Forum franco-américain sur la ville intelligente, Berkeley, 5-6 Novembre 2012

, Partager

La deuxième édition de la conférence CaFFEET (California France Forum on Energy Efficiency Technologies), organisée conjointement les 5 et 6 Novembre 2012 par EDF, le service scientifique du Consulat Général de France à San Francisco et l’université de Californie à Berkeley (Centre for Information Technology Research in the Interest of Society), a eu pour thème la ville intelligente. En particulier la conférence a porté sur la valeur ajoutée d’approches Smart City en termes d’attractivité et de résilience des villes, et sur le défi posé par la cyber sécurité de la Smart City. Cet événement a confirmé la forte implication d’EDF sur le thème des villes aux Etats-Unis. Par ailleurs, sous l’impulsion du Consulat, une convention entre les villes de San Francisco et Paris sera prochainement signée pour renforcer les échanges académiques entre les deux villes sur cette thématique de la Smart City.


"Smart Cities, quelle est la valeur ajoutée ?"
Crédits : MS&T


Après le succès de l’édition 2011 organisée au siège de Pacific Gas & Electric (PG&E) à San Francisco par EDF et le Consulat de France de San Francisco, la seconde édition de la conférence CaFFEET a vu se succéder des représentants du monde académique, des collectivités territoriales et des secteurs privés français et américains. Tous ont livré leur analyse sur un sujet complexe, celui de la ville intelligente. Issus d’horizons divers, les intervenants ont mis en exergue les besoins de déploiement d’approches innovantes de type Smart City pour répondre aux besoins de plus en plus complexes des villes, en insistant cependant sur la difficulté à quantifier la valeur ajoutée de telles approches.

La conférence fut ouverte par l’ambassadeur de France aux Etats-Unis, son excellence François Delattre, qui a mis en valeur les partenariats forts existant entre UC Berkeley - hôte de CaFFEET - et la France à travers notamment le Fonds France Berkeley [FFB] et la politique française en matière d’innovation, en particulier sur le sujet des Smart Cities.

La thématique des villes intelligentes a ensuite été soulignée comme axe stratégique majeur du développement d’EDF à l’international par Michel Maschi. Le Directeur international et partenariat R&D d’EDF a notamment insisté sur la nécessité d’adopter une approche systémique et holistique de la ville. Le développement d’outils d’aide à la décision est un objectif majeur pour le groupe, qui ambitionne d’être demain un acteur clé de l’essor des Smart Cities.

Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris en charge de l’innovation, et Mélanie Nutter, directrice de l’environnement pour la ville de San Francisco, ont par la suite exposé la vision et les ambitions de leurs municipalités respectives, notamment en matière d’objectifs énergétiques à moyen terme et les outils développés en ce sens. D’une manière générale, les collectivités territoriales défendent une vision holistique de la ville durable, se penchant tant sur les aspects socio-économiques que technologiques et environnementales. En termes d’objectifs chiffrés, San Francisco affiche une politique très volontariste : une production d’énergie reposant à 100% sur les énergies renouvelables en 2020, 100% de déchets recyclés en 2020 contre 80% aujourd’hui, une réduction de 25% (par rapport au niveau de 1990) des émissions de CO2 d’ici à 2017, et un développement croissant du véhicule électrique. Pour ce faire, la ville noue des partenariats avec des entreprises privées, propose des crédits d’impôts pour la construction de "green buildings" et sensibilise ses citoyens aux questions environnementales. Cette politique de développement stimule l’économie locale : Mélanie Nutter annonce que la ville de San Francisco a déjà vu naître plus de 200 entreprises dans le secteur des technologies propres, soit plus de 50.000 emplois. Dans un contexte de crise économique mondiale, Jean-Louis Missika souligne l’importance de repenser notre modèle urbain pour "faire mieux avec moins". Dans cette optique, les municipalités de Paris et San Francisco développent des programmes d’Open Data, c’est-à-dire des plateformes web donnant un libre accès à une multitude de données publiques. L’idée ? Améliorer la qualité des services publics via la création d’applications mobiles innovantes construites sur l’utilisation de cette information libre-service.


Mehdi Medjaoui, co-fondateur de Webshell, start-up qui développe une API unifiée regroupant les API de divers services tiers (http://webshell.io)
Crédits : MS&T


A l’image des collectivités territoriales, les entreprises privées envisagent les Smart Cities comme l’une des réponses aux défis climatiques. Leur approche est en revanche plus technique et axée sur la modélisation des Smart Cities. Artelys propose par exemple un outil de prospective énergétique au service des villes (Artelys Cristal City). De la même manière, EDF développe une série d’outils de modélisation énergétique et de planification urbaine bientôt mise en application au sein d’un partenariat avec la ville de Singapour.

Agents économiques rationnels, les entreprises privées souhaitent des politiques publiques stables et une réglementation claire (mise en place de standards pour faciliter l’interopérabilité entre les technologies) pour pouvoir définir plus clairement leur modèle d’affaire. Compte-tenu de la hausse de la consommation électrique dans les prochaines années et de l’urbanisation croissante, la question de la résilience des infrastructures de l’énergie est cruciale. Selon Steve French, Professeur à Georgia Tech, la modélisation est un outil précieux en vue d’augmenter la robustesse des réseaux. Les problématiques de vulnérabilité du système face aux cyber-attaques et de confidentialité des données échangées ont également été au centre des discussions.

L’Agence Régionale de Développement Paris Ile-de-France à travers sa filiale à San Francisco, PRIME, Inc. a permis à une dizaine de startups de s’exprimer sur leurs dernières innovations en matière de réseau électrique intelligent (Smart Grid) ou d’applications web s’appliquant à la ville durable. Parmi elles, Smart Impulse propose un appareil permettant d’obtenir la répartition de la consommation électrique de chaque type d’appareil dans un bâtiment à l’aide d’un unique point de mesure, tandis que Cogenra - déjà participant de l’édition 2011 - développe des technologies innovantes de cogénération solaire.

Cette seconde édition de la conférence CaFFEET a permis d’annoncer la signature prochaine d’un Memorandum of Understanding (MoU) entre les villes de San Francisco et Paris pour renforcer les échanges académiques entre les deux villes sur cette thématique des Smart Cities. Ce MoU devrait permettre la mise en place d’une collaboration entre le CITRIS et l’INRIA avec à la clef des expérimentations à Paris et San Francisco.

Sources :

Conférence CaFFEET "Smart Cities, What Is the Added Value ?", organisée à UC Berkeley les 5 et 6 Novembre 2012

Pour en savoir plus, contacts :


- Le site web de CaFFEET : http://www.caffeet.org/
- Toutes les vidéos de la conférence ici : http://www.youtube.com/playlist?list=PLYTiwx6hV33sHzO2G8MfqZxz4H6NLmWUE
- Le film de la conférence ici : https://vimeo.com/54546737
- Le site web de Cogenra : http://www.cogenra.com/
- Le site web de Smart Impulse : http://www.smart-impulse.com/
Code brève
ADIT : 71632

Rédacteurs :


- Pierrick Bouffaron (pierrick.bouffaron@consulfrance-sanfrancisco.org) ;
- Basile Bouquet (basile.bouquet@consulfrance-sanfrancisco.org) ;
- Thomas Deschamps (thomas.deschamps@consulfrance-sanfrancisco.org) ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://sf.france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….