Des robots livreurs sur les trottoirs à San Francisco : que dit la loi ?

, Partager

Certaines chaines de fast-food ont déjà investi dans la robotique comme West Coast Burger ou encore McDonald’s. A l’instar de celle-ci, la société Yelp/eat24 a confirmé son intérêt pour la robotique en effectuant un essai de robot livreur de plats à emporter dans les rues du quartier Mission à San Francisco. Au même moment, à Redwood City et Washington, des startups spécialisées dans la fabrication et l’exploitation de robots pour la livraison, réalisent également des essais. L’arrivée de ces robots qui empruntent la voie publique fait émerger la nécessité de mettre en place des règlements, même si certains estiment qu’il faudra attendre encore de nombreuses années avant que les robots remplacent les êtres humains dans la restauration.

Les robots en charge de la livraison

Yelp/eat24, DoorDash et Postmates, trois entreprises spécialisées dans la robotique et leurs applications, ont réalisé des essais dans trois différentes villes des États-Unis, respectivement San Francisco, Redwood City et Washington DC, ces 10 derniers jours. Stanley Tang, co-fondateur de la start-up DoorDash explique que les robots représentent « la solution idéale pour les petites livraisons », dans un rayon de 5 kilomètres.

Le géant de la livraison de plats Yelp/eat24 rentre dans la course à la robotisation des tâches traditionnellement dévolues au tandem être humain/moyen de transport.

Pour développer son robot, Yelp a fait appel à une start-up de la Silicon Valley : Marble. Cette start-up, créée par un groupe d’ingénieurs en électronique diplômés de Carnegie-Mellon et anciens d’Apple, Google et Astrobotic Technology est issue de l’incubateur Lumnos Labs, où elle était encore incubée en 2016.

Ces robots, comme celui essayé à Redwood City sont équipés de multiples capteurs nécessaires à leurs déplacements en milieu urbain mais également de capteurs destinés à assurer leur traçabilité.

Des conteneurs de technologie

La contrainte de déplacement en milieu urbain implique que ces robots soient notamment équipés de capteurs divers pour pouvoir mesurer leur environnement immédiat, tels que des caméras, des capteurs d’orientation, de direction ou encore de distance avec des obstacles. Cet équipement est dédié à la navigation du robot en lui permettant d’éviter les obstacles qui se présenteraient sur son parcours, que les obstacles soient fixes ou en mouvement (des piétons, des cyclistes, d’autres véhicules ou encore des animaux).

Ils sont aussi équipés aussi d’autres fonctionnalités, notamment pour empêcher leur vol. Par exemple, les robots fabriqués par Starship Technologies sont équipés d’une alarme et d’un GPS, ce qui permet de les localiser facilement en cas de tentative de vol. Il s’agit aussi d’assurer la sécurité de ce qui doit être livré, ce qui est actuellement fait par l’envoi d’un code sur le téléphone de la personne livrée – code qui sert à déverrouiller le compartiment du robot contenant la livraison.

Perspectives

Les prototypes d’automates de livraison sont suffisamment matures pour être essayés en conditions réelles ce qui soulève des questions pratiques et éthiques quant à leurs utilisations. D’une part, l’arrivée de ces robots dans le secteur du service à la personne, service traditionnellement assuré par un être humain, pose la question de la réaction des utilisateurs de ceux-ci. D’autre part, comment estimer le taux de survie de ces automates dans des conditions réelles, dans la mesure où il s’agit de boites verrouillées contenant de la nourriture et se déplaçant sur la voie publique.

Selon Andy Puzder, le CEO des restaurants CKE et ancien secrétaire du travail aux États-Unis, l’automatisation d’un certain nombre de tâches dans la restauration représente ce que les consommateurs désirent depuis quelques années, notamment dans la restauration rapide. Les distributeurs automatiques de boissons et de snacks sont les premiers exemples de cette tendance à l’automatisation de distribution de nourriture, que viennent maintenant compléter les robots effectuant des livraisons.

Les perspectives offertes par la robotisation d’un pan du secteur tertiaire, dans un but d’augmentation des performances et de réduction des taux d’erreurs, impliquent également des questions légales nouvelles.

Face à la perspective du développement de la livraison par des robots, Norman Yee, un officiel de la ville de San Francisco, prépare une demande pour de nouvelles lois et règlements concernant ces automates se déplaçant sur la voie publique. Ce cadre légal est actuellement inexistant puisque la situation est inédite et N. Yee souhaite avancer rapidement, avant « qu’un désastre ne se produise ».

Le cadre juridique envisagé pour ce partage de la voie publique entre humains et machines est de mettre en place un système de permis pour le pilotage de ces robots. Ceux-ci étant généralement pilotés par des programmes, la réglementation pourrait s’appuyer sur des contraintes techniques à l’instar d’autres secteurs comme celui de l’aviation où les systèmes de pilotage doivent se plier à des normes très particulières, notamment en ce qui concerne les temps de réactions de ces systèmes. La San Francisco Municipal Transportation Authority rapporte également qu’il n’existe pas de codes ou de règlements particuliers pour ce type de véhicules, même s’il existe des sections concernant les véhicules autopropulsés tels que les Segway, les skateboards ou encore les patins à roulettes. Les responsables de la ville de San Francisco et de la SFMTA estiment donc qu’il serait nécessaire de réfléchir rapidement à la mise en place d’un cadre réglementaire, afin d’éviter que l’espace public piétonnier soit de facto grignoté par des usages à vocation commerciale.


Rédacteur :
- Marc-Emmanuel Perrin, Attaché adjoint pour la Science et la Technologie, San Francisco, deputy-sf@ambascience-usa.org

Sources :
- http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/03/23/mon-livreur-de-pizza-est-un-robot_5099524_3234.html
- https://qz.com/936941/food-industry-robots-with-yelp-eat24-and-mcdonalds-mcd-are-showing-up-across-the-world-for-better-or-worse/
- https://techcrunch.com/2017/03/19/yelp-eat24-marble-delivery-robot/
- http://www.sfexaminer.com/sf-craft-rules-robot-delivery-services/