Etats-Unis : les têtes pensantes sur la pente ?

, Partager

Un rapport du Centre National pour les Statistiques de l’Education (NCES - National Center for Education Statistics) paru le 18 Août 2009 [1] a effectué un classement des performances des étudiants de différents pays dans trois grands domaines pédagogiques : la lecture, les mathématiques et les matières scientifiques. Il se base sur un échantillon de près d’un million d’étudiants provenant de 85 nations à l’aide d’examens internationalement reconnus :
- l’étude internationale mesurant la progression dans la lecture (PIRLS - the Progress in International Reading Literacy Study) qui évalue le niveau de compréhension d’étudiants en CM1 de textes littéraires et informatifs ;
- l’étude des tendances en sciences et mathématiques internationales (TIMSS - Trends in International Science and Mathematics Study) qui évalue le niveau de connaissances "scolaires" d’élèves de 3ème en mathématiques et en sciences [1] ;
- une étude tridisciplinaire, établie par l’OCDE, intitulée "programme pour l’évaluation des étudiants internationaux" (PISA - the Program for International Student Assessment) qui s’adresse à des étudiants de 15 ans et s’attache à leurs capacités d’utilisation de leurs facultés cognitives dans un environnement réel et prosaïque. Autrement dit, il s’agit, pour la lecture, de la compréhension de documents de la vie courante (articles de journaux, manuels…) et pour les mathématiques et les sciences de les appliquer à des situations réelles.

Ce rapport permet de dégager deux niveaux d’analyse :
- un classement des pays par thématique -lecture, mathématiques, sciences- avec une vision statique et dynamique grâce à des études récurrentes effectuées environ tous les cinq ans,
- la comparaison des pays par la confrontation des résultats du PIRLS et TIMSS avec ceux du PISA.

Dans le domaine de la lecture, les Etats-Unis sont en 18ème position sur 45 selon le PIRLS 2006 -27ème pour la France- et à la 15ème place sur 40 selon le PISA 2003 -14ème pour la France- avec des scores relativement invariables par rapport à 1995. Sont systématiquement devant les USA : Hong Kong [2], la Suède, les Pays-Bas, la Belgique et la Nouvelle-Zélande. Dans le domaine des mathématiques, les Etats-Unis ressortent en 9ème position sur 48 pour le TIMSS 2007 avec une nette augmentation du score moyen par rapport à 1995. Par contre, en "mathématiques appliquées", le résultat s’avère très médiocre avec un rang de 25ème sur 29 au regard du PISA 2006 (contre 17ème pour la France). De même, en sciences, les Etats-Unis sont 11ème selon le TIMSS mais seulement 21ème sur 53 -la France étant 17ème- dans leur application au monde réel ce qui les placent dans le dernier quart des pays de l’OCDE.

Ce rapport nous permet de tirer plusieurs conclusions. Tout d’abord, les Etats-Unis, bien que leader en sciences et technologies, sont loin de l’être dans le domaine de l’éducation primaire et secondaire. En outre, à part en connaissances mathématiques (TIMSS), les performances des Etats-Unis stagnent en valeur absolue tandis que celles d’autres pays s’améliorent. Cet écart entre résultats finaux -les produits de la recherche- et conditions préalables -la qualité de l’éducation- peut s’expliquer par une multitude de facteurs tels que la taille colossale du marché, le phénomène de "brain drain" qui s’intensifie proportionnellement à l’ascension dans les structures académiques, le volontarisme de l’investissement fédéral en R&D…

Par ailleurs, nous pouvons interpréter ces résultats comme un démenti au stéréotype qui veut que la culture anglo-saxonne soit plus pragmatique que la française, en témoignent les médiocres résultats des Etats-Unis au PISA qui les placent derrière l’Hexagone, contrairement au PIRLS et au TIMSS.

De manière générale, ce rapport ne fait que conforter les recommandations émises par les "National Academies", formulées dans le rapport "Rising above the gathering storm" (2005) et reprises dans l’America Competes Act (2007) qui conseillent de renforcer l’enseignement des sciences et la formation des professeurs dans ce domaine. Grâce à un certain nombre de mesures incitatives, les Etats-Unis vont tenter de faire face à leur besoin structurel d’ingénieurs et scientifiques sur le marché du travail, besoin estimé à 500.000 d’ici à 2020, dans un contexte de raréfaction des visas, de désintérêt pour la filière et de stagnation des performances des élèves.

[1] On note que pour le TIMSS, des comparaisons avec la France ne sont pas possibles car il n’y pas de données disponibles.

[2] Hong Kong possède le statut de Région Administrative Spéciale de la République Populaire de Chine

Source :


- [1] "U.S. Performance Across International Assessments of Student Achievement : Special Supplement to The Condition of Education 2009" - http://nces.ed.gov/programs/coe/2009/analysis/
- [2] Comparing NAEP, TIMSS, and PISAin Mathematics and Science - http://nces.ed.gov/timss/pdf/naep_timss_pisa_comp.pdf

Pour en savoir plus, contacts :


- L’Institut des Sciences Educatives du Département de l’Education des Etats-Unis - http://ies.ed.gov/
- Le programme de l’OCDE pour l’évaluation des étudiants internationaux (PISA - the Program for International Student Assessment) - http://www.oecd.org/pages/0,3417,en_32252351_32235731_1_1_1_1_1,00.html
- Le centre d’études internationales des test TIMSS&PIRLS - http://timss.bc.edu/
- L’Association Internationale pour l’Evaluation des Performances de l’Education - http://www.iea.nl/
Code brève
ADIT : 60399

Rédacteur :

Johan Delory, universits.vi@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….