Épidémie de grippe aux Etats-Unis : faut-il s’inquiéter ?

, Partager

Les Etats-Unis traversent actuellement une virulente épidémie de grippe, marquée ces dernières semaines par une nette augmentation de la prévalence du virus dans l’ensemble du pays. Le manque de prévention et l’(in)efficacité du processus de vaccination, le « flu shot », sont aujourd’hui au cœur de la polémique. L’épidémie touche désormais 50 Etats et dans 32 d’entre eux, le seuil d’activité du virus est désigné comme « haut ». La Californie est particulièrement atteinte : le California Department of Public Health a rapporté 74 décès liés au virus de la grippe, et ce depuis le mois d’octobre 2017.

Une épidémie plus « précoce » en comparaison avec les années précédentes

La saison de la grippe, ou « flu season » qui s’étend habituellement du mois d’octobre au mois de mai de l’année suivante, atteint généralement son paroxysme au mois de février. Cette année, le pic d’activité du virus semble être avancé et la situation est d’ores et déjà préoccupante dans la quasi-totalité des Etats, comme l’atteste l’évolution du nombre de consultations auprès des professionnels de santé suite à l’apparition de symptômes grippaux, entre la fin du mois d’octobre et la mi-janvier (figure 1).

Figure 1a : niveaux d’activité du virus de la grippe au 28 octobre 2017. Données : Centers for Control Disease and Prevention (CDC)
Figure 1b : niveaux d’activité du virus de la grippe au 13 janvier 2018. Données : Centers for Control Disease and Prevention

Caractéristiques de l’épidémie de grippe pour la saison 2017-2018

Quelques généralités sur les virus de la grippe

Les virus responsables de la pathologie appartiennent au genre Influenzavirus. Ils se classent selon trois types : A,B & C. Seuls les virus de types A & B sont responsables des épidémies annuelles. Si les virus de types A & C peuvent infecter plusieurs espèces, les virus Influenzavirus de type B semblent présenter une quasi spécificité pour l’espèce humaine.

Seuls les virus de type A possèdent une classification. Celle-ci s’appuie sur les propriétés de 2 protéines présentes à la surface du virus, l’hémagglutinine (H), et la neuranimidase (N). L’hémagglutinine possède 16 sous-types, et la neuranimidase 9 : il existe ainsi 16x9=144 combinaisons possibles de virus de type A. Toutefois, seuls les virus présentant les protéines H1, 2 & 3 et N1 & 2 sont fréquemment retrouvés chez l’homme.

2017-2018 : le retour de H3N2

La figure ci-dessous représente la répartition de la prévalence des différents sous-types du virus de la grippe d’après les rapports hebdomadaires des Laboratoires de Santé Publique pour la saison en cours, dans l’ensemble des Etats-Unis (données : CDC).

Figure 2 : occurrence des différents sous-types de virus de la grippe pour la saison 2017-2018. Données : CDC

Cette année, le sous-type H3N2 du virus est le plus répandu aux Etats-Unis. Il est responsable de près de 78% des cas de grippe cette saison. Entraînant les symptômes habituels, ce sous-type de virus est pourtant réputé être plus virulent. En effet, entre les années 2003 et 2013, les saisons de grippes dominées par le sous-type H3N2 présentaient les plus forts taux de mortalité (en excluant la pandémie de 2009 due au sous-type H1N1).

Une situation préoccupante ?

L’apogée de l’épidémie est cette année relativement avancée par rapport aux années précédentes, et plonge le pays dans une situation anxiogène. La semaine du 8 au 14 janvier a été particulièrement meurtrière, notamment en Californie : 32 personnes sont décédées cette semaine des suites de complications liées à la pathologie. Toutefois, les récentes mises à jour des données par les Centers for Control Disease ne laissent en rien présager d’une épidémie historique.

Les CDC rappellent ici les règles simples de prévention contre la propagation du virus.


Rédacteur :
Raphaël Dubois, Attaché Adjoint pour la Science et la Technologie, Consulat Général de France à Los Angeles, deputy-sdv.la@ambascience-usa.org