer à hauteur de 80% par l’industrie, contrairement à la plupart des laboratoires de recherche universitaires américains qui sont majoritairement financés par des fonds publics, en particulier pour la recherche fondamentale. Depuis plusieurs années les financements de recherche publics en informatique ont subi diverses coupes incitant les laboratoires à se tourner vers des financements privés.
Si le laboratoire prévoit toujours de rendre les résultats de ses recherches publics et de développer ses logiciels sous la licence BSD (Berkeley Software Distribution) qui permet de les télécharger, modifier et redistribuer librement, il est maintenant affiché que l’avantage accordé aux entreprises qui financent le projet réside en ce qu’elles auront un accès immédiat aux résultats des recherches et aux logiciels développés, alors qu’ils ne seront rendus publics que 6 mois plus tard.

Source :


- http://www.berkeley.edu/news/media/releases/2006/05/30_radlab.shtml
- Pour en savoir plus : " Google, Microsoft et Sun Microsystems créent un nouveau centre de recherche avec l’université de Berkeley " - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/031/31361.htm

Rédacteur :

Sébastien Morbieu, deputy-stic.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….