Dispute entre agriculteurs de l’Illinois et le College d’agriculture de l’Université à Urbana Champaign (UIUC)

, Partager

Les relations entre exploitants agricoles et les Land Grant Universities sont le plus souvent très étroites et amicales, entretenues par de nombreux programmes universitaires à destination des fermiers (extension). Ceci pourrait changer dans l’Illinois où un conflit se développe entre le Farm Bureau local (puissant syndicat agricole) et l’université à Urbana Champaign (UIUC). Les Land Grant Universities (LGU) sont des universités publiques dotées au départ de terres appartenant à l’état et reçoivent également des donations. Ainsi, UIUC possède vingt fermes et les terres correspondantes, données par des agriculteurs reconnaissants, représentant au total 4.450 hectares essentiellement plantés en mais. En raison du boom "éthanol-maïs" dans le MidWest, les prix du maïs et de la terre flambent (prix moyen de l’hectare : 12.500 dollars). Afin d’augmenter ses revenus, l’université d’Urbana Champaign a décidé de ne plus louer ses terres aux petits exploitants agricoles (sur des contrats 50-50 des coûts et profits), mais de les confier à des firmes spécialisées qui assurent une meilleure rentabilité.


Le Président Philip Nelson de l’Illinois Farm Bureau a averti les administrateurs de l’université que si cette nouvelle politique de location était maintenue, il ne soutiendrait plus l’université auprès du gouverneur, en particulier lors des discussions budgétaires (l’Etat apporte 20% du budget total de l’Université en subventions) et découragerait ses membres de faire des donations au College of Agriculture d’UIUC. Le Farm Bureau craint que l’exemple de UIUC soit suivi par d’autres propriétaires non-exploitants, ce qui aboutirait à terme à priver de ressources de nombreux métayers et leurs familles.

Jusqu’à présent, le College of Agriculture d’UIUC (ACES pour Agricultural, Consumer and Environmental Sciences) avait maintenu un rapport symbiotique avec le Farm Bureau de l’Illinois, et la rupture de cette relation pourrait anéantir de nombreux programmes de recherches dépendants de la bonne volonté des opérateurs locaux. Les responsables d’UIUC déclarent, eux, qu’ils ne font que s’adapter aux nouvelles donnes : le tout-éthanol, et qu’ils ont le devoir d’assurer le bon fonctionnement de l’université, celui-ci devenant de plus en plus coûteux.

"Les temps ont changé. L’économie et les marchés agricoles ont changé. Nous devons maximiser le rendement de nos capitaux pour assumer nos responsabilités à l’université," affirme Tom Hardy, porte-parole de l’université.

Source :

"Farm lease fight takes root", Chicago Tribune, 14/11/2007 - http://www.chicagotribune.com/business/chi-all.sun.acbizsun1-1nov04,0,6314687.story?page=2

Pour en savoir plus, contacts :

http://www.chicagotribune.com/business/chi-071104farmfeud-wn,0,5029006.worldnowvideo
Code brève
ADIT : 51919

Rédacteur :

Lila Laborde-Casterot (deputy-agro.mst@consulfrance-chicago.org), Amanda Liethen (assistant-agro.mst@consulfrance-chicago.org), Jean-Pierre Toutant (attache-agro.mst@consulfrance-chicago.org)

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….