Et si l’on pouvait prédire Alzheimer grâce à une simple prise de sang ?

, Partager

La maladie d’Alzheimer est une maladie neuro-dégénérative du tissu cérébral qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales. Principale cause de démence chez les personnes âgées, elle touche environ 26 millions de personnes dans le monde dont environ 5,3 millions d’américains. Elle se caractérise, au stade précoce, par l’apparition de plaques de protéine beta-amyloïdes et d’agrégats pathologiques de la protéine Tau (protéine associée aux microtubules), responsables de la dégénérescence neuro-fibrillaire dans le cerveau des patients.

Les tests sanguins actuellement développés pour le dépistage de la maladie d’Alzheimer sont basés sur la mesure de facteurs caractéristiques de la présence d’une inflammation et/ou d’une infection, facteurs dont la spécificité est insuffisante puisqu’ils sont détectables également dans d’autres maladies, telles que l’athérosclérose, ce qui complique l’interprétation des résultats.

Dans cette étude, des scientifiques de l’"University of California" de Los Angeles, dirigés par le Dr Milan Fiala, ont découvert un moyen de mesurer la quantité de protéines beta-amyloïdes absorbée et donc éliminée par les monocytes, cellules immunitaires circulant dans le sang et responsables de la phagocytose des déchets ou éléments étrangers rencontrés. Après isolement de monocytes des échantillons de patients, les scientifiques ont utilisé des protéines marquées par un flurochrome, pour mesurer par cytométrie de flux, la quantité de beta amyloïdes ingérée par les monocytes en évaluant l’intensité de fluorescence émise par chaque cellule.

Les résultats montrent que les monocytes de patients atteints d’Alzheimer présentent une plus faible quantité de protéines beta-amyloïdes ingérées par rapport aux cellules de personnes saines. Ces résultats sont observés pour 94% des patients Alzheimer et 60% de patients atteints de troubles cognitifs moyens, une condition qui augmente le risque de développement de la maladie d’Alzheimer. Au cours du temps, la quantité de protéines beta - amyloïde ingérée diminue chez les patient Alzheimer alors qu’elle reste haute chez le groupe contrôle.

L’entreprise de biotechnologie "MP Biomedicals LLC", qui consacre ses recherches sur la maladie d’Alzheimer a reçu une licence exclusive mondiale pour commercialiser cette technologie issue de UCLA et mettre au point un test diagnostic, test qui pourrait permettre de prescrire de manière plus précoce des examens avancés tel qu’un "PET scan" cérébral et des tests neurocognitifs.

Source :


- How Immune Cells May Help Predict Alzheimer’s Risk, ScienceDaily, July 13, 2009 : http://www.sciencedaily.com/releases/2009/07/090713124714.htm
- UCLA Scientists identify how immune cells may help predict Azheimer’s risk, Rachel Champeau, UCLA NewsRoom, July 13, 2009 : http://www.newsroom.ucla.edu/portal/ucla/ucla-scientists-identify-how-immune-95500.aspx

Pour en savoir plus, contacts :


- Sur la maladie d’Alzheimer : http://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_d’Alzheimer
- Sur MP Biomedicals LLC : http://www.mpbio.com/united_states
Code brève
ADIT : 60031

Rédacteur :

Camille Arnaud, deputy-sdv.mst@consulfrance-losangeles.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….