Face à une situation économique difficile, de nombreux états réduisent leurs budgets dédiés à l’enseignement supérieur

, Partager

A l’inverse des universités privées qui sont largement responsables de leurs propres stratégies financières, la grande majorité des universités publiques dépendent des financements étatiques. Les responsables des universités publiques sont très inquiets en raison de la situation économique difficile de nombreux états. Alors que les allocations budgétaires étatiques pour l’enseignement supérieur ont augmenté de 7.5% en 2008, de nombreux états connaissent d’importants déficits budgétaires et prévoient des coupes dans le budget de l’enseignement supérieur pour 2009.

En Floride, par exemple, la crise immobilière et les maladies affectant les récoltes d’agrumes pèsent fortement sur le budget. Les universités publiques accueillent 300.000 étudiants et risquent de devoir réduire le nombre d’inscriptions de 17.000 étudiants à un moment où la demande n’a jamais été aussi forte. En outre, elles devront certainement rendre à l’état 48 millions de dollars en fonds qui leur avaient été alloués pour 2008 (ce qui inférieur au montant projeté de 92.3 millions). Par ailleurs, dans le Sud Est et le Sud Ouest des Etats-Unis, l’essentiel de la croissance de la population en âge d’aller à l’université est constituée par des étudiants à faible revenus de la première génération à accéder aux études supérieures. En conséquence, en Floride comme dans d’autres états, les besoins d’aides financières risquent de surpasser largement les fonds disponibles.

Dans le Kentucky, le gouverneur a proposé une réduction de 12% (soit 50 millions de dollars) du budget alloué à l’enseignement supérieur pour 2009-2010. Cela fait suite à une diminution de 3% cette année, alors même que le Kentucky affiche des objectifs ambitieux : l’entrée de l’université du Kentucky dans le classement des 20 meilleurs universités de recherche publiques des Etats-Unis et le doublement du nombre de diplômés de l’enseignement supérieur de 400.000 à 800.000 d’ici à 2020.

En Californie, qui connaît un déficit de 16 milliards de dollars, les trois systèmes publics d’enseignement supérieur doivent faire face à une possible réduction d’un milliard de dollars de leurs allocations budgétaires pour 2009. Des coupes budgétaires sont également attendues à mi-année.

Dans l’état du Rhode Island, le gouverneur propose une réduction de 17,8 millions de dollars du budget dédié à l’enseignement supérieur.

Le New Jersey fait face à un déficit budgétaire projeté de 3,5 milliards de dollars. Pour les établissements d’enseignement supérieur, le gouverneur du New Jersey propose une diminution de 76 millions de dollars, ce qui représente 4% du budget de l’enseignement supérieur. Même si cela vient s’ajouter à des coupes budgétaires déjà réalisées dans le passé, cette diminution limitée du budget peut donner un espoir aux établissements d’enseignement supérieur des autres états. Il semble en effet que les états désinvestissent moins que par le passé dans l’enseignement supérieur étant donné le rôle que jouent les universités dans la compétitivité. Par exemple, en Arizona, qui est l’état qui connaît le déficit budgétaire le plus important en pourcentage, le gouverneur a proposé de geler les frais de scolarité pendant les quatre années nécessaires à un étudiant pour obtenir sa licence et elle s’est engagée à doubler le nombre de licences décernées d’ici à 2020.

La situation est meilleure dans d’autres états. Par exemple, l’économie texane boostée par la vigueur retrouvée de l’industrie pétrolière, une montée de l’énergie éolienne, et une bonne récolte de coton semble en bonne santé. L’économie du Colorado ne montre pas encore de signe de faiblesse. Cependant, même dans ces états, les universités doivent se préparer à une l’éventualité d’un changement de situation.

Deux solutions sont envisagées par les universités pour pallier le manque de financement public. Il s’agit tout d’abord de se tourner vers d’autres sources de financements. La question d’une augmentation supplémentaire des frais d’inscription reste délicate puisque ceux-ci n’ont cessé d’augmenter ces dernières années. La situation de la Floride à cet égard est un peu particulière car les universités publiques principales de cet état pratiquent des frais d’inscriptions de seulement 3400 dollars, ce qui fait de la Floride l’état dans lequel les frais d’inscription sont les moins élevés. Les universités publiques se tournent également de plus en plus vers le secteur privé. Les récessions passées ont cependant vu une diminution des dons des fondations philanthropiques. Un nombre croissant d’états adoptent des lois donnant le choix aux universités de dépenser plus facilement une partie de leur fonds de dotation (dons et legs qui sont faits sous condition que les sommes soient investies et que le principal reste intact) pendant les temps économiques difficiles, ce qui était souvent impossible par le passé. Ces nouvelles lois donnent aux institutions la possibilité de financer des bourses et des équipements et d’autres besoins même lorsque leurs fonds de dotation perdent de l’argent.

L’autre solution adoptée alternativement ou simultanément par les universités consiste en une réduction des coûts sous la forme de licenciements ou de gel des recrutements, de réduction ou d’élimination de certains programmes, voire d’une limitation du nombre d’inscriptions.

Ces évolutions au sein des universités ont des conséquences importantes pour les community colleges, (établissements d’enseignement supérieur offrant des formations générales et professionnelles de niveau bac+2 et pratiquant une politique d’accès libre avec des frais d’inscription faibles). Ces dernier vont en effet devoir lutter pour tenter d’accepter une vague d’étudiants qui ne pourront pas accéder à l’université faute de moyens ou faute de place alors que dans le même temps ils disposent de ressources financières limitées.

Source :


- "N.J. Plan Suggests That Colleges May Be Spared the Worst of Budget Cuts in Some States" - Jeffrey J. SELINGO - The Chronicle of Higher Education - 28/02/2008
- "Financial Woes in Florida Could Lead to Deeper Budget Cuts for State’s Public Colleges" - Paul FAIN - The Chronicle of Higher Education - 28/02/2008
- "As Economy Slumps, More States Make It Easier for Colleges to Spend Endowment Assets" - Peter PANEPENTO - The Chronicle of Higher Education - 28/02/2008
- "Good Years Before the Bad" - Scott JASCHIK - Inside Higher Ed - 28/02/2008 - http://www.insidehighered.com/news/2008/02/28/approps
- "State Funding Fortunes Start Falling" - Elizabeth REDDEN - Inside Higher Ed - 26/02/2008 - http://www.insidehighered.com/news/2008/02/26/kentucky
- "Panel Discusses How Colleges Can Stem the Rising Cost of Higher Education" - Beckie SUPIANO - The Chronicle of Higher Education - 21/02/2008
- "Colleges Prepare for Fiscal Downturn" - David L. WHEELER - The Chronicle of Higher Education - 08/02/2008
- "Colleges Take Stock of What a Recession Could Mean" - David L. WHEELER - The Chronicle of Higher Education - 31/01/2008

Pour en savoir plus, contacts :


- "Les Community Colleges aux Etats-Unis : l’enseignement supérieur et la formation professionnelle à portée de main" - Estelle BOUZAT, Marie PARSY - Rapport d’études - Ambassade de France aux Etats-Unis - 22/01/2008 - http://www.bulletins-electroniques.com/rapports/smm08_012.htm
- "L’enseignement supérieur américain en bonne santé financière - pour combien de temps ?" - Estelle BOUZAT - BE Etats-Unis 108 - 25/01/2008 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/52805.htm
- "Augmentation du budget de l’Etat pour les Universités de Californie" - Peggy REMATIER - BE Etats-Unis 18 - 19/01/2006 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/31706.htm
Code brève
ADIT : 53433

Rédacteur :

Estelle Bouzat, universites.vi@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….