Etats-Unis Espace n°469

, Partager

1. POLITIQUE SPATIALE

La NASA reçoit son ordre de mission

Le Président américain a tenu le 15 avril dernier une conférence sur l’avenir de l’exploration spatiale. Le but de celle-ci, était de rassurer les employés du Centre Spatial Kennedy sur l’arrivée de projet pour combler le vide laissé par la mise à la retraite de la navette spatiale et l’abandon annoncé du programme de retour sur la Lune. Ce rendez-vous lui a aussi permis de réaffirmer sa détermination à faire progresser l’exploration du système solaire et de doter la NASA d’un objectif ambitieux mais réaliste.

Barack Obama a ainsi annoncé plusieurs nouveautés de taille, dont la visite d’un astéroïde d’ici à 2025, avant d’envisager une mise en orbite autour de Mars en 2035. Pour ce faire, un lanceur lourd devra être développé. Il a engagé la Maison Blanche à choisir une architecture définitive pour celui-ci en 2015, soit à la fin de son deuxième mandat – si toutefois il est réélu en 2012.

Ecoutant les nombreuses critiques – en particulier au sein du parlement – dénonçant l’arrêt du programme Constellation, il décide finalement de garder une partie des développements réalisés pour ce projet. La capsule Orion, qui aurait dû permettre de se poser sur la Lune avant la fin de la décennie sera donc utilisée comme un véhicule de sauvetage pour les passagers de la Station Spatiale Internationale. Elle sera lancée vide par une fusée existante telle que l’Atlas 5 ou la Delta 4, et permettra de réduire la dépendance des Etats-Unis à la Russie pour le retour d’hommes vers la Terre. Pour le trajet vers la station, les américains devront se satisfaire du Soyouz russe en attendant que l’offre commerciale soit au point, dans au moins cinq ou six ans.

Sources :
- The New York Times, 15/04/2010, "Obama Vows Renewed Space Program"
- Florida Today, 16/04/2010, "Obama : NASA needs major course correction"

Pour en savoir plus :
- Texte du discours sur le site de la Maison Blanche

2. SCIENCES

Un télescope aérien en phase de test

Un Boeing 747SP est actuellement testé en Californie par la NASA et le DLR, l’agence spatiale allemande. La particularité de celui-ci est qu’il embarque un télescope de 20 tonnes, SOPHIA (Stratospheric Observatory for Infrared Astronomy), et qu’une porte sur l’arrière du fuselage doit être ouverte en vol pour permettre les observations.

Ce télescope d’un nouveau genre servira de complément aux télescopes spatiaux tels que Hubble, Spitzer, Herschel et le James Webb Space Telescope en cours de développement. Il permettra d’étudier la formation des étoiles massives et des planètes en observant les rayonnements infrarouges.

L’avantage de ce télescope par rapport à un équivalent en orbite est la rapidité de sa mise en place, les éléments le composant n’ayant pas besoin d’être qualifié pour l’espace, la facilité de maintenance et les perspectives d’évolution durant sa période opérationnelle qui devrait être de 20 ans. Pouvant embarquer des passagers, il sera également un excellent moyen de démocratisation de l’astronomie.

Sources :
- Aerospace America, 04/2010, "SOFIA’s smooth ride shakes up astronomy"
- NASA, 25/03/2010, " SOFIA Resumes Flight Tests Leading to Initial Science Flights "
- Associated Press, 20/04/2010, " US-German airborne telescope to scan the skies"

3. TECHNOLOGIE

La NASA veut tester des robots pour réparer et ravitailler des satellites en orbite

S’appuyant sur le succès des réparations en orbite du télescope spatiale Hubble, la NASA veut montrer aux compagnies privées que le ravitaillement et la réparation de satellite en orbite sont faisables et rentable sur le moyen terme. En effet, beaucoup de satellites sont désorbités parce qu’ils n’ont plus de carburant et non pas parce que leur électronique ne fonctionne plus. Le marché s’élève selon la NASA à plus de 360 satellites commerciaux aujourd’hui en activité et une centaine de satellites gouvernementaux.

Entre le 24 et le 26 mars dernier, lors d’un atelier de réflexion, à l’université du Maryland, le directeur adjoint du département chargé des systèmes de servitudes spatiaux, Frank Cepollina a annoncé qu’il fallait arrêter les études de système et commencer les projets concrets dans le domaine. La NASA prévoit donc de démontrer les faisabilités du ravitaillement en orbite en utilisant le bras robotisé canadien Dextre qui sera équipé d’outils spéciaux. Ces outils qui existent déjà permettront entre autre de découper les protections extérieures du satellite et de transférer du carburant, en l’occurrence ici de l’hydrazine.

Les premiers tests seront effectués sur un satellite de démonstration envoyé vers la station spatiale internationale. La manipulation sera effectuée à distance depuis le Johnson Space Center à Houston et ne nécessitera l’intervention d’aucun astronaute. Le calendrier initial prévoit d’entreprendre ce test d’ici 6 à 12 mois. D’autres projets du même ordre sont en cours au Canada qui prévoit de livrer 2t de carburant à un satellite géostationnaire d’ici 3 ans, mais également en Allemagne par l’intermédiaire d’OHB. L’objectif est à terme de développer le transfert en orbite de carburant cryogénique, une technologie indispensable pour le développement de missions spatiales de grande envergure.

Sources :
- Space News, 02/04/2010, "NASA Plans To Refuel Mock Satellite at the Space Station"
- MSNBC, 25/02/2010, "NASA grooming satellite repair-bots"
- Popsci.com, 13/01/2010, "Robotic Arm on Space Station Will Try Refueling a Satellite

4. TOURISME SPATIAL

L’hôtel sur la Lune est déjà en projet

Bigelow Aerospace, avant même d’avoir ouvert le premier hôtel en orbite autour de la Terre, prévoit déjà de poser une base habitable sur la Lune. Cette société a été fondée il y a 11 ans et reprend une technologie abandonnée par la NASA à la fin des années 90 suite à des restrictions budgétaires. Celle-ci permet de déployer et d’assembler dans l’espace des modules gonflables. La société a déjà envoyé dans l’espace en 2006 et 2007 deux modules de tests, dont le dernier – Genesis II – embarquait des objets personnels visibles grâce à une caméra embarquée.

Suite aux projets de la NASA de construire un lanceur lourd, Robert Bigelow, fondateur de la société éponyme, envisage d’envoyer des modules de 2100 mètres cubes une fois déployés, soit deux fois le volume de la Station Spatiale Internationale (ISS). La paroi de ces modules est composée de nombreuses couches, et sa flexibilité permettrait, en théorie, de mieux résister aux micrométéorites qu’une structure métallique.

La base lunaire serait donc composée de trois modules, qui seraient assemblés au point de Lagrange L1, point d’équilibre gravitationnel entre la Terre et la Lune. Elle se poserait ensuite sur la Lune et serait alimentée en énergie par des panneaux solaires installés à proximité. Cette station est prévue pour accueillir 12 astronautes, bien que le maximum envisagé soit de 18 astronautes.

Sources :
- Space.com, 14/04/2010, "Private Moon Bases a Hot Idea for Space Pioneer"
- Popsci.com, 15/04/2010, "Space Hotel Pioneer Bigelow Envisions Inflatable Moon Bases"

5. EXPLORATION

Un robot à bord de la Station Spatiale Internationale

Depuis plus de trois ans, une équipe composée de scientifiques de la NASA et de General Motors développent un robot humanoïde comprenant un torse, deux bras et une tête. Celui-ci serait prêt à embarquer à bord de la dernière mission de la navette spatiale vers la Station Spatiale Internationale (ISS) prévue en septembre prochain.

Robonaut2 sera affecté à des tâches scientifiques à bord du module Destiny américain. Il est capable d’utiliser les mêmes outils que les astronautes, et sera commandé depuis Houston via un ordinateur portable embarqué à bord de la station. Il effectuera d’abord une phase de test pendant laquelle il travaillera conjointement avec un astronaute. Cependant, il n’a pas été prévu pour fonctionner dans l’espace, et devra être mis à jour avant de pouvoir réaliser des opérations à l’extérieur de la station.

Même si un partenariat entre la NASA et un constructeur de voiture peut paraître surprenant, le robot pourrait être également très intéressant pour ce dernier, car il pourrait conduire à des améliorations sur les robots qui équipent actuellement les chaînes de montage.

Sources :

- CNN, 16/04/2010, " NASA, GM team up to build second generation space robot"
- Wired Science, 15/04/2010, "Why NASA Is Sending a Robot to Space That Looks Like You"
- Cnet News, 14/04/2010, "Robonaut 2 ready for International Space Station"

6. EN BREF

L’expérience AMS (Alpha Magnetic Spectrometer) qui devait être lancée par la navette spatiale le 29 juillet 2010 ne sera pas prête à temps. Elle ne devrait pouvoir rejoindre le Kennedy Space Center qu’en août de cette année, ce qui retarderait donc la date de mise à la retraite de la navette américaine initialement prévue pour le mois de septembre. La nouvelle date retenue pour le lancement de cette expérience sur la matière noire très attendue par la communauté scientifique internationale n’a pas encore été annoncée.

Solar Dynamics Observatory (SDO), un télescope destiné à l’étude du soleil lancé par la NASA en février dernier, vient de livrer ses premières images. Bien que celles-ci ne contiennent aucune information majeure sur le plan scientifique, les chercheurs espèrent beaucoup des futures observations, qui pourraient révolutionner la science de notre étoile, comme l’a fait le télescope Hubble il y a quelques années. Le satellite envoie chaque jour vers la Terre l’équivalent de 320 DVD de données.

7. MISE A JOUR

Présence à bord de l’ISS en ce moment :

Oleg Kotov (Commandant, Russie), T.J. Creamer (Ingénieur de vol, Etats-Unis), Soichi Noguchi (Ingénieur de vol, Japon), Alexander Skvortsov (Ingénieur de vol, Russie), Tracy Caldwell Dyson (Ingénieur de vol, Etats-Unis), Mikhail Kornienko (Ingénieur de vol, Russie)

Lancements effectués depuis début mars :

- 02/02/2010 : Lanceur russe Soyouz avec le 36e cargo de ravitaillement Progress à destination de la Station Spatiale Internationale (ISS) – Cosmodrome de Baïkonour – Kazakhstan – SUCCES
- 08/02/2010 : Navette américaine Endeavour pour la mission STS-130 vers l’ISS – Centre Spatial Kennedy – Floride – SUCCES
- 11/02/2010 : Lanceur américain Atlas V avec le satellite d’observation du soleil SDO (Solar Dynamics Observatory) – Cap Canaveral – Floride – SUCCES
- 11/02/2010 : Lanceur russe Proton avec le satellite de communication Intelsat 16 – Cosmodrome de Baïkonour – Kazakhstan – SUCCES
- 01/03/2010 : Lanceur russe Proton avec trois satellites la constellation de navigation Glonass – Cosmodrome de Baïkonour – Kazakhstan – SUCCES
- 04/03/2010 : Lanceur américain Delta IV avec le satellite d’observation GOES P – Cap Canaveral – Floride – SUCCES
- 05/03/2010 : Lanceur Chinois Long March 4C avec le satellite militaire Yaogan 9 – Centre Spatial Jiuquan – Chine – SUCCES
- 20/03/2010 : Lanceur russe Proton avec le satellite de communication EchoStar 14 – Cosmodrome de Baïkonour – Kazakhstan – SUCCES
- 02/04/2010 : Lanceur russe Soyouz avec la capsule habitée emportant trois membres de l’expédition 23 de la Station Spatiale Internationale – Cosmodrome de Baïkonour – Kazakhstan – SUCCES
- 05/04/2010 : Navette américaine Discovery pour la mission STS-131 vers l’ISS – Centre Spatial Kennedy – Floride – SUCCES
- 08/04/2010 : Lanceur ukrainien Dnepr avec le satellite d’observation européen CryoSat 2 – Cosmodrome de Baïkonour – Kazakhstan – SUCCES
- 15/04/2010 : Lanceur indien GSLV avec le satellite de communications expérimental GSAT 4 – Centre Spatial Satish Dhawan – Inde – ECHEC
- 16/04/2010 : Lanceur russe Soyouz avec un satellite militaire secret Kosmos 2462 – Cosmodrome de Plesetsk – Russie – SUCCES
- 22/04/2010 : Lanceur américain Atlas V avec le prototype d’avion spatial X-37B – Cap Canaveral – Floride – SUCCES
- 24/04/2010 : Lanceur russe Proton avec le satellite de communication SES 1 – Cosmodrome de Baïkonour – Kazakhstan – SUCCES
- 26/04/2010 : Lanceur russe Proton avec un satellite militaire secret Kosmos 2463 – Cosmodrome de Baïkonour – Kazakhstan – SUCCES

Lancements prévus jusqu’à fin mai :

- 28/04/2010 : Lanceur russe Soyouz avec le 37e cargo de ravitaillement Progress à destination de la Station Spatiale Internationale (ISS) – Cosmodrome de Baïkonour – Kazakhstan
- 08/05/2010 : Lanceur américain Falcon 9 pour tester le module Dragon développé par SpaceX pour ravitailler l’ISS – Cap Canaveral – Floride
- 09/05/2010 : Lanceur indien PSLV avec le satellite d’obsevation Cartosat 2B et plusieurs autres charges secondaires – Centre Spatial Satish Dhawan – Inde
Mai 2010 : Lanceur européen Ariane 5 avec le satellite de télévision Astra 3B et le satellite militaire COMSATBw 2 – Centre Spatial Guyanais – France
- 14/05/2010 : Navette américaine Atlantis pour la mission STS-132 vers l’ISS avec un module de recherche russe – Centre Spatial Kennedy – Floride
- 17/05/2010 : Lanceur japonais H-2A avec la sonde Akatsuki à destination de Venus – Centre Spatial de Tanegashima – Japon
- 20/05/2010 : Lanceur américain Delta IV avec le satellite de positionnement GPS 2F-1 – Cap Canaveral – Floride

Source :
Spaceflight Now, 27/04/2010

D’après Aerospace America, AFP, AIA, Analytical Graphics, AP, Associated Press, Astroexpo.com, Aviation Week & Space Technology, Bloomsberg, Boeing, boursorama.com, Caltechn, DARPA, Defense News, Denver Post, Developmentgateway.org, DigitalGlobe, FAA, Floridatoday, Forecast International, Houston Chronicle, Institute for Astronomy, Internetweek.com, ILS, ITAR TASS, Jonathan’s Space Report, Lockheed Martin, NASA, New York Times, The Observer, Orbital Science Corporation, PanAmSat, Pentagon, Planetary Society, Reuters, Russian Space Agency, Satnews.com, Space.com, Spacedaily.com, Spaceflightnow.com, Spacetoday.net, Space News, Thuraya Satellite Communication, University of Arizona, UPI, USA Today, USAF, Washington Post


Etats-Unis Espace est une synthèse de presse mensuelle de l’actualité spatiale américaine. Elle est préparée par le bureau du CNES à Washington et réalisée par David Regad, Tanguy Kervern, Sarah Guillou et Emmanuel de Lipkowski de la Mission Scientifique de l’Ambassade de France.

Etats-Unis Espace est disponible sur Internet à l’adresse suivante :
http://www.france-science.org/-Etats-Unis-Espace

Le numéro du mois vous y attend, ainsi qu’un formulaire d’inscription et de désinscription automatique. Enfin, vous pouvez y consulter les archives grâce à un moteur de recherche par mot-clé.

Copyright :
Cette publication relève de la législation française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. La reproduction en tout ou partie des éléments et informations contenus dans cette lettre n’est possible qu’après autorisation expresse (faire parvenir les demandes à l’adresse : usa-espace@ambafrance-us.org) et indication claire et lisible de la source sous la forme suivante : Ce document provient du bureau du CNES de l’Ambassade de France aux Etats-Unis.


List-usa-espace mailing list : http://lists.ambafrance-us.org/mailman/listinfo/list-usa-espace