France-Atlanta 2014 - Développement de Nouveaux Matériaux au Synchroton SOLEIL dans le Cadre d’une Collaboration Internationale, par Ed Conrad et Amina Taleb

, Read this page in English , Partager

- Quand : Le 30 octobre 2014, de 18h00 à 19h30
-  : Georgia Institute of Technology, Clough Undergraduate Learning Commons (266 4th St NW, Atlanta, GA 30313), Auditorium 152 au 1e étage
- Cet événénement est gratuit et ouvert au public

Le développement de nouveaux matériaux pour l’électronique ou d’autres domaines d’application est une tâche difficile. Cela est dû, en partie, au fait que ces nouveaux matériaux sont petits ou fins et que leur dimension n’excède jamais quelques nanomètres (5000 fois plus petit que la largeur d’un cheveu humain). A cette échelle, les propriétés physiques changent et deviennent fonction de la forme et de la taille du matériau : des métaux deviennent isolants, des milieux opaques deviennent transparents et une nouvelle physique est en jeu Nous sommes dans le domaine du nano-monde. Les instruments permettant d’étudier ces nouveaux matériaux nano-structurés, aux propriétés physiques particulières, doivent être à la fois capable de visualiser ces objets, d’identifier leur composition chimique et de caractériser leurs propriétés électroniques. Ces instruments sont généralement de très grosses machines, difficiles à mettre en œuvre ou à utiliser et très onéreux. C’est pourquoi, dans le domaine du développement de nouveaux matériaux, le temps où les scientifiques travaillaient seuls dans leur laboratoire est révolu.

Au cours de ce séminaire, Ed Conrad, Professeur à Georgia Tech Physics, et Amina Taleb, Directrice de Recherche au CNRS, montreront comment la recherche moderne est menée dans le domaine des nano-matériaux, à travers un exemple de collaboration internationale entre un laboratoire de recherche de Georgia Tech’s School of Physics et le synchrotron SOLEIL, situé sur le campus Paris-Saclay en France. SOLEIL, l’une des sources lumineuses les plus brillantes au monde, permet, à l’aide de l’effet photoélectrique mis en évidence par Albert Einstein, de suivre le déplacement des électrons dans la matière. Cette collaboration franco-américaine a pour but de développer une nouvelle électronique à partir du graphène, une couche monoatomique de graphite.

Pour compléter ce séminaire :
- Exposition Photo : Les Orfèvres de la Lumière par Vincent Moncorgé
- Séminaire : La Science en Images : le Regard d’un Photographe

Pour plus d’information : http://www.france-atlanta.org/?p=91