Etats-Unis : le laboratoire national des EnR fait de l’automédication

, Partager

S’appliquant à lui-même la médecine qu’il préconise, le NREL (National Renewable Energy Laboratory) achevait début juillet la construction d’un bâtiment administratif à consommation d’énergie nulle. Consommant un tiers de l’énergie conventionnellement utilisée par ce type d’infrastructure, ce bâtiment doit servir d’exemple au secteur privé. Dépassant le niveau "platine" - plus haut niveau de certification du système nord américain de standardisation des bâtiments à haute qualité environnementale (certification LEED - "Leadership in Energy and Environmental Design") - cette initiative du DoE (Department of Energy) a par ailleurs pour objectif de démontrer le savoir-faire américain en matière d’efficacité énergétique et de technologies "vertes".

Le nouveau laboratoire, d’une superficie de 20.000 m2, devrait ouvrir ses portes fin août à Golden (Colorado) et accueillir près de 800 employés. Réalisé par les sociétés Stantec consulting, RNL et Haselden Construction, le bâtiment est le résultat d’une combinaison entre la mise en oeuvre de procédés d’avant-garde et le recours à des techniques ancestrales telles que l’ensoleillement du bâtiment, l’isolation et la ventilation naturelle. Ainsi chaque pièce devrait bénéficier de lumière naturelle et de la possibilité d’ouvrir les fenêtres afin de réguler manuellement la température. L’optimisation de la température du bâtiment est effectuée grâce à des capteurs installés dans le but d’alerter les employés par voie informatique de la nécessité d’ouvrir ou de fermer les fenêtres.

La température intérieure du bâtiment sera également régulée au moyen d’un "labyrinthe thermal" installé au niveau des fondations et couvrant l’ensemble de la superficie du bâtiment. Ce dispositif a pour objectif le stockage dans le sous-sol du trop plein d’air chaud capté en journée au niveau des murs du bâtiment et la rediffusion de ces flux de chaleur une fois la nuit tombée. Inversement, le labyrinthe peut être utilisé la nuit afin de capter la fraicheur et la rediffuser de façon homogène pendant la journée.

Enfin, pour obtenir un bilan énergétique neutre sur l’année, le NREL a couvert ses toits de panneaux solaires. Le bâtiment fait par ailleurs appel à des matériaux recyclés. Ainsi, l’ensemble des murs a été recouvert de bois de la région, lesquels ont été abattus en raison de l’invasion de coléoptères dans les forêts des rocheuses (1).

Globalement le prix de revient du mètre carré est estimé par le NREL à près de 2 800 $. Si ce montant est du même ordre de grandeur que les bâtiments de haute qualité environnementale aux Etats-Unis (certification "or" ou "platine" d’après la grille d’évaluation LEED), il représente le quintuple du prix d’un ouvrage conventionnel. Par ailleurs, si cette initiative a été bien accueillie par l’ensemble des médias, des critiques ont néanmoins été émises, notamment concernant le bilan carbone du bâtiment, les transports des employés de leur domicile au laboratoire n’ayant pas fait l’objet d’une étude spécifique.

Source :


- National energy lab in Golden a model of super efficiency. (06/07/2010). Denverpost.com - http://www.denverpost.com/business/ci_15444526
- For a Premier Lab, a Zero-Energy Showcase. (06/07/2010). New York Times. - http://green.blogs.nytimes.com/2010/07/06/for-a-premier-lab-a-zero-energy-showcase/

Pour en savoir plus, contacts :


- Article sur LEED de l’encyclopédie Wikipédia : http://en.wikipedia.org/wiki/Leadership_in_Energy_and_Environmental_Design
- [1] BE Etats-Unis 142. Les forêts du Nord Est américain menacées par un coléoptère asiatique. (14/11/2008) - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/56659.htm
Code brève
ADIT : 64076

Rédacteur :

Agathe Dumas, deputy-envt.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….