Financement des recherches sur les cellules souches embryonnaires humaines : Bush persiste et ne signe pas

, Partager

Le Président Bush a opposé le second veto de sa présidence à une proposition de loi démocrate en faveur du financement des recherches sur les cellules souches embryonnaires humaines par des fonds fédéraux. Cette interdiction n’empêche pas toutefois le financement privé ou des états à cette recherche. Un premier veto sur ce sujet avait déjà été apposé le 19 juillet 2006 à la suite d’un vote favorable au Sénat.

Le débat sur le financement des cellules souches se poursuit donc activement aux Etats-Unis. Depuis le 8 août 2001, le gouvernement fédéral et ses agences imposent des restrictions drastiques au financement de la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines.

Les cellules souches ont pourtant un potentiel intéressant puisqu’elles sont la source de tous les tissus et organes. A des fins ultimes, les chercheurs espèrent utiliser ces cellules pour le traitement de nombreuses maladies aujourd’hui incurables tels que le diabète, les maladies neurodégénératives ou encore les paralysies causées par des lésions de la moelle épinière. Avant d’entrevoir de tels traitements, des travaux de recherche approfondis sont nécessaires pour vérifier si ces cellules sont utilisables en clinique.

Les cellules dites "présidentielles" créées avant le 8 août 2001 à 21 h sont les seules qui peuvent prétendre à un financement fédéral. Cependant, ces lignées cellulaires comportent, d’une part, de nombreux réarrangements chromosomiques et d’autre part, elles ont été en contact avec des produits animaux. De ce fait, elle ne sont pas utilisables à des fins cliniques (et même souvent pré-cliniques).

Le parti démocrate qui a fait de ce sujet une priorité de son programme s’est élevé contre ce veto présidentiel. Pour la Sénatrice Hillary Clinton, ce veto est "un nouvel exemple de la manière dont le Président Bush privilègie l’idéologie à la science et met en avant la politique avant les besoins des familles américaines".
Elias Zerhouni, Directeur des National Institutes of Health (NIH), pourtant désigné par le Président Bush a estimé, devant le Sénat, que les chercheurs tentent de faire leur travail "avec les mains liées dans le dos".
Afin de limiter les critiques, le Président Bush va demander par décret de promouvoir la recherche sur des cellules souches autres qu’embryonnaires. Cependant les chercheurs affirment que chaque type de cellules souches présente ses caractéristiques propres et que seules les cellules souches embryonnaires sont totipotentes.

Bien que 62% des couples ayant recours à la fécondation in vitro affirment vouloir donner leurs embryons surnuméraires pour les recherches plutôt que de les offrir à d’autres couples (22%), le Président Bush a mis en avant que la destruction d’embryons dépasse la "ligne morale".

Les sénateurs et représentants démocrates vont poursuivre leur forcing et comptent déposer de nouveau ce projet de loi en espérant une participation accrue des républicains afin d’atteindre la majorité des deux tiers échappant ainsi au veto présidentiel. La chambre de Représentants serait à une douzaine de votes de ce résultat.

Source :


- http://www.nature.com/news/2007/070618/full/070618-13.html
- http://sciencenow.sciencemag.org/cgi/content/full/2007/620/1
- http://www.medicalnewstoday.com/medicalnews.php?newsid=74964
- http://www.americanprogress.org/issues/2007/06/stemcell_veto.html
- http://www.americanprogress.org/issues/2006/07/b1983961.html
- http://www.americanprogress.org/issues/2007/06/progress_before_politics.html

Rédacteur :

Brice Obadia deputy-sdv.mst@ambafrance-us.org - Hedi Haddada attache-sdv.mst@ambafrance-us.org - Sophia Gray assistant-sdv.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….