Fondation de la "Tyrosinemia Society" aux Etats-Unis

, Partager

En Mai 2019, la première association américaine dédiée à la défense des intérêts des patients atteints de Tyrosinémie et de troubles connexes a été fondée, présidée par le Dr Elizabeth Barnby, professeur clinicienne agrégée du College of Nursing de l’Université de l’Alabama à Huntsville (UAH). La « Tyrosinemia Society » est un organisme à but non-lucratif qui promeut la recherche clinique et fondamentale sur la Tyrosinémie, une maladie génétique infantile encore trop souvent fatale qui touche un enfant sur 100.000. L’association vient d’être officiellement reconnue par le Genetic and Rare Diseases (GARD) [1] et le National Organization of Rare Diseases (NORD) [2]. Ces affiliations garantissent la qualité scientifique, financière et éthique, et soulignent l’importance médicale de l’association. La mission de la « Tyrosinemia Society » est d’éduquer et d’inspirer le grand public, le pouvoir public, les industries pharmaceutiques et les professionnels de la santé à s’informer et soutenir les intérêts des patients atteints de Tyrosinémie et de troubles connexes. L’association réunit les patients, les soignants, et des chercheurs du domaine public.
Parmi les membres dirigeants de la fondation se trouve le franco-américain Jerome Baudry, docteur de l’université Paris-Sorbonne, Pei-Ling Chan Professor et Eminent Scholar à UAH. Le Dr Baudry est l’un des membres clés d’une équipe de chercheurs qui tentent de mettre au point un traitement plus efficace pour les patients atteints de la tyrosinémie de type 1 (TT1). Ses relations avec la France lui ont permis de créer une collaboration forte entre la « Tyrosinemia Society » aux Etats-Unis et la fondation Française équivalente « Ensemble contre la tyrosinémie » qui existe depuis 2015. Les membres de cette fondation Française sont très expérimentés, en particulier sur le contact avec les familles des malades. Les deux associations ont décidé de travailler ensemble pour mettre en commun leur expériences et leurs approches cliniques et scientifiques. Elles ont également engagé des discussions concernant des collaborations franco-américaines, le partage de leurs expériences et la possibilité de monter des projets communs de recherche transatlantiques. Le partage des expériences entre la France et les Etats-Unis permettra d’avoir accès à bien plus de connaissances cliniques et fondamentales afin d’avancer sur les traitements mais également sur l’accompagnement aux malades et à leurs familles.

Il existe actuellement quatre types connus de Tyrosinémie : une forme transitoire qui disparaît habituellement au cours de la période néonatale, et trois autres types qui nécessitent des soins spécialisés tout au long de la vie pour prévenir les préjudices aux enfants et aux adultes atteints de cette maladie.
Les principaux symptômes de la maladie se manifestent dans les 1ers mois de vie d’un nouveau-né. Dans sa forme aiguë elle se caractérise par une insuffisance hépatique grave avec :
• Jaunisse
• Distension de l’abdomen (œdème)
• Une accumulation de liquide dans l’abdomen (ascite)
• Hémorragie (sang dans les selles, saignements de nez)
• Possibilité de vomissements et/ou de diarrhées
Des signes rénaux peuvent aussi être présents avec l’atteinte du tubule rénal (tubulopathie). L’enfant atteint de Tyrosinémie souffre également d’un retard de croissance et parfois de crises neurologiques (irritabilité, douleurs au niveau des membres).
Jusqu’à maintenant, de par son statut de maladie orpheline, les spécialistes traitaient cette pathologie en essayant de se focaliser sur les symptômes. Mais avec les progrès récents de la pharmacologie clinique, l’approche évolue afin d’identifier et éliminer les toxines à l’origine des troubles qui s’accumulent dans l’organisme à la suite de la maladie.
En 2017, la publication d’un article cosigné par le Dr Barnby et intitulé "Annormal Social Behavior in Mice with Tyrosinemia Type I is Associated with an Increase of Myelin in the Cerebral Cortex", montre que les souris atteintes de TT1 héréditaire présentent un comportement social anormal en raison de l’accumulation de métabolites toxiques causée par des mutations du gène de la Fumarylacétoacétate hydrolase (FAH) associé à cette maladie.
« La découverte d’une myélinisation accrue causée par une mutation du gène FAH pouvant modifier la biochimie du cerveau est essentielle et pas uniquement pour les patients atteints de TT1 » explique le Dr Barnby. En effet, Il existe d’autres maladies orphelines affectées par l’hypermyélinisation causées par des gènes mutants, aussi, les chercheurs qui travaillent sur la sclérose en plaques ou la sclérose latérale amyotrophique, par exemple, bénéficient de ces informations. Cette découverte aide à expliquer pourquoi le traitement actuel de la maladie a été si difficile : « Le médicament qui est utilisé actuellement les maintient en vie, mais il n’affecte pas les aspects comportementaux parce qu’il ne franchit pas la barrière hémato-encéphalique », explique le Dr Barnby.
"En ce moment, nous sommes en train de traduire ce qui a été trouvé au niveau biologique pour déterminer ce qui est réalisable au niveau pharmaceutique ", Explique le Dr Baudry. Son but est de poursuivre les recherches sur de nouvelles voies thérapeutiques afin que la thérapie génique pour traiter le TT1 devienne un objectif réalisable. La volonté de son équipe de recherche est de partager les fruits de leur travail, aussi le fait qu’ils aient rejoint la « Tyrosinemia Society » leur permet d’amplifier et de mettre à profit leurs découvertes.

[1] GARD (genetic and Rare Disease Information Center) est un programme du NIH (national Institutes of Health), qui est l’organisme public fédéral s’occupant des problématiques de santé humaine comme l’INSERM en France.
[2] NORD (National Organization for Rare disorders) est une agence de santé à but non lucratif servant à informer le grand public sur les troubles rares.

Rédacteur :
Pierre Gourjon, Attaché adjoint pour la Science et la Technologie, Consulat Général de France à Atlanta, deputy-univ@ambascience-usa.org

Sources :
https://www.uah.edu/news/items/tyrosinemia-society-launches-to-advocate-for-patients-educate-caregivers-and-support-researchers
http://ensemblecontrelatyrosinemie.fr/en/