France-Massachusetts : vers une relance des partenariats en SDV ?

, Partager

La grande conférence annuelle internationale dans les sciences de la vie organisée par "Biotechnology Industry Organization" (BIO) s’est déroulée cette année à Chicago du 22 au 24 avril. L’objet de cet article est de relater l’accord qui a été signé entre la France et l’Etat du Massachusetts à l’occasion de cet événement, plus précisément entre le "Massachusetts Life Sciences Center" (MSLC) et le pôle de compétitivité, "Alsace BioValley". Egalement dans le sillage de l’événement de Chicago, nous évoquerons l’installation à Boston d’une filiale d’une jeune entreprise française, Hemarina.

1. Le partenariat entre MSLC et Alsace Biovalley

1.1. Le MSLC

Financé et créé par le parlement du Massachusetts grâce à la "2006 Economic Stimulus Bill", le "Massachusetts Life Sciences Center" (MLSC) est une agence de développement semi-publique chargée de gérer un milliard de dollars (100 millions de dollars par an sur 10 ans) débloqué par la "Massachusetts’ New Life Science Initiative" lancé par le gouverneur de l’Etat au début du mois de mai 2007. Destiné à couvrir un large éventail de sujets, des nanotechnologies à la bio-défense, le MLSC a reçu mandat de promouvoir une recherche d’excellence dans le domaine des sciences de la vie, de renforcer les résultats scientifiques dans le domaine de la santé et de mettre en oeuvre une stratégie globale au niveau de l’état dans les sciences de la vie tout en encourageant la coopération entre les établissements publics et privés. Le MLSC abonde donc des projets d’infrastructure ou des projets de R&D portés par des JEI bénéficiant déjà d’un soutien fédéral via le SBIR. Ce système de financement par abondement ("matching funds" en anglais) est très répandu aux Etats-Unis, notamment au niveau des états qui y voient plusieurs avantages. Parmi eux : le développement de synergies avec les financements de recherche fédéraux, la promotion de partenariats structurants locaux (universités-entreprises par exemple) contribuant au développement économique et enfin, le renforcement de l’attractivité nationale et internationale. Dans ce dernier registre, il faut d’ailleurs remarquer que la plupart des états fédérés privilégie désormais la création d’agences comme le MLSC aux dépens des traditionnelles structures de développement économique pour attirer les investisseurs (cf. "National Governors Association") [1] .

C’est le cas au Massachusetts. L’intervention du MLSC a clairement pour vocation d’attirer des investissements tout en renforçant le grand pôle SDV de Boston. Une bonne illustration de cette stratégie est le programme "Research Matching Grant Program" qui permet d’obtenir des fonds de l’Etat (sous réserve d’un cofinancement par l’industrie) pour des projets de recherche conjointement réalisés par l’industrie et les centres de recherches. Destinée à combler la baisse de financement de la recherche par les Instituts nationaux de santé (NIH), cette initiative permet aussi de retenir les talents de renommée mondiale établis dans le Massachusetts en leur offrant des fonds supplémentaires pour la conduite de leurs travaux [2].

Le MSLC finance aujourd’hui plusieurs projets dont voici quelques exemples [3] :

- En avril 2013, le MSLC a annoncé une subvention de plus de 9,35 millions de dollars pour soutenir les projets relatifs aux sciences de la vie des grandes institutions et universités de la région de Boston. 4 millions de dollars seront versés au "Boston Children’s Hospital" et serviront notamment au financement de la construction d’un centre de thérapie cellulaire consacré au développement de nouvelles thérapies par les cellules souches pour les pathologies qui n’ont aucun traitement à ce jour. 5 millions de dollars seront versés à la "Harvard Medical School" pour cofinancer la création d’un laboratoire de pharmacologie ("Laboratory of systems Pharmacology"). Cette plateforme permettra au moyen d’outils mathématiques et expérimentaux de mieux comprendre le mécanisme d’action de certains médicaments tout en améliorant les études cliniques pour leur utilisation dans de nouvelles pathologies. Cette plateforme servira aussi à la découverte de nouvelles molécules.

- Le MSLC a contribué à hauteur de 5 millions de dollars au projet de construction de "Lab Central". Ce nouveau centre, dont l’ouverture est prévue pour novembre 2013 et qui sera localisé à Kendall Square, facilitera la création de jeunes entreprises en leur fournissant un accès à des laboratoires partagés. Nous consacrerons prochainement une brève à ce projet.

- En février 2013, le MSLC a annoncé une subvention de plus de 9 millions de dollars pour soutenir l’investissement dans les projets de science de la vie dans l’ouest du Massachusetts. 3,8 millions de dollars serviront à la création d’un centre spécialisé dans les sciences de la vie au sein de l’université d’Holyoke ("Holyoke Community College") et 4,54 millions de dollars permettront au centre informatique : "Massachusetts Green High Performance Computing center (MGHPCC)" d’Holyoke d’élargir ses compétences à l’analyse de données et la recherche dans les sciences de la vie.

1.2. Alsace Biovalley

Pôle de compétitivité français à vocation mondiale, "Alsace BioValley" accélère la croissance industrielle des entreprises alsaciennes de la filière vie-santé, pour créer de nouveaux emplois et développer les investissements industriels en Alsace. Ce pôle offre à ces entreprises une panoplie de services et d’opportunités orientés vers le développement d’affaires (représentation commerciale à l’international, accompagnement pour la levée de fonds, montage de projets de R&D, événements sociaux de mise en relation…). [4]

1.3. L’accord

A l’occasion de BIO, Alsace Biovalley a annoncé la conclusion d’un partenariat avec le MSLC. Ce partenariat s’inscrit dans le cadre du nouveau programme international de partenariat créé par le MSLC, "International Collaborative Industry Program" (ICIP). Cet accord réalisé avec Alsace Bio Valley doit permettre de financer bilatéralement - grâce à OSEO, future branche "Financement" de la Banque Publique d’Investissement (BPI France), et au MLSC - des projets porteurs d’innovations thérapeutiques conjointement développés par des entreprises du Massachusetts et d’Alsace. Ce premier partenariat court sur la période 2013-2015. Le MSLC a également signé ce même accord avec trois autres régions selon les mêmes modalités : l’état de Victoria (Australie), la région de Wallonie (Belgique) et la province du Québec (Canada) [5].

Les entreprises du pôle Alsace BioValley seront amenées à se rapprocher de celles du MSLC afin de soumettre des projets innovants susceptibles de recevoir du MSLC un financement compris entre 100.000 et 500.000 dollars. La BPI (branche ex-OSEO) financera jusqu’à 65% de la partie française du projet de R&D, en avance remboursable à taux zéro. Le premier appel à projets a été lancé ce même mois d’avril et concerne les secteurs suivants : biotechnologies, pharmacie, technologies médicales, dispositifs diagnostiques, bio-informatique.

Ce n’est pas la première fois qu’Alsace BioValley établit un programme de partenariat avec le Massachusetts. A l’occasion de Bio 2008, une déclaration commune d’intention entre le "Lifescience Corridor France" [6] avec le "Massachusetts International Trade Council" (MOITI) et le "Massachusetts Technology Transfer Center" (MTTC) [7] avait été signée pour une période de deux ans [8]. Pour mémoire, le MOITI et le MTTC sont également deux agences de l’Etat, la première spécialisée dans le développement économique et la seconde dans le TT.

A l’époque, l’idée était de rapprocher le couloir Strasbourg-Lyon-Toulouse de l’état du Massachusetts pour mettre sur pied un vaste programme de coopération dans le domaine des sciences de la vie s’appuyant sur des projets bilatéraux spécifiques. L’accord prévoyait aussi de créer un rapprochement entre les entités des deux régions partenaires pour faciliter les échanges d’informations au sein des secteurs d’intérêt commun [8]. Mais, non doté, l’accord a pris fin sans que les parties aient pu constater un début de mise en oeuvre par les entreprises des deux pays. Autre observation, les implantations françaises que ce poste a pu identifier dans le domaine des sciences de la vie depuis 2008 n’avaient aucun lien avec cet accord. C’est le cas de Hemarina.

2. L’entreprise Hemarina

Hemarina
est une entreprise de biotechnologie, créée en 2007 et basée à Morlaix (Finistère) qui développe des transporteurs d’oxygène universels d’origine marine pour diverses applications thérapeutiques et industrielles. Hemarina a quatre domaines d’activités : transplantation d’organes et conservation des tissus, substituts sanguins, cicatrisation des plaies et infection et la bioproduction. [9]

Hemarina a annoncé le 23 avril lors de la conférence BIO, la création de sa première filiale américaine, Hemarina Inc, à Boston. Une situation géographique appropriée quand on sait que Boston est un des principaux pôles de compétitivité en science de la vie en plus de former un écosystème très riche et attractif pour les jeunes entreprises. Cette filiale sera chargée de mettre en oeuvre une stratégie d’internationalisation et développement des affaires sur les deux continents américains. La jeune entreprise a décidé d’accélérer ses développements et d’anticiper la mise sur le marché à l’international de son produit HEMO2Life qui est un additif aux solutions de préservation des organes permettant de renforcer et d’améliorer les conditions et la durée de conservation des organes destinés à la greffe dans le domaine de transplantation.

Le Dr Franck Zal, Directeur Général et Directeur Scientifique d’Hemarina, confirme que cette nouvelle filiale permettra à la société de faciliter la mise en place et la gestion des partenariats scientifiques et commerciaux aux Etats-Unis, y compris les collaborations en cours avec le centre naval de recherche médicale (NMRC) et l’unité navale de recherche médicale de San Antonio (NAMRU-SA) [8].

Conclusion

La signature du partenariat entre le MSLC et Alsace BioValley ainsi que la création d’une filiale de Hemarina dans la région illustrent assez bien l’attractivité de la région du Massachusetts en matière d’innovation, en particulier dans les domaines des biotechnologies et des sciences de la vie. Le Massachusetts apparaît ainsi comme une région charnière qui attirent de nombreuses entreprises américaines et internationales.



[6] Alliance stratégique entre les 3 pôles de compétitivité santé France, Lyonbiopôle , Alsace BioValley et Cancer-Bio-Santé

Sources :


- [1] Redesigning State Economic Development Agencies, National Governors Association, September 12, 2012 - http://www.nga.org/cms/home/nga-center-for-best-practices/center-publications/page-ehsw-publications/col2-content/main-content-list/redesigning-state-economic-devel.html
- [2] Site internet MSLC : http://www.masslifesciences.com/
- [3] Site internet Alsace Biovalley : http://www.alsace-biovalley.com/fr
- [5] Massachusetts Life Sciences Center will be part of international collaboration, The Boston Globe, Robert Weisman, April 22, 2013.
- [8] Communiqué de presse du 19 juin 2008, Convention internationale BIO, San Diego - http://www.lyonbiopole.com/document/Signature-d8217une-declaration-commune-d8217intention-entre-le-LCF-et—le-MOTTI-et-MTTC.pdf
- [9] Site internet Hemarina : http://www.hemarina.com/index.php?vrs=hemarina_francais

Pour en savoir plus, contacts :


- [4] BE Etats-Unis 308 du 12/11/2012 : L’Université du Massachusetts à Lowell : un centre d’innovations en phase émergente - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71390.htm
- [7] BE Etats-Unis 329 du 29/04/2013 "Massachusetts : aperçu des technologies émergentes dans les sciences de la vie" - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72906.htm
Code brève
ADIT : 72952

Rédacteurs :


- Lisa Treglia, deputy-inno@ambascience-usa.org ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….