Des nanoparticules qui permettent de mesurer le pH autour de cellules vivantes

, Partager

L’équipe de Naomi Halas à l’Université de Rice (Houston) conduit depuis plusieurs années des travaux sur les propriétés optiques de nano objets qui sont constitués d’un coeur de silice recouvert d’une fine couche d’or et dont on peut ajuster les propriétés d’absorption et de diffusion de la lumière en jouant sur les dimensions relatives du coeur isolant et de la coquille conductrice.
Une nouvelle application vient d’être proposée par les chercheurs de Rice, qui pourrait s’avérer extrêmement utile pour les biologistes, notamment pour le diagnostic précoce des cancers. En greffant à la surface de ces nano objets des molécules telles que l’acide para-mercaptobenzoïque, on forme des entités dont le spectre de diffusion optique est sensible à la valeur du pH local. Après un étalonnage de la réponse spectrale dans divers milieux, il devient possible de caractériser le pH de l’environnement de ces nanoparticules avec une précision moyenne de 0,1 unité pH. Ce capteur de taille nanométrique pourrait être exploité pour mesurer le pH au voisinage d’une tumeur afin de déterminer si elle est maligne. Une simple injection serait ainsi suffisante, et pourrait éviter le recours toujours douloureux à la biopsie.

Source :

http://media.rice.edu/media/NewsBot.asp?MODE=VIEW&ID=8639&SnID=2133483984

Rédacteur :

Roland Hérino attache-phys.mst@consulfrance-houston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….