Des nanocapsules pour transporter des molécules dans le sang

, Partager

L’introduction dans la circulation sanguine d’agents thérapeutiques seuls ou encapsulés entraîne bien souvent leur drainage rapide par le système immunitaire car ils ne possèdent pas l’hydrophobicité ou la taille adéquate des cellules habituellement transportées dans le sang. Dans le cas ou ces agents possèdent un diamètre inférieur à 200 nanomètres, la probabilité de capture par les macrophages est fortement diminuée et ces agents sont évacués du corps humain lors de leur passage dans les reins puis dans les urines, ce qui permet d’éviter la bioaccumulation de particules dans le corps humain qui peuvent s’avérer toxiques à long terme. Afin de remédier à ces problèmes, des chercheurs de l’University of Michigan ont développé des nanocapsules pouvant contenir des molécules à transporter respectant les caractéristiques nécessaires à leur transport sans encombre dans les vaisseaux sanguins. Ces nanocapsules de forme ovale sont constituées d’une membrane formée d’un polymère capable d’absorber 99% de sa masse en eau. Possédant un diamètre de 2 nanomètres et aucune charge sur leur surface, ces nanoparticules n’adhérent pas aux protéines du sang et ne sont pas repérées par le système immunitaire ce qui leur permet de rester un certain temps dans la circulation sanguine.

Pour les tester, les chercheurs ont encapsulé un photosensibilisant, le mTHPC, actuellement largement employé pour traiter les cancers de la tête et du cou mais qui présente de nombreux effets secondaires lorsqu’il est utilisé sans enveloppe isolante. Lorsqu’il est soumis à un rayonnement lumineux émettant dans le rouge il libère de l’oxygène réactif ce qui détruit ainsi les cellules cancéreuses. Les expériences ont montré que le photosensibilisant encapsulé ne s’échappe pas son enveloppe de polymère et qu’il produit la même quantité d’oxygène réactif que lorsqu’il est utilisé sans nanocapsule. Pendant les expériences, les chercheurs ont noté la destruction totale des cellules cancéreuses, ces avancées ouvrent de nouvelles perspectives pour le traitement contre ce type de cancer.

Source :

http://nano.cancer.gov/news_center/2007/march/nanotech_news_2007-03-05a.asp

Rédacteur :

Romaric Fayol - deputy-phys.mst@consulfrance-houston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….